A la Une Distribution

Jean-François Niort (Autodistribution Niort), nouveau président de l’UDIAD

L’UDIAD (l’Union des distributeurs indépendants d’Autodistribution) vient de changer d’état-major. Après la longue présidence assurée par Thierry Talbot (Autodistribution Talbot) depuis la création de l’association en février 2006, c’est maintenant au tour de Jean-François Niort (Autodistribution Nirt) d’en prendre la tête, la vice-présidence étant dorénavant assurée par… Thierry Talbot.

Thierry Talbot (Président d’Autodistribution Talbot) et Jean-François Niort (Président d’Autodistribution Niort)

Thierry Talbot (Président d’Autodistribution Talbot) et Jean-François Niort (Président d’Autodistribution Niort), respectivement vice-président et président de l’Union des Distributeurs Indépendant d’Autodistribution (UIAD).

Difficile d’empêcher ces deux ténors de la distribution traditionnelle de parler d’une seule et même voix, tant il s’agit là d’un petit changement dans la continuité de l’UDIAD (Union des distributeurs indépendants d’Autodistribution). Thierry Talbot et Jean-François Niort en sont le président et le vice-président depuis 15 ans que l’association existe. Même s’ils viennent d’échanger leurs sièges, ils demeurent dans les faits le binôme régulièrement reconduit tous les 4 ans par les 23 distributeurs indépendants d’Autodistribution, tous adhérents de l’association.

Gouvernance partagée

Cette dernière a pour rôle de défendre les intérêts des distributeurs indépendants dans le cadre de leur relation avec PHE. Th. Talbot et J.-F. Niort siègent parallèlement à la gouvernance de PHE en tant qu’administrateurs. Une structure où l’on retrouve aussi, aux postes de censeurs, deux autres distributeurs indépendants : Joseph Grossmann (président d’Autodistribution VA FIV, d’Autodistribution SPAA et d’Autodistribution Loir SA) et Thierry Michel (président d’Autodistribution Oise-Val d’Oise et président des réseaux AD VL).

Ainsi associée à la stratégie de PHE, rien d’étonnant donc à ce que l’UDIAD soit intrinsèquement discrète, ne communiquant qu’exceptionnellement. Cette discrétion vient aussi de ses gènes fondateurs. Elle est née des préoccupations passées des distributeurs, quand ils étaient sérieusement bousculés par cette époque où Autodistribution se remettait encore difficilement du calamiteux rachat du britannique Finelist en 2000. Elle a sûrement su également faire entendre la voix et le poids des indépendants en 2009, quand Autodis/Autodistribution, de nouveau exsangue, était racheté par Towerbrook qui la redressait et la revendait ensuite à Bain Capital en 2015.

De ces probables bras de fer passés, ni l’un ni l’autre ne vont parler sinon pour souligner en chœur que « c’est tout à l’honneur de Towerbrook, puis ensuite de Bain Capital d’avoir écouté, compris et respecté le rôle des distributeurs indépendants dans la réussite d’Autodistribution ».

40 à 45 % du CA d’Autodistribution

L’UDIAD a, il est vrai, un poids certain. Ses 23 distributeurs adhérents pèsent 38 % des achats et 40 à 45 % du chiffre d’affaires français de PHE, calcule Jean-François Niort. Un tel rapport de force doit de temps en temps avoir ses vertus : on n’imagine guère un Thierry Talbot docile lorsque le projet de rachat d’Oscaro débarquait sur le bureau de l’UDIAD. Mais c’est d’une gouvernance et de décisions partagées que vit l’association, insistent les deux élus. « Nos rapports avec PHE se fondent sur la transparence et la confiance », souligne J.-F. Niort. « Mais n’imaginez pas pour autant que nous sommes une simple chambre d’enregistrement… », précise-t-il.

« Autodistribution coule dans les veines des 23 indépendants adhérents, complète Thierry Talbot ; ensemble au sein de l’UDIAD, nous savons toujours faire entendre notre spécificité d’entrepreneurs et nos attentes de chefs d’entreprises ». L’annonce de cette nouvelle présidence faite, l’UDIAD va donc retourner à ses confidentielles assemblées mensuelles et rencontres régulières avec PHE. Tout juste apprendrons-nous que l’UDIAD réfléchit à un élargissement européen pour intégrer les distributeurs indépendants que PHE s’en est allé accueillir dans ses développements hors frontières françaises.

Et de toute façon, les distributeurs heureux n’ont pas d’histoire : en France, après la difficile année 2020 gérée main dans la main avec la centrale, les temps redeviennent sereins. 2021 évolue avec une croissance de +5 % en moyenne par rapport à 2019 pour l’ensemble des adhérents de l’association.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

À propos de l'auteur