Dernière minute – LKQ Europe : démissions emblématiques et vague de licenciements

Partagez

Démissions emblématiques chez Euro Car Parts (ECP), filiale de LKQ Europe, dont celle de son fondateur Sukhpal Singh Ahluwalia, également membre démissionnaire du conseil d’administration de LKQ Corporation. Ces départs traduisent un profond et inquiétant désaccord sur la stratégie du distributeur américain pour redresser son cours de bourse (-41 % en un an). Solution prochainement adoptée : une vague massive de licenciements…

Malgré tous ses efforts, LKQ Corporation n'arrive pas à redresser son cours de bourse en déshérence depuis 12 mois. La solution ? Une vague de licenciements. Premières conséquences ? des démissions du top-management... (source du graphique : Les Echos)

Malgré tous ses efforts, LKQ Corporation n’arrive pas à redresser son cours de bourse en déshérence depuis 12 mois. La solution ? Une vague de licenciements. Premières conséquences ? des démissions du top-management… (source du graphique : Les Echos)

L’arrivée prochaine de Arnd Frantz à la tête du leader européen de la pièce est à peine connue que l’actualité de LKQ rebondit encore en cette fin d’année. Selon une information publiée ce jour sur son site, Sukhpal Singh Ahluwalia, le fondateur du distributeur britannique ECP (Euro Car Parts), a quitté l’entreprise qu’il a fondé il y a plus de 30 ans et revendait en 2011 à LKQ Corporation pour la modique somme de 280 millions de livres (310 millions d’euros au cours actuel).

Un sacré ticket d’entrée que LKQ Corporation s’offrait alors pour poser son premier pied en Europe (revoir «LKQ Europe va-t-il révolutionner la distribution européenne ?») avant une campagne de rachats qui en fait aujourd’hui le 1er distributeur européen de pièces (voir «LKQ, le Velociraptor de la pièce»).

Vague de licenciements chez LKQ Europe ?

Sukhpal Singh Ahluwalia ne quitterait pas seulement ECP : il s’apprêterait aussi à renoncer au conseil d’administration de LKQ Corporation, affirme Sky News (infos validées depuis, le 2 janvier, par un communiqué officiel de LKQ Corporation). La raison de la démission de ce dirigeant emblématique et d’ailleurs, de l’état-major de ECP avec le départ de Martin Gray (directeur général), de Steve Horne (directeur des opérations) et peut-être même d’un autre membre du Board d’ECP ? Un désaccord profond avec la stratégie de LKQ Corporation, laisse aussi entendre Sky News.

Si l’histoire de LKQ Corporation suit un cours si rapide, c’est d’abord parce qu’elle s’écrit au rythme dicté par la bourse. Et ce n’est pas un long fleuve tranquille. Confronté à une baisse constante de la valeur de ses actions (-41 % en un an, voir graphique ci-dessus) et visiblement dans l’incapacité d’inverser la tendance malgré ses efforts récents pour rassurer analystes et investisseurs (voir «Comment LKQ Europe entre dans “l’ère de la consolidation”»…»), le puissant distributeur américain en viendrait ainsi à la bonne vieille solution financière : un programme de réduction des coûts, c’est-à-dire une vague massive de licenciements. Des centaines de suppressions de postes devraient ainsi toucher ECP dans les prochains mois parmi les 12 000 emplois que compte ECP au Royaume-Uni, croit savoir Sky News. Et rien n’indique dans l’article de notre confrère que cette hémorragie s’arrêtera à la Grande-Bretagne…

Racheter, c’est bien ; consolider, c’est mieux…

Sukhpal Singh Ahluwalia n’ayant pas la réputation d’être un patron particulièrement social, ce désaccord tient effectivement assez probablement aux choix pragmatiquement stratégiques adoptés par LKQ Corp. pour redresser la situation.

