Autodis Group en Bourse (2ème partie) – L’inédit classement des principaux groupements

Partagez

Il aura fallu attendre qu’Autodis Group (Autodistribution) prépare son introduction en Bourse pour que l’on dispose enfin d’un inédit classement des acteurs de la distribution indépendante de pièces en France et ce, en VP comme en VI. L’exercice, imposé à Autodis Group pour informer les marchés, est aussi inédit qu’osé. Et s’il ne fera probablement pas que des heureux, ce classement a le mérite d’exister enfin…

S’il est une partie inédite dans le foisonnant “document de base” fourni par Autodis Group à la Bourse (voir notre précédent article), c’est bien le classement chiffré des forces françaises de la distribution indépendante de pièces. Un classement que produit Autodis Group dans son chapitre baptisé «Competitive Landscape» (environnement concurrentiel en bon français) et ce, en VP comme en VI.

l’inédit −et délicat− exercice

Un classement d’autant plus bienvenu que personne ne s’est jamais vraiment risqué au délicat exercice de la comparaison des CA réels ou supposés des différents groupements indépendants du marché de la pièce de rechange. Il faut dire que le risque est grand de générer ainsi autant de vainqueurs incertains que de frustrés vindicatifs. Car chaque groupement de distribution a généralement tendance soit à vivre caché, soit à hypertrophier ses chiffres pour mieux séduire les prospects distributeurs et/ou mieux justifier les exigences financières présentées aux fournisseurs.

Résultat : les chiffres les plus extravagants circulent librement sur un marché de la pièce où les grenouilles se font volontiers aussi grosses que les bœufs sans jamais souffrir de contradiction officielle. Ici, on va mélanger activité auto, industrielle et VI ; là, on va empiler le CA de la centrale d’achat avec celui de chaque distributeur affilié (et pourquoi pas en passant, ceux des plateformes régionales). Après avoir ainsi cumulé les CA réalisés à chaque étape du circuit, on n’oublie pas non plus d’ajouter aussi les achats complémentaires pourtant réalisés au seul niveau du distributeur. Et ici ou là, on va parfois même se risquer à prendre le meilleur de chaque comptabilisation…

L’inévitable clarification

Pour toutes ces raisons, le classement qu’Autodis Group a décidé de publier apparaît particulièrement culotté. Mais l’entreprise doit prendre ce risque : il lui faut contextualiser autant que possible ses propres chiffres pour mieux sensibiliser les banquiers et investisseurs respectivement invités à placer et acheter les actions prochainement introduites sur Euronext.

Reste que le résultat ne va pas faire que des heureux. Car ledit classement apparaît d’autant plus crédible qu’il est censé participer à une obligatoire et transparente information des marchés.

Distribution VP : confirmations et surprises

Commençons par la hiérarchie des acteurs majeurs de la distribution indépendante des pièces VP. Autodis Group estime ce marché français (troisième derrière l’Allemagne et l’Italie) à 5,7 milliards d’euros (6 milliards en 2022), à valeur de prix de vente à réparateur. Sans surprise, Autodis Group (ici considérée dans son entièreté incluant les distributeurs indépendants affiliés) revendique la première place avec 29% du marché, devant Groupauto et ses 16%. Assez loin derrière suivent ensuite Précisium et ses 6%, puis Partner’s (4%), le Groupe IDLP (4%), le Groupe Laurent (4%) et Flauraud (3%).

Certes, l’honneur est sauf pour Groupauto. En le restaurant dans sa légitimité de “groupement de groupements”, ses 16% ajoutés aux 6% de Précisium et aux 4% de Partner’s le hissent à 26%, soit à 3% seulement des 29% d’Autodis Group/Autodistribution. En revanche, Autolia Group, qui s’estime sur son site à 1 milliard d’euros, devra se satisfaire du seul strapontin concédé à son adhérent Flauraud et se résigner à l’étonnante absence d’Agra.

