Décret des vitres teintées : l’apocalypse n’est pas pour le 1er janvier

L’entrée en vigueur, le 1er janvier prochain, du décret limitant définitivement à 70% le taux de “transmission de lumière visible” (TLV) des vitres teintées à l’avant, était attendue avec crainte par les professionnels de la pose de films pour vitrage. Néanmoins, l’impact du décret devrait être moins important que prévu sur l’activité des pros du secteur. D’autant que certaines enseignes sont en voie de diversification…

last-call-glastint

Sur son site web, l’enseigne Glastint propose une promotion de dernière minute aux automobilistes n’ayant pas mis leurs vitres latérales avant en conformité avec la loi et la limite des 70% de taux de TLV.

Il y a un an, les pros des vitres teintées, réunis au sein de l’Association sécurité et filtration des films pour vitrage (ASFFV), tiraient la sonnette d’alarme face au projet de décret présenté par le délégué interministériel à la sécurité et à la circulation routière (DSCR). Le texte annonçait alors vouloir limiter à 70% le niveau de transmission de lumière visible (TLV) sur les vitres avant des automobiles. Le décret devait même entrer en vigueur le 1er janvier dernier, et ne laisser que six mois aux deux millions de véhicules aux vitres avant “trop” teintées pour faire retirer leurs films.

Finalement, c’est bien le 1er janvier prochain que le fameux décret entrera en vigueur, après quelques microscopiques ajustements qui n’impactent pas le moins du monde les taux de TLV limites auxquels les vitres avant des véhicules devront se tenir. L’arrêté d’application du décret, publié le 18 octobre dernier, entérine donc ce qui était prévu l’an dernier et faisait la colère des professionnels du film teinté : plus aucun véhicule ne devra circuler, au-delà du 1er janvier 2017, avec des vitres avant laissant passer moins de 70% de lumière visible.

La filière du film teinté s’ajuste

En attendant, les centres de pose de films teintés ont eu des mois de travail pour capitaliser un peu sur cette mesure et retirer des véhicules équipés les films qui filtraient trop la lumière au regard de la loi, évitant ainsi aux automobilistes l’amende qui leur pend au nez s’ils y contreviennent, 135 euros et le retrait de 3 points sur le permis de conduire. Et la filière elle-même s’est ajustée, pour éviter le manque à gagner fatal qu’aurait signifié le décret s’il n’y avait eu de réaction de la part de poseurs mais aussi des fournisseurs de films. «Les fabricants ont développé ces derniers mois des films nouvelle génération, plus clairs, permettant d’obtenir les mêmes caractéristiques techniques que les films foncés», se félicite en effet l’ASFFV dans son dernier communiqué.

Donc, comme le précise l’ASFFV, «à partir du moment où le sur-teintage des vitres avant respecte 30% de teinte et 70% de TLV», il sera toujours possible de poser des films teintés de 70% de TLV maximum sur les vitres avant. Car, contrairement à ce qu’avançaient les pros de la filière lors de leur conférence de presse en urgence l’an dernier, le taux de TLV des vitres d’origine, dès la sortie d’usine des véhicules, n’est en moyenne que de 80%, et non de 70%. Certains modèles sortent des usines avec un taux de TLV de 70%, mais ils ne sont pas les plus courants : beaucoup quittent leur site de production avec un taux d’origine situé entre 80 et 88%, selon le site de Glastint. Ce qui laisse, effectivement, une marge certaine pour continuer à travailler et exploiter le filon : 99% des véhicules du parc restent éligibles aux films teintés de nouvelle génération, selon l’ASFFV !

L’avantage des vitres teintées perdure

Les films de nouvelle génération évoqués par l’ASFFV affichent déjà de nombreux gains par rapport à la teinte d’origine des vitres avant : pour un tel film à TLV de 70%, le rejet des apports thermiques peut se monter à 44%, contre seulement 15% pour les vitres d’origine. Un gain intéressant, surtout lorsque l’on sait que réduire la température intérieure du véhicule est l’une des principales raisons pour lesquelles les automobilistes choisissent de faire sur-teinter leurs vitres avant. Quant à la filtration des UV nocifs, l’ASFFV souligne que les films de nouvelle génération peuvent les limiter à hauteur de 99%, équivalant à un indice de protection solaire de 1 000 ! Un vrai bond en avant par rapport à des vitres d’origine créditées de seulement 38% de limitation des UV nocifs.

Enfin, les nouveaux films permettent également une protection doublement supérieure à celle des vitres avant d’origine pour ce qui est de l’éblouissement latéral. «Bon nombre [des professionnels des films pour vitrage] se sont équipés d’outils de mesure de la TLV sur les vitres avant, et peuvent dès lors vous proposer un choix de films adaptés à votre véhicule permettant de respecter la réglementation film + verre», insiste l’ASFFV. Ce qui permettra toujours au plus grand nombre d’automobilistes de faire poser des films teintés sur leurs vitres avant. Et aux enseignes de films pour vitrage de conserver cette activité qui représente 53% de son volume d’affaires… même si certains réseaux, comme Glastint, se sont déjà lancés dans une activité tierce : la réparation et le remplacement de vitrages.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 4,00 sur 5)
Loading...

À propos de l'auteur

Romain Thirion

Journaliste diplômé du CFJ de Paris, Romain Thirion couvre l'actualité automobile depuis 2011, et s'est spécialisé dans l'après-vente en 2012.

Particulièrement intéressé par les problématiques de réparation-collision, il suit les péripéties du secteur de la carrosserie et de l'expertise avec attention. Par ailleurs, il se fait fort de couvrir l'actualité des enseignes de centres auto, de réparation rapide et de pneumaticiens.

Depuis 2017, il est également président de l'Association des journalistes techniques et économiques (AJTE).

+33 1 41 88 09 06

rthirion@apres-vente-auto.com