Assurance : quand Natixis contrôle les devis… mécaniques !

Partagez

Après “Allo Mécano”, le service d’AXA destiné à contrôler les devis mécanique de ses assurés à leur demande, avec l’aide de “mécaniciens-experts”, c’est au tour de Natixis Assurances de proposer une solution semblable dans l’Assurance AUTO qu’elle fournit aux clients des Caisses d’Epargne… au risque de raviver une plaie encore fraîche chez les représentants de la profession de réparateur.

Avec Natixis Assurances, AXA et son “Allo Mécano” auraient-ils trouvé un (in)digne successeur ? Il y a presque deux ans, ledit service lancé par AXA pour ses assurés auto scandalisait l’ensemble des syndicats représentatifs de la profession de réparateur. Ceux-ci reprochaient naturellement à l’assureur français de vouloir jouer les chevaliers blancs en arbitrant le montant des devis mécanique réalisés pour ses clients en fonction du type de prestation demandée et des prix du marché.

L’initiative était interprétée, fort justement, comme une distorsion supplémentaire du marché de l’entretien auto par les assureurs, eux qui ont déjà la mainmise sur celui de la réparation-collision, mais aussi comme une éventuelle atteinte au droit de l’assuré au libre choix de son réparateur.

Natixis fixe la barre du devis à 800 euros

Désormais, Natixis Assurances, filiale de la célèbre banque, propose à son tour une solution similaire aux clients des Caisses d’Epargne ayant souscrit l’Assurance AUTO auprès de leur établissement bancaire. Modulable, ce contrat d’assurance auto promet, parmi de nombreux services très classiques de ce type de souscription, une analyse du devis de réparation. Sans autre dénomination plus marketing que cela. Mais l’objectif est, peu ou prou, le même.

Et cette fois, contrairement à AXA/Allo Mécano, Natixis Assurances fixe purement et simplement à 800 euros le montant du devis au-delà duquel les assurés des Caisses d’Epargne peuvent “légitimement” demander une analyse aux techniciens automobiles experts en diagnostic dédiés. Au-delà de cette somme, l’assuré qui a un doute ou des questions sur le devis fourni par son garagiste à la suite d’une panne peut donc demander l’analyse dudit devis.

Devis confirmé… ou ajusté

Il suffit au client du garagiste d’envoyer le devis que celui-ci lui propose à l’un des techniciens automobiles experts en diag de Natixis, et celui-ci fait ensuite exactement la même chose que les mécaniciens-experts d’Allo Mécano. Il contacte le garagiste afin de s’assurer que les réparations envisagées sont pertinentes et que les moyens mis en œuvre pour réparer la panne sont adéquats. Ce n’est qu’une fois ce travail effectué que le technicien confirmera ou ajustera les réparations à prévoir. Et au réparateur d’être d’accord, ou de s’assurer que le client fera effectivement la réparation dans son garage, sinon, celui-ci risque de lui filer sous le nez.

Bien sûr, il n’y a rien de contraignant pour l’automobiliste dans ce service de Natixis Assurances, puisque le contrat l’Assurance AUTO ne garantit pas les pannes mécaniques, a priori. Mais dans un contexte de suspicion du client envers les réparateurs auto, difficile d’imaginer qu’un tel service ne perturbe pas l’automobiliste dans son droit au libre choix, ce même droit qui l’a sans doute conduit à s’adresser au garagiste auteur du devis suspect parce que supérieur à 800 euros. D’ailleurs, pourquoi ces 800 euros, sachant qu’en fonction de l’âge du véhicule, des technologies qu’il embarque, de la marque du véhicule, de la panne elle-même qui peut s’avérer plus complexe qu’elle n’apparaissait au départ, ce chiffre semble une fois encore bien arbitraire.

Reste qu’une telle initiative s’expose exactement aux mêmes questions que nous nous posions il y a deux ans sur Allo Mécano… et devrait également susciter ces mêmes interrogations inquiètes chez les représentants des organisations professionnelles de réparateurs.

Comme d’habitude, on vous tiendra au courant…

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 4,33 sur 5)
Loading...

2 Commentaires concernant “Assurance : quand Natixis contrôle les devis… mécaniques !”

  1. Je ne suis pas certain que les assureurs lancent de tels services pour laisser croire à leurs clients qu’ils prennent fait et cause pour leurs assurés !
    Car il ne faut pas rêver, je voudrais bien savoir qui sont ces fameux « mécaniciens-experts », d’où sortent-ils et comment peuvent-ils juger d’un devis de réparation sans avoir vu la voiture, le problème,…
    Bref, ce n’est que de la poudre aux yeux pour faire croire aux assurés que l’on s’occupe d’eux, en leur faisant miroiter une baisse significative du devis de réparation (payant ?) que de toute façon, le professionnel mis en cause pourra finalement refuser de faire si le client mécontent proteste un peu trop…
    Par contre, si cette prestation fait partie d’un nouveau contrat, cela implique forcément que toute la structure mise en place pour cette prestation est forcement payée par quelqu’un et le gagnant sera…les assurés qui vont souscrire ce contrat, moyennant forcément une prime plus importante.
    Bref, au lieu de se focaliser sur la réparation carrosserie ou mécanique pour tenter de faire croire que les assureurs tentent de maîtriser le coût de la réparation qui ne cesse d’augmenter, nos chers assureurs devraient plutôt se concentrer sur le prix des pièces des constructeurs…
    Non seulement le coût moyen baisserai, que cela soit en mécanique et surtout en carrosserie, mais le nombre de véhicules réparés serait plus important et la marge de tous maintenue par l’augmentation de l’activité…
    A bon entendeur

  2. Ben voyons…
    Un exemple de plus qui confirme que, quand un des majors de la profession invente un tel « service » pour laisser croire à ses clients qu’il prends faits et causes pour lui, d’autres compagnies ont tôt fait de lui emboîter le pas.
    Il est vrai que cette nouvelle mode du conseil désintéressé au seul (???) profit de l’assuré constitue un superbe écran de fumée pour les assureurs et notamment sur leurs propres errances tarifaires sans parler de leurs total irrespect des règles les plus élémentaires notamment en matière de règlements de sinistres. Voilà donc un élément fort du modèle qu’il conviendra de prendre en compte le jour où l’ensemble des filières de la réparation se mettront enfin d’accord pour constituer, par un groupe fort, un véritable outil commun de contre pouvoir…
    Et comme je l’ai déjà écrit, l’autre service qu’il faudra promouvoir pour conseiller efficacement les clients, ce sera le niveau des prix pratiqués par ces chers assureurs !
    Libre choix du prestataire, recours direct, contre expertises plus fréquentes en dommages sans tiers et bien entendu, le montant des primes… qui doivent être discutées et négociées à la baisse.
    Alors seulement les clients et assurés pourront-ils trouver un réel juste équilibre face à ces ogres dont seules leurs finances personnelles sont l’alphabet l’oméga de leur prestations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*