Autodis Group/Oscaro (suite) : le puissant « story telling » de Pierre-Noël Luiggi

Depuis plusieurs jours, la campagne menée par Oscaro pour rassurer ses clients et partenaires ne faiblit pas. Le héraut de cette stratégie se confond avec le héros que se plaît plus que jamais à incarner Pierre-Noël Luiggi, le président-fondateur du site. En positivant l’entrée d’Autodis dans son capital, il déroule à nouveau son “story telling” dans cette savoureuse interview complice, opportunément diffusée le 19 septembre par BFM Business…

Faire taire les déjà anciennes et persistantes rumeurs sur les difficultés financières d’Oscaro et tout particulièrement celles qui, récemment sur les réseaux sociaux, ont cru devoir alerter le bon peuple des internautes-automobilistes d’un imminent dépôt de bilan. Voilà la mission que s’est visiblement assigné Pierre-Noël Luiggi depuis une semaine. L’entrée récente d’Autodis Group dans le capital de la holding du site de vente en ligne lui donne ainsi l’occasion d’ajouter un nouveau et porteur chapitre au « story telling » d’Oscaro qu’il répète à l’envi depuis 2003 pour forger et rendre quasi-sacrée la légende de la marque.

L’impossible règle de trois aux 600 millions d’euros

Et quel chapitre ! Le 19 septembre dernier sur BFM Business (vidéo ci-dessus), l’intervieweur «Eco & Biz» Sébastien Couasnon va tendre un providentiel micro au patron d’Oscaro. Que l’on oublie donc tout ce que l’on croit savoir des tensions entre Autodis Group et Oscaro (voir «Autodis Group/Oscaro (suite) : ce qu’il faut en retenir…») : «Il s’agissait pour [Autodis] de pérenniser notre relation et pour nous, de faire des synergies, […] de pouvoir aller ensemble ailleurs en Europe et de pouvoir massifier nos achats», proclame Pierre-Noël Luiggi. Il était donc naturel, poursuit-il, «[qu’Autodis] sécurise [sa] clientèle et que nous sécurisions nos approvisionnements». Le tout prend donc la forme «d’un mariage de raison ET de passion, car on s’entend très-très bien».

Dans ce cadre, en «levant plus de 30 millions d’euros» puisque telle doit rester l’explication officielle de l’intervention financière d’Autodis Group (nous y reviendrons prochainement…), voilà donc Oscaro plus puissant et plus conquérant que jamais. Tout à son plaisir de recevoir le médiatique patron d’Oscaro, l’intervieweur va alors faire la succulente mais improbable règle de trois du moment. Presque 5% pris par Autodis en échange de 30 millions d’euros, voilà qui donne «une belle “valô”» de… 600 millions d’euros (5% pour 30 M€ = 100% pour 600 M€), va alors s’enthousiasmer le journaliste ! Emballé par son chiffre vertigineux, il osera même préciser que si Oscaro «n’est pas encore une licorne (Ndlr : le surnom des startups se négociant pour au moins un milliard d’euros), ça en prend la direction» !

Fort des confidences recueillies auprès du P-dg d’Oscaro, il s’en ira relayer lui-même la bonne et porteuse nouvelle sur twitter :

L’improbable ratio de 75 fois l’Ebitda

Même ravi de l’impact fantasmatique du calcul, le patron d’Oscaro va pourtant étonnamment vite évacuer le sujet de la valeur de son entreprise. Il sait évidemment que le dossier est bien plus compliqué ; que l’apport d’Autodis est bien plus conditionnel que ne semble le savoir son interlocuteur journaliste. En outre, en chef d’entreprise éclairé, Pierre-Noël Luiggi ne peut ignorer que ces hypnotiques 600 millions représenteraient l’improbable ratio de deux fois son chiffres d’affaires annuel et surtout, de… 75 fois son possible Ebitda (rentabilité brute) annoncé positif pour 2018 (3,8 millions au 1er semestre 2018 et 8 millions attendus sur 12 mois selon P-N. Luiggi dans l’article des Échos) !