Encore 33% de distributeurs sans enseigne

Les oubliés n’ont donc plus qu’une seule alternative : adresser leur réclamation à Arcueil ou s’auto-évaluer comme ils le souhaiteront dans les 33% restés vacants au terme de ce classement. 33% qu’Autodis attribue aux «quelque 2 000 acteurs indépendants» qui n’ont encore rejoint aucune chapelle. En passant, Autodis Group rappelle ainsi à ses futurs actionnaires que l’atomisation du marché français reste spectaculaire et donc, que ses opportunités de croissance externe le sont aussi. Surtout si l’introduction en Bourse lui en attribue les moyens…

A l’autre extrémité du spectre, cela signifie aussi que les 2 000 petits distributeurs encore esseulés pèsent chacun moins d’un million d’euros en moyenne (940 500 €). A eux bien sûr de comprendre que les concentrations qui se multiplient chez les grands du secteur les éloignent chaque fois un peu plus de la taille sereinement critique. Un autre chiffre publié par Autodis Group devrait d’ailleurs les convaincre du fossé qui se creuse. L’an dernier, le groupe d’Arcueil révèle avoir pu consacrer 6,7 millions d’euros à la communication publicitaire et digital ainsi qu’au marketing de ses enseignes…

VI : les quatre mousquetaires de la distribution

Reste maintenant à relater le classement de l’activité VI selon la même approche. Sur un marché français de la pièce et de la réparation VI cette fois évalué par Autodis Group à 4,6 milliards d’euros tous acteurs constructeurs et indépendants confondus, seulement 1,4 milliard est considéré comme exploitable par les acteurs indépendants, le reste étant apparemment trop solidement détenu par les constructeurs et les acteurs flottes.

Selon Autodis Group donc, quatre acteurs majeurs se partagent ce “petit” milliard et demi accessible à la rechange et la réparation indépendantes VI. Autodistribution et AD PL s’en adjugent 18%, à égalité avec G Truck/Top Truck. Viennent ensuite TVI avec 8% et Todd avec 5%. Soit un total de 49%, sans que l’on puisse savoir précisément cette fois qui détient les 51% restants…

Fort de ses 200 sites dédiés à la pièce et la réparation PL, Autodis group revendique logiquement la première place face à ses «trois plus proches concurrents», à savoir les 183 sites attribués aux ateliers et magasins fédérés par Alliance Automotive group, les 112 sites du Groupe Todd et les 83 d’Autolia Group, enfin nommément cité grâce très majoritairement à son adhérent TVI.

Tous à vos calculettes !

Les curieux n’ont plus qu’à diviser les marchés VP et VI quantifiés par Autodis par les divers pourcentages énumérés pour, enfin, obtenir les tailles respectives des principaux acteurs.

En partant ainsi des 5,7 milliards d’euros du marché VP français, cela revient à évaluer l’activité VP d’Autodis Group/Autodistribution à 1,65 milliard d’euros (toujours à prix de vente à réparateur) et celle de l’ensemble Groupauto/Precisium/partner’s à 1,48 milliard. Quant au marché VI et son 1,4 milliard de référence en pièces et réparation, il permet d’évaluer les 18% respectifs des deux leaders à 252 millions d’euros chacun, suivis de 112 millions pour le groupe TVI et à 70 millions pour le groupe Todd.

En France, Autodis Group/autodistribution pèse donc, activités VP et VI confondues, environ 1,9 milliard d’euros, devant AAG/Groupauto (1, 73 milliard). Allez : ceux qui ne se reconnaîtraient pas dans ces évaluations produites par Autodis Group peuvent évidemment nous contacter…

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 4,33 sur 5)
Loading...

2 Commentaires concernant “Autodis Group en Bourse (2ème partie) – L’inédit classement des principaux groupements”

  1. Merci ! Je les ai appelé mais impossible de le trouver…Je ne dois pas être très futé !

  2. Où peut-on se procurer ce document??
    Rédaction: tout simplement auprès de l’AMF (Autorité des Marchés Financiers)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*