A la Une Groupement

Nexus Automotive France annonce le programme

Près de huit mois après la constitution de la « division » France de Nexus Automotive, son président Philippe Guyot affiche sa feuille de route. Au menu : recrutement de nouveaux adhérents et consolidation des volumes d’achats. Son ambition : assoir sa position de 3e force dans l’Hexagone.

« Moins d’un an après sa création, notre structure a prouvé sa légitimité pour être en mesure d’afficher un vrai projet ambitieux », affirme Philippe Guyot, président du tout nouveau Nexus Automotive France.

Le défi n’était pas simple : faire converger dans un projet commun des stratégies d’entreprises à fortes identités et farouchement indépendantes, parfois concurrentes . Créé en octobre 2020 autour de quatre actionnaires – Alternative Autoparts, Aniel Marketplace, Apprau, ID Rechange, Nexus Automotive France a rapidement été rejointe par deux adhérents de poids (Exadis et Mannes).

Le temps du recrutement

La structure française, émanation de l’ITG aux 30 Mds€ de business réalisé par 166 membres dans 140 pays,  a relevé ce défi. Aux manettes de cette 3e force sur le marché (338 entreprises animant 36 plateformes et générant un total de 800 M€ de business) , Philippe Guyot et sa connaissance intime du monde de l’après-vente.

Quelques mois après sa naissance, l’entité tricolore se sent prête à accélérer et vient d’entrer en « phase de recrutement actif ». Dans le viseur, des groupes déjà importants « et c’est pour cela que l’actionnariat reste ouvert », ou des petites et moyennes structures (jusqu’à 20 M€) qui pourraient trouver sens à intégrer Alternative Autoparts ou ID Rechange. Les mouvements actuels chez leurs concurrents ouvrent de jolies perspectives  !

Poids lourd et carrosserie : deux chantiers prioritaires

En premier lieu, il s’agit de s’attaquer l’activité poids lourd. « Nous sommes quasiment leader sur ce business PL dans le monde. Nous avons une forte volonté de nous structurer en France en faisant entrer un acteur du secteur. »

Autre axe de croissance, la monde de la carrosserie. En charge du déploiement du réseau Nexus Auto, ID Rechange devrait lancer prochainement la version Carrosserie. Et pour compléter le dispositif, NAF réfléchit à la construction d’une offre globale sur cette spécialité. Une démarche d’autant plus crédible que l’activité est déjà présente dans le groupe via Aniel Marketplace. Le partenariat Alternative Autoparts/Centaure, groupement spécialisé peinture, est également une bonne base de départ.

Passer la barre du milliard

Autant de projets à court-moyen terme qui devraient permettre à l’entité française de séduire de nouveaux partenaires. De quoi également parier sur le milliard d’euros de business générés par les membres du groupe à l’horizon 2023 ! Ambitieux, mais Philippe Guyot est serein au vu des avancées en matière de convergence stratégiques de ses membres. Premier signe notable de ces nouvelles synergies, la consolidation des achats avec déjà 30 accords nationaux signés avec les équipementiers, « bien suivis par les adhérents ». Un premier pas vers l’objectif fondateur de tout regroupement de distributeurs : l’optimisation de la profitabilité et la réduction des coûts via la mutualisation du back-office.

Vers un hub logistique à l’Ouest

« Dans cette logique, la rationalisation de la logistique est fondamentale, sachant que l’acheminement d’une pièce du site de production à un atelier peut coûter 40 à 60 % du prix final. Le marché ne pourra pas faire l’économie de repenser les flux avec une pièce manipulée 11 fois pour arriver entre les mains du réparateur. Pour réduire ces étapes, Nexus International a ouvert un site logistique en Pologne, porté par un pool d’adhérents afin de couvrir l’Europe de l’Est. Nous sommes en plein réflexion pour disposer d’un tel hub logistique pour l’Ouest du continent. » Brique par brique Nexus Automotive France pourrait donc bien faire mentir ceux qui pensent qu’il n’y a plus de place sur nos marchés matures pour de nouvelles organisations mutualisantes.

Nexus France fait village sur Equip Auto On Tour

Réunir les six membres du groupe sous la même bannière « en respectant leur identité » précise Philipe Guyot, le président la structure française du groupement international. « Il était important que Nexus soit présent sur ce format. »

Les Nexus France vont ainsi partager un espace commun de ce salon format « itinérant » qui se tiendra six samedis consécutifs (25 septembre au 30 octobre) dans six grandes villes de France : Avignon, Lille, Lyon, Mulhouse, Nantes et Toulouse. De quoi exposer l’unité en harmonisant la présence des membres Nexus Automotive France. 

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 1,00 sur 5)
Loading...

À propos de l'auteur