Résultats de la recherche pour "note de la Matmut (suite)"

Durant son congrès annuel, l’ANEA a mis en avant un récent arrêt de la  Cour de Cassation du 2 février dernier qui semble confirmer le rôle économique et régulateur de l’expert quant aux prix pratiqués par les carrossiers. Le dossier est-il définitivement entendu ? Loin de là, réagissent les organisations professionnelles qui considèrent cet arrêt comme une décision d’espèce, pour le moins incongrue et qui n’aura pas de conséquences jurisprudentielles…

Les assureurs ne veulent pas du libre choix du réparateur, on le sait. L’arme espérée létale qu’ils déploient contre lui, c’est le “rôle économique de l’expert”, cette notion floue que les donneurs d’ordre veulent maintenant étendre jusqu’à étouffer chez les carrossiers tout espoir né de cette loi. Les fédérations de réparateurs l’ont compris : l’expert est en l’occurrence plus victime de sa situation de dépendance que…

Comme elle nous le laissait entendre quand nous essayions vainement d’obtenir de sa part une réaction à la note Matmut que nous révélions le 13 février dernier, l’ANEA (Alliance Nationale des Experts en Automobile) a réservé ses commentaires à ses seuls adhérents. Elle a pris la forme d’un courrier adressé le 24 février à ces derniers qui, s’il nous écorne au passage, n’apporte pas de réponse sur le fond du problème…

la Ligue Des Droits de l’Assuré (LDDA), une association défendant les intérêts des consommateurs face aux assureurs, nous a fait parvenir sa «Lettre ouverte au monde de l’assurance». Inspirée en cela par notre récente révélation de la note Matmut/AMF, l’association prend position pour défendre le « libre choix » avec une analyse qui ne déplaira pas aux carrossiers et aux experts…

Les multiples réactions au document de la Matmut que nous révélions vendredi dernier ont forcé la mutuelle à sortir de sa réserve. Sans surprise, elle dénonce des «interprétations erronées». Elle réfute avoir voulu ainsi déclencher «une prétendue « riposte aux dispositions de [la] loi Hamon »», ce fameux libre choix du réparateur par le consommateur. Restent quelques questions sans réponse…

Et de trois : Après la FNAA et la FFC, le CNPA a réagi a son tour à la note de la Matmut que nous révélions vendredi dernier dans ces colonnes. Dans une longue lettre ouverte, Yves Levaillant, le président des carrossiers du CNPA déploie un pertinent contre-argumentaire qui mérite d’être reproduite ici  in extenso…

Et ça continue : en matière de réaction contre la stratégie anti-libre choix de la Matmut, celle que nous venons de recevoir de la FFC-Réparateurs n’a rien à envier à celle de la FNAA (voir « Libre choix/note de la Matmut (suite) : la FNAA rappelle à l’ordre la Matmut et tous les assureurs« ). La FFC refuse également de voir ainsi naître une réparation « low cost », contraire aux exigences de qualité et de sécurité imposées par des véhicules de plus en plus high tech…

La FNAA vient de réagir violemment à la publication dans nos colonnes de la note de la Matmut voulant selon elle contourner le libre choix du réparateur (voir « EXCLUSIF – Riposte au libre choix: les experts, otages des assureurs« ). Elle annonce qu’elle «va mettre en place toutes les mesures et les actions nécessaires afin de faire comprendre à la Matmut la gravité [de ses] écrits».