Allopneus Valence : les utiles leçons d’un incendie bien maîtrisé

Partagez

L’incendie de l’entrepôt logistique d’Allopneus Valence a été maîtrisé et limité à une seule de ses 14 cellules de stockage grâce à l’efficacité conjointe des pompiers et de la conception du site. Mais le respect drastique des normes anti-feu appliqué par Allopneus n’est pas nécessairement partagé par tous les sites logistiques…

 L'application drastique des normes anti-incendie dans la conception de l'entrepôt d'Allopneus Valence explique qu'une seule cellule de stockage sur 14 n'ait été détruite malgré la violence du sinistre.

L’application drastique des normes anti-incendie dans la conception de l’entrepôt d’Allopneus Valence explique qu’une seule cellule de stockage sur 14 n’ait été détruite malgré la violence du sinistre.

Aliapur, qui a beaucoup travaillé sur l’utilisation des pneus usagés comme combustible alternatif, l’explique depuis longtemps : le pouvoir calorifique d’un pneu est très élevé, atteignant des valeurs équivalentes à celles du coke de pétrole et du charbon. Dans le cas de la cellule de l’entrepôt Allopneus dévastée en fin de semaine dernière, quelque 60 000 pneus ont brûlé. Les 750° C ont probablement été dépassés par une fournaise que les 300 pompiers mobilisés ont mis un dizaine d’heures à maîtriser et bien plus à éteindre définitivement.

Pourtant, comme le montre la photo aérienne ci-dessus, une cellule seulement a été détruite parmi les 7 déjà gorgées de pneus. Elle est pourtant adossée à deux autres compartiments mitoyens soumis de longues heures à des températures particulièrement agressives. Mais malgré tout, leurs cloisonnements et leurs portes coupe-feu ont vaillamment résisté.

Un site logistique conçu dans les règles de l’art
Dominique Stempfel, communication et développement d'Allopneus

Dominique Stempfel, communication et développement d’Allopneus

L’explication de ce petit miracle est dans l’excellente conception du site logistique d’Allopneus Valence. «Cet entrepôt n’est pas une simple adaptation d’un entrepôt standard. Il a été construit spécifiquement pour y stocker du pneu en prenant en compte les exigences propres au produit, explique Dominique Stempel, responsable communication et développement d’Allopneus ; les normes sont draconiennes et les contraintes de résistance au feu ont donc été prises en compte dès le lancement du projet».

Petit détail spécifique qui a eu son importance : les racks qui stockent les pneus à Valence ont des fonds ajourés. L’eau projetée du plafond par les sprinklers pouvait ainsi se répandre verticalement de rack en rack (empilés jusqu’à 9 m de hauteur), retardant d’autant la propagation de l’incendie…

Bien sûr, la qualité des installations n’explique pas tout. «La rapidité d’intervention des pompiers a été essentielle puisque la résistance au feu des matériaux (murs et portes) est toujours limitée dans le temps, poursuit D. Stempfel. En l’occurrence, l’efficacité du SDIS* de la Drôme et des renforts venus de 4 départements limitrophes avec des matériels spécifiques a été prédominante pour maîtriser l’incendie avant qu’il ne se propage aux cellules environnantes».

Une exception «rarissime» ?
Philippe Grié, consultant et formateur en portes coupe-feu

Philippe Grié, consultant et formateur en portes coupe-feu.

Allopneus s’en sort donc plutôt bien. D’autant que les nouvelles cellules de la deuxième tranche de 42 000 m2 deviennent opérationnelles à partir de septembre. Elles vont permettre à l’entreprise de les utiliser le temps de la remise en état complète du site.

Mais il semble toutefois qu’un tel respect des normes ne soit pas systématique. Un consultant et formateur indépendant en installations coupe-feu, Philippe Grié (un nom prédestiné qui ne s’invente pas -qu’il nous pardonne cette blague de cour de récré !), nous a laissé un commentaire inattendu sous notre précédent article. Il y considère ainsi comme rarissime une telle efficacité du compartimentage entre les cellules du site logistique. Il en a même profité pour féliciter à la fois l’installateur et le fabricant !

80% des installations coupe-feu non conformes ?

Nous l’avons donc joint pour plus de précisions. Et son avis est particulièrement inquiétant. Selon lui, 80% des installations coupe-feu présentent des non-conformités totales ou partielles. Si elles sont intrinsèquement de bonne qualité, seulement 30% des portes coupe-feu sont bien posées. Et parmi ces 30%, un petit tiers seulement des portes serait installé par des professionnels maîtrisant les règles de l’art en la matière.

«C’est d’autant plus rageant que la France dispose probablement d’une des législations les plus abouties en matière de sécurité anti-incendie, poursuit-il. Mais le problème, c’est qu’elle ne s’accompagne pas des certifications élémentaires et des contrôles permettant de garantir des poses dans les règles de l’art. Les portes coupe-feu sont souvent installées par des corps de métiers qui n’en maîtrisent pas les règles de sécurité. Résultat : il faudra hélas attendre une catastrophe en la matière pour que le législateur aille au bout d’une élémentaire logique sécuritaire».

Diable ! Vu le nombre de stocks et de dépôts qui émaillent l’activité de la rechange et de la réparation en France, l’aventure d’Allopneus Valence, visiblement exemplaire en matière de sécurité anti-incendie, devrait peut-être inspirer une vague d’audits préventifs…

*SDIS : Service Départemental d’Incendie et de Secours

Allopneus Valence : à gauche, la succession de portes coupe-feu de cellules en cellules. A droite au premier plan: les racks ajourés facilitant l'action des sprinklers.

Allopneus Valence : à gauche, la succession de portes coupe-feu de cellules en cellules. A droite au premier plan: les racks ajourés facilitant l’action des sprinklers (cliquez sur les photos pour les agrandir).

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes, moyenne : 4,50 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*