A la Une Compétitivité

CNPA : «Les services de l’automobile doivent s’approprier le plan de relance»

Lors de la présentation des résultats d’une enquête portant sur le moral des chefs d’entreprise, le CNPA a annoncé un programme d’actions visant à faire bénéficier l’aval de la filière du plan de relance pour les aider à investir dans leur transformation écologique et numérique et pour leur compétitivité…

Francis Bartholomé, président national du CNPA

Francis Bartholomé, président national du CNPA

Après des mois difficiles pour les entreprises des services de l’automobile et face aux profondes incertitudes des mois à venir, grevant le moral des chefs d’entreprise du secteur comme de leurs équipes (voir en pied de page), le CNPA milite pour que la filière aval se mobilise dans son ensemble afin de pouvoir bénéficier du plan de relance pour l’automobile mis en place par l’État.

Cette volonté se heurte toutefois au fait que, pour l’heure, ce fameux plan de relance apparaît peu visible pour les chefs d’entreprise du secteur, peu compréhensif ou, à tout le moins, « trop orienté industrie auto et, in fine, inadapté aux TPE-PME qui constituent l’essentiel du tissu des services de l’automobile », estime Xavier Horent, délégué général de l’organisation professionnelle.

L’aval peu concerné et démoralisé

Pour rappel, ce plan de relance annoncé en mai dernier par le Président de la République Emmanuel Macron bénéficie d’une dotation de 100 Mds d’€ pour financer la modernisation de la filière et sa compétitivité. Il s’avère également un levier pour des projets liés à la transition environnementale et numérique du secteur.

Toutefois, sur le terrain, les professionnels ont vu pour la moitié d’entre eux leur trésorerie fragilisée sur un an. Aussi ne considèrent-ils pas le contexte propice à des investissements.

A cet égard, l’enquête dévoilée mercredi dernier portant sur le moral des chefs d’entreprise ne donne pas tort au délégué général du CNPA : sur le panel des 1 00 chefs d’entreprises interrogés pour cette enquête, seuls 11 % considèrent que la crise sanitaire et économique leur permettra d’accélérer leur transition écologique ou digitale. En outre, 17 % seulement des répondants estiment que les aides du plan apparaissent adaptées à leurs besoins…

70 projets en gestation

Pour « attraper le train » de ce plan de relance, le CNPA a demandé à toutes ses branches métier d’élaborer des projets susceptibles d’être financés dans le cadre du plan de relance. « Nous mettons sur pied un programme de quelque 70 projets qui pourraient aider nos entreprises à bénéficier de financements afin d’investir pour rester dans la course », explique Francis Bartholomé, président national de l’organisation professionnelle.

A titre d’exemple, la volonté du Gouvernement de déployer 100 000 bornes de recharge électriques d’ici la fin de l’année (la France en compte 30 000 à l’heure actuelle) pourrait s’appuyer sur le maillage des entreprises de l’aval de la filière. « Au seul périmètre des métiers de la location ou des parcs de stationnement, où des bornes devront être installées, le CNPA a chiffré les investissements nécessaires à 500 M€, précise Francis Bartholomé. Comment investir sans aides lorsque ces métiers accusent jusqu’à 80 % de baisse de CA ?» Autre exemple : sur le secteur de la réparation-collision, la transition écologique souhaitée par les pouvoirs publics pourrait prendre la forme d’investissements dans de nouvelles cabines de peinture dans les ateliers.

Autant de pistes poursuivies par l’organisation professionnelle afin que les services de l’automobile bénéficient du plan de relance pour l’automobile. Et pour saisir encore un peu plus cette opportunité, le CNPA souhaite se positionner en interface entre les services de l’Etat et les entreprises sur le terrain afin d’offrir un appui plus opérationnel à un dispositif qui, s’il a le mérite d’exister, s’avère trop vertical et, en l’état, inadapté aux TPE-PME…

 

Sur le même sujet sur Zepros.fr

Urgence, redonner des perspectives pour regonfler le moral des chefs d’entreprises

75 % des chefs d’entreprises des métiers de l’auto ont le moral en berne. Le CNPA vient de publier les premiers chiffres de son enquête auprès de 1200 patrons pour dévoiler leurs perceptions de 2021….

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 1,00 sur 5)
Loading...

À propos de l'auteur

Avatar