A la Une EXCLUSIF

Pièces de carrosserie: les assureurs s’attaquent ouvertement au monopole

Alors que les rumeurs enflent sur une possible loi européenne visant à la fin du monopole des pièces de carrosserie de façon immédiate et non conditionnelle, voilà que même les assureurs, par la voix de la Fédération Française de l’Assurance (FFA), prennent une position inhabituellement claire et offensive en ce sens auprès de la Commission…

La prise de position anti-monopole de la Fédération Française de l’Assurance auprès de la Commission européenne (cliquez sur l’image pour télécharger le document – en anglais).

Les rumeurs d’une imminente libéralisation totale de la pièce de carrosserie dans toute l’UE serait-elle fondée ? Certains le pensent, qui croient même que la Commission européenne, au terme d’une longue année de consultation sur le sujet du monopole de la pièce de carrosserie, aurait la ferme intention de voter une loi qui s’imposerait à tous les États-membres dont la France (voir le long document conclusif en anglais -analyse d’impact- en cliquant ici).

Une libéralisation immédiate et sans condition ?

Une loi qui aurait même pour possible effet de rendre la concurrence totalement libre et de façon immédiate, sans condition de délai ou de nature de pièce. Même le droit d’auteur, deuxième ligne de défense des constructeurs si le mur de la loi sur les dessins et modèles s’effondrait, serait exclu par le législateur européen. Le fait d’ailleurs que l’Allemagne vienne d’anticiper une telle ouverture totale de son marché début 2021, elle qui avait déjà su aménager une concurrence “contrôlée” depuis 2003, est considéré comme un indice de plus de cette imminence.

A tel point d’ailleurs qu’une organisation professionnelle s’apprête à lancer une vaste campagne média dans des journaux grand public pour accompagner le mouvement…

Les assureurs montent au front européen

Alors que la France semble se retrouver plus seule que jamais à protéger son monopole structuré autour de la loi hexagonale des dessins et modèles, voilà qu’elle ne peut même plus compter sur le silence poli -et parfois même complice- des assureurs.

Car dans un courrier officiel transmis en janvier dernier à la commission européenne, les compagnies et mutuelles françaises ont ainsi pris une position clairement anti-monopole. « La FFA se félicite de la révision entreprise par la Commission concernant la directive sur le design et la directive sur le design communautaire. L’objectif fixé dans l’analyse d’impact de libéraliser totalement les pièces détachées de rechange, notamment dans le secteur automobile, constitue la bonne réponse à l’évolution observée par les assureurs français ».

Inhabituelle offensive des assureurs

A l’occasion de la longue consultation lancée durant tout 2020 par la commission sur la question de l’Eurodesign et de la clause de réparation, voilà la Fédération Française de l’Assurance bien plus diserte. Voire tout bonnement offensive. Et sa position a du poids. Elle représente 280 sociétés d’assurance et de réassurance présentes en France qui, ensemble, cumulent 99 % de leur marché…

« Depuis plus de 5 ans, les assureurs français constatent une augmentation régulière et significative du coût des pièces détachées automobiles, explique le courrier envoyé à la Commission. Selon l’INSEE, cette augmentation a été systématiquement plus forte que l’inflation au moins au cours des 15 dernières années. En 2019, cette augmentation a atteint un taux alarmant de 7,8 % par rapport à 2018. » Et la FFA enfonce le clou en citant Insurance Europe, la fédération européenne des assureurs. Cette dernière a conduit une étude constatant que « le prix de certaines pièces de carrosserie [est] 20 à 50 % plus cher en France que dans d’autres pays européens ».

La FFA soutient « fermement » la libéralisation

Au fil du document, la charge assurantielle se poursuit. « Ces prix élevés sont en grande partie dus au monopole de fait des constructeurs automobiles sur le marché », martèle plus loin la FFA.

Elle n’oublie pas non plus de convoquer l’argument consumériste. « La libéralisation profiterait directement aux consommateurs », écrit-elle, en rappelant que le prix élevé des pièces captives est « nécessairement pris en compte dans le prix de l’assurance automobile ». C’est donc « une dépense contrainte pour la plupart des ménages » qui conduit « plus d’un assuré sur trois [à ne pas opter] pour une couverture complète, devant donc payer les dommages subis ».

A la fin de l’envoi vient la dernière touche. Et à ce titre, la conclusion du courrier de la FFA est définitivement sans équivoque. « L’industrie française de l’assurance accueille la concurrence comme un principe fondamental de l’Union européenne et soutient donc fermement la libéralisation de ce marché afin d’obtenir un effet réel sur le coût de la réparation automobile, notamment par l’introduction d’une clause de réparation ».

Comme d’habitude, nous vous tiendrons au courant…

5 commentaires concernant “Pièces de carrosserie: les assureurs s’attaquent ouvertement au monopole”

  1. aucun engagement ferme par contre sur la baisse des cotisations, on voit bien le montage … il faudra aussi piétiner le droit a la propriété artistique pour les piéces de robe .

  2. Une nouvelle fois les grands gagnants seront …. les assureurs qui vont imposer systématiquement la pièce de qualité équivalente échappant à toute notion de tarif constructeur , il dicteront directement le tarif « public « de chacune des pièces faisant fondre une fois de plus les niveaux de marge en euros des réparateurs et cela afin que les clients n’économise en réalité que quelques euros sur leurs contrats . Quid des outils industriels et des emplois en local , on en revient toujours aux mêmes problèmes

  3. si baisser le prix des pieces (pseudo)captive est une avancée pour le consommateurs en visant une baisse des primes d’assurance et franchises pourquoi pas….. mais le but est bien plus clairement de baisser le cout de la reparation sans aucune contrepartie au societaire ou sur les taux horaire des reparateurs agréés!

    • Les constructeurs vont changés quelques détails dans les pièces le plus fréquemment possibles comme ça les copieurs changerons sans cesse leurs moules et les marchands de pièces d’occasion n’auront jamais le bon modèle!
      CQFD!
      Et la pollution et le recyclage seront les plus grands bénéficiaires!

  4. L’augmentation des prix de pièces ne serai-t-elle pas le résultat du durcissement des contraintes législatives en matière de normes anti pollution et sécuritaire des véhicules.
    Ne pas perdre de vu que la technologie se paie

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur