DspRéseau : le débosselage par et pour les artisans

Partagez

Lancé en 2017, DspRéseau est un réseau spécialisé dans le débosselage sans peinture. Créé par et pour les artisans de ce secteur, la jeune enseigne en pleine expansion ambitionne de redistribuer le marché détenu par une poignée d’acteurs grâce à des outils innovants et une approche atypique…

DspRéseau veut donner de la visibilité aux artisans spécialistes du débosselage, souvent isolés et en manque de visiblité.

DspRéseau veut donner de la visibilité aux artisans spécialistes du débosselage, souvent isolés et en manque de visiblité.

DspRéseau (NdlR : Dsp pour débosselage sans peinture) a été créé par Mickaël Haynau en juillet 2017. Cet artisan débosseleur est aussi celui qui avait pris la tête de la Commission débosselage au CNPA, annoncée en fin d’année 2016 et officiellement lancée le 22 septembre 2017. Ce nouveau concept de réseau se veut une réponse à l’évolution du marché du débosselage sans peinture, qui voyait depuis plusieurs années les artisans indépendants, qui forment la majorité des entreprises de ce secteur d’activité, isolés et dans l’impossibilité de promouvoir leur leur savoir-faire faute de moyens financiers pour communiquer. C’est donc avant tout pour mettre en lumière ces petites structures artisanales que DspRéseau a vu le jour.

Des outils structurants pour un réseau qualitatif

Pour aider ses adhérents, DSPRéseau a élaboré toute une palette d’outils, du marketing à la gestion du planning en passant par la communication et la stratégie commerciale : site web, présence sur les réseaux sociaux et pack communication pour le volet éponyme, formation technique, commerce voire informatique à la demande pour la montée en compétences des membres, service juridique permettant à ces derniers d’être en règle avec les documents toujours plus nombreux à fournir, etc.

Véritable innovation proposée par DspRéseau pour ses membres : une appli ‘métier’ à travers laquelle l’édition d’un devis peut se faire rapidement et simplement après avoir renseigné son taux horaire (librement fixé par l’adhérent), le nombre de bosses sur la carrosserie du véhicule et leur tailles. «Cet outil, interfaçé avec le DMS de l’entreprise, permet de professionnaliser le métier», déclare Mickaël Haynau. Par ce biais en effet, il fluidifie les procédures, toujours plus nombreuses, de l’édition du devis jusqu’à la facturation.

DspRéseau veut qu’on montre patte blanche

Aussi, parce qu’il se veut qualitatif, DspRéseau cible des pros au profil pointu : les postulants doivent en effet justifier de 5 ans d’expérience minimum, détenir un diplôme ou une expérience justifiant leur installation sous le code APE 4520A (entretien et réparation de véhicules légers), ne pas être sous statut d’auto-entrepreneur, ou encore disposer d’une responsabilité civile professionnelle couvrant l’ensemble des risques liés à son activité.

«Nous délivrons également une labellisation à tous les nouveaux entrants, ajoute le fondateur de Dspréseau. A travers une série de tests technique, cela permet tout à la fois de s’assurer du niveau du postulant et de certification en interne.»

En phase de recrutements

DspRéseau compte actuellement 12 entreprises totalisant 20 collaborateurs, tandis qu’une quinzaine d’autres structures devraient rapidement rejoindre l’aventure. Principalement implanté sur la moitié Nord du pays, l’adhésion des s’est jusqu’ici exclusivement opérée par le biais des connaissances des premiers entrants. Et il compte bien s’agrandir encore pour acquérir une véritable dimension nationale. A ce titre, la moitié Sud est bien évidemment un terrain de ‘prospection’. «Nous avons établi des contacts avec des professionnels sur les régions d’Orange, de Bordeaux et de Toulouse», précise Mickaël Haynau. Il ajoute toutefois que «l’objectif est prioritairement de bien intégrer les nouveaux membres plutôt que de faire du chiffre de recrutement».

Dans sa logique de redistribution du marché du DSP vers les professionnels en donnant plus de visibilité aux artisans débosseleurs, l’enseigne compte en parallèle développer les points service au travers des ateliers faisant habituellement appel à ces professionnels du DSP pour les véhicules de leurs clients. «Chaque artisan débosseleur travaille fréquemment avec plusieurs dizaines de professionnels de l’entretien-réparation et de la réparation-collision, explique le fondateur de DspRéseau. Nous ambitionnons de parvenir rapidement à nouer des accords avec en moyenne dix pros par adhérents, soit au moins 120 points de service.»

A ce titre, la tête de réseau dispense actuellement à ses adhérents une formation commerciale destinée à permettre de nouer ce type de partenariats. De quoi faire sortir de l’ombre ce métier encore trop peu connu du grand public en leur offrant un service de débosselage de proximité et, surtout, développer le business B2B avec les réparateurs. Pour permettre, à terme, aux artisans de revenir au centre du jeu face aux grands acteurs nationaux (et parfois internationaux) de la grêle et du débosselage…

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (3 votes, moyenne : 4,67 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*