En Bourse, Autodis Group changera de destin

Partagez

Reuters l’a révélé : Bain Capital prépare l’introduction en Bourse d’Autodis Group (Autodistribution). La recherche d’une banque pour accompagner le projet a commencé. Si Bain Capital arrive à ses fins, le groupe français deviendra le seul champion européen coté en Bourse. Et de fait, le seul capable de financer une croissance rapide puisque le seul financièrement armé pour rivaliser avec les deux ogres américains LKQ et GPC qui pour l’heure, raflent les meilleures  opportunités européennes sans aucune résistance…

Si Bain Capital réussit à introduire Autodis Group en Bourse, il fera du groupe français le seul capable en Europe de se hisser en challenger de LKQ Europe et GPC/AAG...

Si Bain Capital réussit à introduire Autodis Group en Bourse, il fera du groupe français le seul capable en Europe de se hisser en challenger de LKQ Europe et GPC/AAG…

Selon une dépêche de l’agence Reuters du 18 décembre, Bain Capital envisage l’introduction en Bourse d’Autodis Group (Autodistribution, Doyen, Mondial Pare-brise, ACR Group, Cora, Ovam, Ricauto/TopCar ). Les manœuvres ont effectivement commencé. Depuis le début du mois, la société de capital-investissement aurait sollicité plusieurs banques afin de sélectionner celle qui serait en mesure de valoriser au mieux le groupe.

L’introduction, initialement planifiée en 2019, pourrait s’opérer dès mi-2018. Au vu des valorisations actuellement définies par les acquisitions européennes régulières des deux Américains que sont LKQ et GPC −et à condition bien sûr que l’économie en général et la Bourse en particulier se maintiennent en bonne forme−, Bain Capital espère probablement que l’opération permettra d’obtenir l’équivalent d’une année de chiffre d’affaires, soit 1,2 à 1,3 Md d’euros. Une sacrée plus-value potentielle lorsque l’on se souvient que Bain Capital avait repris Autodis Group pour la “modique” somme de 600 à 650 M€ fin 2015 !

D’une pierre deux coups

Un premier constat. Bain Capital aurait pu choisir la facilité, à savoir chercher tout simplement à vendre Autodis Group à LKQ Europe. Cela aurait certainement pu se faire vite et bien. Le distributeur américain est probablement demandeur, lui qui adore s’offrir les N°1 ou N°2 nationaux et s’intéresse évidemment au deuxième marché européen qu’est la France. Et après que son homologue GPC ait acheté Alliance Automotive Group, la seule clé restante capable d’ouvrir d’un coup tout le marché français s’appelle Autodis.

Unetelle revente aurait pu suffire à combler les attentes de retour sur investissement de Bain Capital. Puisque LKQ vient de reprendre Stahlgruber en Allemagne pour 12 fois son résultat brut, le propriétaire d’Autodis aurait pu espérer obtenir le même ratio. Soit tout de même 1,1 Md d’euros (12 fois le résultat brut 2016 de 92,4 M€).

Que Bain Capital préfère opter pour l’option Bourse est donc la confirmation qu’il pense en tirer plus par cette voie. Et donc, qu’il a confiance en l’impact positif qu’aura la stratégie actuelle d’Autodis sur son futur cours d’introduction.

Autodis Group dans la cour des grands

Dans une récente analyse (voir «L’ère des “prédateurs-Distributaures”»), nous notions que si LKQ comme GPC raflaient toutes les opportunités européennes, c’était aussi parce que, cotés tous deux en Bourse, ils peuvent à la fois financer de nouvelles acquisitions en émettant de nouvelles actions, consolider leurs cours par l’effet de croissance et garder intact leurs capacités à financer le rachat suivant. Un atout qui disqualifie à chaque fois un concurrent-repreneur classique, incapable de suivre les valorisations proposées par les deux Américains qui poursuivent ainsi leur emplettes européennes sans concurrence locale.

Sauf erreur de notre part, l’introduction en Bourse planifiée pour Autodis Group en fera le premier groupe de distribution indépendant de pièces en Europe à accéder à une cotation boursière. Et de fait, il deviendra le premier champion européen capable de s’appuyer sur le levier boursier pour rivaliser avec les deux Américains.

Si le projet se réalise vite, Autodis Group changera donc de catégorie et surtout de destin. Sous sa forme actuelle, le distributeur ne peut qu’espérer à terme être gobé au meilleur prix. S’il réussit son introduction en Bourse, il passera du statut de cible potentielle à celui de conquérant armé pour croître. Et ce, avant que LKQ et GPC n’aient fini de s’octroyer toutes les meilleures proies…

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (3 votes, moyenne : 3,33 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*