Car en la matière, même l’arbre magique d’Oscaro ne pourra grimper jusqu’au ciel. Le record connu pour l’heure dans le monde de la distribution physique de pièces (auquel appartient Oscaro malgré son ADN digital) reste de “seulement” 14 fois l’Ebitda. Un record encore inédit que concédait certes LKQ fin 2011, mais pour le rachat du très rentable distributeur britannique Euro Car Parts afin de pouvoir poser son premier pied de géant sur notre Vieux Continent…

Avec Oscaro, «la lutte continue !»

Mais qu’importe ! Sous le titre «La lutte continue !», cette interview, ainsi que sa synthèse réalisée par BFM et l’article fondateur des Échos, ont continué leur carrière messianique. Pour accréditer la thèse du coup de booster Autodis, ils étaient tous trois rassemblés dans le mail envoyé hier aux clients et prospects inscrits à la newsletter du site. Sous le slogan consuméro-populiste «Oscaro continue à lutter contre la vie chère – et contre les fausses informations répandues par les constructeurs», le message vient s’ajouter aux autres mythes fondateurs du story telling déjà mille fois rodé par le médiatique Pierre-Noël Luiggi.

Allez, on vous laisse redécouvrir, déroulés avec talent, l’histoire et les projets d’Oscaro dans cette passionnante vidéo de 7 minutes. Vous y comprendrez aussi à mi-mots que pour Oscaro, le grand méchant du moment s’appelle PSA/Mister Auto…

Si après ça, les clients d’Oscaro restent encore sceptiques et inquiets, ce sera à désespérer des spin doctors

4 commentaires concernant “Autodis Group/Oscaro (suite) : le puissant « story telling » de Pierre-Noël Luiggi”

  1. Loïc, je suis sincèrement désolé des désagréments que cela vous cause actuellement, mais vous n’êtes pas à l’intérieur de la société pour comptendre, nous juger et nous traiter d’escroc gratuitement … Je travaille chez Oscaro depuis pas mal de temps maintenant et suffisamment longtemps pour savoir que nous ne sommes pas des escrocs. Si tel aurait été le cas, j’y serais parti depuis belle lurette croyez-le bien.

    Un téléconseiller Oscaro.com et fier de l’être.

  2. Bonjour , Je comprends bien qu’il veuille réassurer les internautes , on est plusieurs à attendre le remboursement de pièces que l’on n’a pas reçus et ce depuis plusieurs mois !! Ce serais plutôt le père-Noël a l’envers, celui qui vient chez toi pour ramasser les cadeaux ! Je porte plainte en gendarmerie cette semaine .. 4 mois de : « on va vous remboursé », ma patience est dépassée. Oscaro est devenu une arnaque et ce n’est pas un discours rassurant (pour les actionnaire?) qui va me rembourses !! Loïc

  3. Un exercice de funambule qu’il réussit en raison d’un journaliste de pacotille en face. Ce n’est pas de la connivence, c’est juste une victoire face à un couillon.

    NdlR: même si cela allait sans dire, merci à notre ami Emmanuel d’avoir trouvé les mots justes! 😉

    • Bonjour,

      Oscaro est devenu une arnaque et ce n’est pas un discours rassurant (pour les actionnaire?) qui va me rembourses !!
      je porte plainte en gendarmerie cette semaine .. 4 mois de : « on va vous remboursé », ma patience est dépassée. Pierre-Noël Luiggi (Oscaro), arnaque ses clients !!

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 4,83 sur 5)
Loading...

À propos de l'auteur

Jean-Marc Pierret

Editeur du magazine Après-Vente Auto et de son site Apres-vente-auto.com, Jean-Marc Pierret suit depuis 30 ans l'actualité stratégique du secteur de l'après-vente automobile.
Il se passionne tout particulièrement pour les mutations qui traversent et transforment le paysage de l'entretien et de la réparation automobiles.
Avec Stéphane Freitas, il co-dirige Pertineo Group qui détient les sociétés Publi Expert Gestion (Après-Vente Auto et Après-vente-auto.com), AM-Today (Am-today.com) et l'agence de communication Action Media.

Tel. +33 (0)1 41 88 09 04

jmpierret@apres-vente-auto.com