Diagnostic climatisation : l’outil fait (presque) le pro

Partagez

Si le passage au fluide R1234yf est désormais acquis comme une solution à long terme pour les équipements de climatisation automobile, le prix du fluide est une bonne raison de réaliser un diagnostic de la boucle. Dans la jungle des appareils proposés, lesquels sont vraiment utiles ?

L’appareil de diagnostic de la boucle de climatisation. A la fois pédagogique et traceur de votre travail, il rassure le client. (Exxoclim3 de Exxotest)

L’appareil de diagnostic de la boucle de climatisation. A la fois pédagogique et traceur de votre travail, il rassure le client. (Exxoclim3 de Exxotest)

Intervenir sur les circuits de climatisation est traditionnellement présenté comme une solution génératrice de marges importantes pour les ateliers. Malheureusement le temps de la poule aux œufs d’or est remis en cause non seulement par les législations sur l’entretien des systèmes de réfrigération, mais aussi et surtout par un prix du fluide de recharge R1234yf qui, s’il a baissé, reste significativement plus cher que le précédent gaz R1234a. Il ne suffit donc plus d’une bonne station d’entretien : il faut aussi maîtriser le diagnostic…

Clim et diagnostic

Pour ceux qui continuent au R134, c’est une obligation ; pour qui se concentre sur le R1234yf, c’est une question de rentabilité, le diagnostic ne peut s’affranchir d’un matériel adapté. Il s’agira essentiellement de traquer des fuites de fluide, mais la déficience du circuit de climatisation peut venir de la défaillance d’un élément mécanique ou d’une panne électronique.

Tous ces appareils doivent être suffisamment utilisés pour les amortir même si, hormis un appareil de diagnostic spécialisé (environ 2 000 euros pour un kit R1234yf) les tarifs sont assez incitatifs. Il faut également penser au “flushing”, le rinçage du circuit lorsque l’on fait un contrôle de charge. Ce sont des compléments à la station de recharge – compléments qui nécessitent toutefois le plus grand soin.

Les machines font du diag

Selon le niveau de sophistication de la station de recharge à l’atelier, il est possible de faire du diagnostic, du rinçage et une injection de traceur dans le circuit. Des kits permettent de faire un rinçage du fluide, ou de contrôler lors de la recharge le type de fluide présent dans le circuit et éviter une contamination de la bouteille de fluide neuf.

Ces compléments ne sont pas négligeables, surtout dans les ateliers de carrosserie, quand l’intervention intervient à la suite d’un choc avant impactant l’échangeur de face avant et que le circuit est resté ouvert pendant une période avant réparation.

Les petits outils miracles
Le détecteur de fuite se perfectionne, en s’affranchissant du traceur. (Clas Equipements AC7495, tous fluides et hydrogène)

Le détecteur de fuite se perfectionne, en s’affranchissant du traceur. (Clas Equipements AC7495, tous fluides et hydrogène)

L’appareil de diagnostic, tel que l’Exxoclim (Exxotest), réalise un état de fonctionnement de la boucle de climatisation par la mesure de nombreux paramètres. Connecté à un PC, il permet l’édition d’un rapport pour le client, ainsi que l’archivage des opérations réalisées.

Le détecteur de fuite peut travailler de plusieurs façons. En repérant un traceur qui est injecté dans le fluide, généralement fluorescent, il est identifié à l’aide d’une lampe ultraviolet. Mais la recherche des fuites peut également se faire en remplaçant temporairement le fluide de climatisation par un gaz neutre qui, sous pression, s’insinue dans les fuites et sera repéré avec un détecteur à hydrogène.

Pour nettoyer le fluide, les stations peuvent être complétées d’un équipement de “flushing”. Un liquide de rinçage va parcourir le circuit à la place du gaz et transporter toutes les impuretés, l’humidité et les résidus d’huile jusqu’à un filtre. Un état visuel de la qualité du fluide peut se faire avec un outil relativement simple : le “Pirex”. Il sera ainsi possible de déterminer la pollution en suspension, la présence d’humidité et d’huile. Une filtration des plus grosses particules est possible avant réintroduction du fluide dans le circuit.

Les produits

Pour aider le professionnel dans son travail, des produits peuvent aider à la fiabilité du circuit. Il y a bien sur le traceur, qui sera intégré dans le circuit avant la recharge. On n’oubliera pas le lubrifiant, qu’il faut sélectionner avec soin, pour chaque type de fluide (R134a, R1234yf…) et pour les différentes techniques de compression (véhicules thermiques, hybrides ou électriques). Pour résoudre au meilleur coût une perte récurrente lente de fluide sur un véhicule âgé, on utilisera un colmateur de fuite.

Et le mécano ?

Le réparateur dispose d’une offre très variée d’outils et de solutions pour l’entretien comme pour la réparation des systèmes de climatisation. Ils ne présentent pas de difficultés particulières d’utilisation, à condition de bien connaître et appréhender les problèmes qui surviennent sur le circuit. Seule une bonne formation permet de répondre à cette dernière question.

A l’exception de l’appareil de diagnostic de la climatisation, le prix des appareils n’est pas très important et mérite l’investissement. Ils complètent la station de climatisation, et malgré les obligations de déclaration et de l’habilitation pour l’ancien gaz R134a, encore majoritaire dans le parc roulant, l’activité est toujours très rentable et fidélisera le client à l’atelier.

Parole d’expert : Franck Desban, Frades Technologies (www.diag-auto.biz)

«Pour l’entretien, il est désormais nécessaire de faire un diagnostic de la boucle de climatisation. Si celui-ci était déjà obligatoire avec l’ancien fluide R134a, il est indispensable avec le R1234yf. La raison est que le nouveau fluide est trop coûteux pour en gaspiller une goutte ; quant à l’ancien gaz, la législation impose la traçabilité d’un diagnostic dans l’opération de recharge. Dans les équipements de diagnostic, on trouve la lampe à détection UV ou directement d’hydrogène et de fluides, le kit diagnostic visuel du fluide et de nombreux produits de réparation.

«Pour faire un diagnostic d’une boucle de climatisation, il faut d’abord s’assurer que le fluide est propre et qu’il n’y a aucune fuite. La recherche de fuite consiste à contrôler la pression (négative) dans le circuit au bout d’un certain temps. Si la pression remonte, elle témoigne d’une entrée de gaz dans le circuit, et donc d’une fuite. Une bonne station de recharge intègre cette phase dans son cycle de fonctionnement, mais on peut aussi le faire avec l’appareil de diagnostic. Pour des fuites mineures (plus de 3 semaines), il faut injecter dans le fluide de climatisation un traceur ultraviolet. La fuite apparait en jaune avec la lampe. Dans le cas où on choisit d’injecter un mélange gaz neutre et hydrogène, on utilisera le détecteur correspondant.

«On peut s’assurer auprès du client de la qualité de la prestation en réalisant un diagnostic thermodynamique, soit avec un Valeo Climtest soit un Exxoclim 3. Pour les fuites vraiment mineures, le stop fuite peut suffire. C’est une alternative permettant de prolonger la vie du circuit de climatisation sur des véhicules un peu anciens. Autre façon de faire du diagnostic, pour le rinçage du circuit et le contrôle visuel du fluide : il existe un appareil appelé «Pirex». Par exemple, si le compresseur casse, le circuit peut se remplir de limaille. La ferraille est alors visible dans le Pirex. En passant le fluide dans le filtre, on supprime ainsi les impuretés.»

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (3 votes, moyenne : 3,33 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*