Et l’on en revient à l’analyse largement partagée par les observateurs avisés du monde de la pièce indépendante : si LKQ Corporation a mené une impressionnante razzia de distributeurs en Europe, il lui reste encore à prouver qu’il sait passer du statut envié de concentrateur à celui, pérenne, de consolidateur…

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

1 Commentaire concernant “Dernière minute – LKQ Europe : démissions emblématiques et vague de licenciements”

  1. La rédaction APV Auto semble vouloir rechercher le sensationnel à tout prix, quitte à en être peu regardant sur ses sources. Beaucoup de conditionnel dans cet article et une folle analyse très hypothétique. Les lecteurs attendent plus de discernement et de modération, en clair un vrai travail de recherche professionnel et non bâclé.
    À vous lire, Doyen Auto devait être racheté par AAG !
    Il est essentiel dans le journalisme de ne pas colporter de fausses informations mais d’apporter un éclairage juste avec une vraie analyse.
    Le marché de la rechange automobile mérite mieux que ces approximations.

    NdlR: Merci pour cette leçon de journalisme, cher JP ! Il est donc temps d’apporter quelques précisions:

    1) Nos sources sont citées dans l’article : Jobs axe hangs over car parts distributor as top team quits. L’information était également déjà reprise par notre confrère spécialisé britannique CAT (Car and Accessory Trader): Breaking: walkout at Euro Car Parts.

    En l’occurrence, nos sources sont d’autres confrères, implantés dans le pays où cette info est née et en qui nous avons a priori suffisamment confiance pour estimer pouvoir les relayer. D’autres sources propres à notre rédaction accréditaient ces articles. Notre confiance en elles est d’ailleurs maintenant confirmée depuis que leurs infos ont été officialisées par LKQ Corporation lui-même le 2 janvier:
    LKQ Corporation Announces Director Resignation;
    LKQ Corporation Announces Executive Leadership Change in the UK.

    Voilà, cher Jp, qui règle déjà la question de la qualité de nos sources sur cette info LKQ, sources envers lesquelles vous nous jugiez « peu regardants »…

    2) En règle plus générale, nos sources sont toujours bien informées et validées à plusieurs reprises. Elles ne sont effectivement que très rarement citées, mais c’est la règle que nous impose le milieu étroit de l’après-vente: si nous n’y prenions garde, elles pourraient être facilement reconnues. Si elles nous parlent, c’est aussi parce qu’elles se savent protégées. Et plus elles nous font confiance, mieux elles nous aident à comprendre et donc, à vous informer au mieux.

    3) La question n’est pas pour nous de rechercher le sensationnel, mais de traiter de ce qui a du sens pour qui pilote une entreprise liée à l’après-vente automobile. Et cette information de nos confrères britanniques en a. Notre site et notre magazine tentent, chaque fois que possible, de mettre les informations en perspective et d’en faire connaître les enjeux. Au-delà des seuls faits, même lorsque la facilité voudrait qu’ils se suffisent à eux-mêmes. Notre « folle analyse hypothétique » n’est que le fruit de notre expérience et de nos observations des comportements classiques des entreprises cotées. A défaut d’être en accord sur la forme, nous sommes donc au moins d’accord sur le fond : si nous ne colportons donc pas de « fausses informations » comme vous le supposiez, c’est donc que nous apportons « un éclairage juste avec une vraie analyse » comme vous l’espérez…

    4) Enfin, vous faites référence à notre loupé d’octobre 2015 où nous annoncions effectivement la rumeur d’une revente de Doyen à AAG. Il arrive, c’est vrai, que les sources, pourtant en apparence fiables et concordantes, soient au final discordantes. Même si cela nous arrive très rarement, nous ne pouvons donc vous reprocher de nous tacler: ce qui est rare mérite d’autant plus d’être souligné. Mais vous conviendrez sûrement que nous avions parfaitement assumé notre erreur dans les plus brefs délais en modifiant l’article, en publiant le démenti de Doyen, en re-routant l’ensemble à tous nos lecteurs… et en laissant depuis cet article en ligne sans aucune ambiguïté (« Démenti ferme et total de Doyen Auto à notre article de ce matin »), en gage de notre sincérité et de notre transparence.

    Pour ces deux dernières raisons d’ailleurs, nous avons aussi publié votre commentaire, aussi désobligeant ait-il voulu être… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*