Libre choix: deux caisses Groupama mettent Carglass sur la touche

Partagez

Deux Caisses régionales de l’assureur Groupama ont décidé de plafonner ls remboursements à leurs assurés s’étant adressé à Carglass. Un avatar de plus à la lutte assurantielle anti-libre choix… et à l’agacement des assureurs face à la domination du réseau de vitrage.

Carglass réussira-t-il à résister à la pression tarifaire de deux caisses régionales de Groupama?

Carglass réussira-t-il à résister à la pression tarifaire de deux caisses régionales de Groupama?

Certains assurés de deux caisses régionales de Groupama, celle de Loire-Bretagne et celle de Centre-Manche, ont eu la désagréable surprise de retrouver entre le marteau et l’enclume, a récemment révélé notre confrère Décision Atelier. Ils sont devenus les otages d’une bataille opposant ces deux caisses régionales et l’enseigne Carglass

Depuis le 1er janvier dernier en effet, ces deux caisses régionales –les seules sur tout le territoire– ont décidé de ne plus agréer l’enseigne spécialisée dans la réparation et le remplacement de vitrage. Visiblement trop chères pour les deux antennes de l’assureur, les prestations effectuées par Carglass pour le compte des assurés Groupama sinistrés voient ainsi leurs indemnisations systématiquement plafonnées par des experts mandatés par l’assureur a posteriori desdites interventions. Et ce, «sans même qu’ils aient vu le véhicule», s’agace l’enseigne !

En clair : ni l’assuré automobiliste, ni le réseau de vitrage ne peuvent connaître le montant de l’indemnisation avant la réalisation de la prestation sur le véhicule de l’assuré ; et donc, d’anticiper ce qu’il restera éventuellement à la charge de ce dernier.

Un vieux bras de fer entre assureurs et Carglass

Il s’agit là évidemment d’une réaction assurantielle au reproche que tous les assureurs et mutuelles font depuis de longues années à Carglass : fort de son leadership incontesté, le réseau de vitrage a tendance à faire ses propres prix sans céder aux pressions économiques de ceux qu’il ne veut pas reconnaître comme donneurs d’ordres tout-puissants.

Dans ce contexte, les deux caisses s’acharnent dans leur rôle probable de commandos avancés. Car «malgré nos tentatives de conciliation, ces deux caisses régionales de Groupama maintiennent leur position», déplore l’enseigne. Pire encore : selon le réseau de vitrage, elles recommanderaient même à leurs clients de ne pas régler le solde de la prestation. D’où une trentaine d’actions en justice actuellement menées par celui-ci afin d’obtenir le remboursement plein et entier des prestations qu’il a réalisé.

Carglass, nouveau héraut de la Loi Hamon

Pour l’enseigne de vitrage, «ces pratiques sont une tentative de dissuader les assurés de ces deux caisses régionales de solliciter les services de réparateurs non agréés». Et de préciser que cela va à l’encontre des dispositions de la Loi sur la consommation, dite Loi Hamon, aux termes de laquelle l’assuré dispose du libre choix de son prestataire pour faire entretenir ou réparer son véhicule. Car en l’espèce, plafonner les remboursements revient à inciter très fortement les automobilistes assurés à effectuer leurs réparations autrement que par le biais de Carglass.

Si l’enseigne regrette d’autant plus cette situation qu’elle est subie par les automobilistes concernés, elle assure cependant que son « service consommateur est fortement mobilisé pour répondre aux interrogations de chacun des assurés de ces deux caisses régionales et s’efforcer de proposer une solution adaptée ».

Comme d’habitude, on vous tiendra au courant…

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (8 votes, moyenne : 4,75 sur 5)
Loading...

3 Commentaires concernant “Libre choix: deux caisses Groupama mettent Carglass sur la touche”

  1. Agent Général / 18 mai 2018 á 9 h 35 min / Répondre

    Allez, sans vouloir faire de surenchère, mon adjectif est : Abracadabrantesque !
    Ce qui paraissait ainsi improbable et incohérent voici quelques années quand on nous a « gentiment incités » à miser sur le « tout Carglass » était pourtant… tellement prévisible. C’est d’ailleurs ce que nous avions dit haut et fort à nos compagnies nous les mettant en garde sur les effets néfastes de la position dominante. Mais, tous les assureurs se sont allègrement engouffrés dans le créneau en ne voyant chez ce fournisseur que des gains immédiats importants. C’était oublier ou feindre de ne pas voir que lorsque l’on crée un ogre, ce dernier apprend aussi rapidement à se structurer et se défendre face à ses donneurs d’ordres.
    N’est-ce d’ailleurs pas ainsi que pratiquent les assureurs, entre eux d’abord, mais aussi à l’encontre de l’ensemble des marchés et métiers qui ne sont pas les leurs ?
    Tel est pris qui croyait prendre même si, comme le dit fort justement JeanMi Carglass a mis en place des pratiques plus que « boarder line ».
    Tout ceci montre si besoin était que cette entreprise a beaucoup appris de ses donneurs d’ordres tant sur les pratiques anticoncurrentielles que sur la politique des prix.
    À force de vouloir tuer les effets bénéfiques de la libre concurrence et ceux du libre choix, les assureurs voient revenir vers eux avec une force inouïe le boomerang qu’ils ont eux-mêmes lancé !
    J’espère simplement que tous les autres sous-traitants sauront saisir pareille occasion pour faire enfin preuve de cette cohésion qui leurs fait défaut et de l’audace qui donne aujourd’hui raison à la force que Carglass a développé et peut raisonnablement opposer aux assureurs.

  2. C’est croquignolesque! Il fut un temps où ces gens des assurances pactisaient avec ce diable de Carglass. Nous savons très bien, les uns comme les autres,lorsque une entreprise se trouve en situation de monopole les tarifs flambent!(il faut bien payer l’essuie glace offert) Le loup est dans la bergerie, la faute a qui?

  3. Sans vouloir défendre les assureurs (loin de là…), il ne faut pas s’étonner d’une telle situation !
    Voilà bien longtemps que Carglass se croit tout permis, en pratiquant des surfacturations systématiques, voilà le retour de bâton…
    Il y a de nombreuses années, cette célèbre marque a voulue casser les prix pour attirer toujours plus, notamment les assureurs, en pratiquant des tarifs soit-disant attrayants.
    Mais combien de clients se sont fait avoir avec des pièces certes moins chères, mais des temps de MO au double de la normale, sans parler des très nombreuses malfaçons systématiques car il faut aller vite, avec du personnel pas toujours bien formé…
    La meilleure preuve a été la fameuse photo du technicien itinérant changeant un pare-brise de Mégane II CC dans la rue, la voiture à cheval sur le trottoir, le technicien avec un bonnet et des gants traduisant une température extérieure proche de zéro!!! Du grand n’importe quoi…
    Bref, Carglass se prend une remontée de bretelles, c’est très bien, c’est un secteur très concurrentiel. Libre aux clients d’aller voir ailleurs et de ne surtout pas écouter les belles fausses promesses de prise en charge intégrale…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*