Point S booste l’accompagnement de ses adhérents !

Partagez

580 points de vente visés d’ici fin 2019, renforcement de l’équipe de développement réseau, accent mis sur la formation, sur les RH, sur les audits, accélération des démarches de communication, lancement de Point S Assurance… Cette nouvelle année témoigne d’une volonté toujours plus forte de la part de Point S d’accompagner ses adhérents vers davantage de performance.

Depuis plusieurs mois, Point S aide ses adhérents ayant besoin de remettre leurs centres en conformité avec la charte graphique du réseau à hauteur de 1 à 2/3 du montant du projet.

Depuis plusieurs mois, Point S aide ses adhérents ayant besoin de remettre leurs centres en conformité avec la charte graphique du réseau à hauteur de 1 à 2/3 du montant du projet.

2019 s’annonce plein de promesses pour les adhérents du réseau Point S. Et ce, d’autant plus que c’est la direction de l’enseigne qui les profère, ces promesses, et Christophe Rollet et son équipe sont bien connus pour la fiabilité de leurs choix et le mûrissement de leurs décisions au moment de les prendre. «Nous avons voulu débuter 2019 en plaçant au cœur de nos préoccupations nos adhérents», souligne le directeur général de Point S.

Si le réseau a ouvert 38 points de vente supplémentaires en 2018 (15 d’entretien rapide, 11 Point S City, 8 centres auto et 4 centres industriels), s’arrêtant à deux petites unités de la barre des 550 établissements en 2018, son objectif affiché est bien d’atteindre les 580 points de vente d’ici la fin de l’année 2019. «Nous n’avons connu que 9 départs en 2018, dont 7 à la suite de liquidations», souligne Christophe Rollet, insistant au passage sur le fait que peu d’adhérents abandonnent l’enseigne Point S parce qu’ils ont trouvé l’herbe plus verte ailleurs.

Michel Chabot nommé directeur du développement
Michel Chabot, nouveau directeur du développement réseau Point S.

Michel Chabot, nouveau directeur du développement réseau Point S.

 

Mais pour être sûr d’atteindre cet objectif tout en maintenant l’ensemble de son réseau existant le plus performant possible, Point S a d’abord choisi de renforcer son équipe développement. Et a nommé un directeur dédié, en la personne de Michel Chabot, véritable homme du pneu et de l’entretien auto qui a passé douze ans dans des fonctions commerciales chez Dunlop avant de rejoindre Euromaster pendant quatorze ans puis First Stop jusqu’en 2009, date à laquelle il devient directeur commercial de Doyen Auto.

A la tête du service Développement de Point S, Michel Chabot a pour objectif de poursuivre la croissance du nombre de points de vente en France tout en animant une équipe de six responsables de développement régionaux, placés sous la houlette de deux responsables référents France, l’un pour la moitié nord, l’autre pour la moitié sud. «Mon objectif est de développer tous les concepts proposés par Point S : Entretien rapide, City, Centre Auto et Industriel», déclare Michel Chabot, conscient que le développement de l’enseigne Point S doit passer par tous les axes de déploiement possible.

Animer le réseau et former les adhérents Point S

L’équipe d’animation réseau, qui échoit à une équipe poussée à 9 responsables région en 2019, vise cette année un meilleur suivi individualisé et une gestion spécifique des adhérents multisites, tout en se positionnant comme véritable relais de communication. Chacun de ces responsables aura désormais 60 points de vente à gérer, en moyenne, ce qui va leur permettre de visiter chacun d’eux au moins une fois par mois, sinon davantage pour les nouveaux adhérents.

Des adhérents que Point S entend former encore davantage qu’ils ne le sont déjà. Une équipe de trois personnes, composée d’un responsable et de deux formateurs, y est d’ailleurs dédiée. Si, en 2018, Point S revendique plus de 350 personnes formées et plus de 5 000 heures de formation, en 2019, l’ajout d’un nouveau formateur devrait permettre de dépasser les 500 personnes formées, selon la direction de l’enseigne. Au programme, bien sûr, la formation initiale d’intégration pour les nouveaux venus, mais aussi des formations administratives, techniques, dédiées au business industriel pour les points de vente concernés et, pour la totalité des adhérents, une formation à l’accueil et au commerce obligatoire, afin de conserver son excellente performance en matière de relation client, reconnue par le magazine Capital.

Ressources humaines et audits réguliers

Sur le front des ressources humaines, après avoir créé un poste de responsable RH Groupe et recruté Sarah Perrin dans ces fonctions, mi-2018, Point S entend aider l’ensemble de ses adhérents dans des tâches qu’ils ne maîtrisent pas toujours ou n’ont pas forcément le temps de mener à bien. Ainsi, les problématiques de recrutement, de rémunération, d’entretiens d’évaluation et d’évaluations techniques seront désormais au cœur des services proposés par les ressources humaines du groupe Point S. Les questions de réglementation seront aussi concernées (contrats, RGPD, prélèvement à la source, etc.). Pour ce qui est du recrutement, en particulier, Point S rappelle aussi qu’il s’est lié au partenariat avec le Syndicat des professionnels du pneu (SPP) pour le lancement du site Jobs-pneus.fr et la campagne “Adopte un pneu”, ainsi qu’au GNFA.

«Nous voulons devenir le support de la gestion sociale des adhérents de notre réseau», reconnaît Christophe Rollet. Parce que la gestion humaine ne suffit pas à pérenniser une affaire et qu’il faut aussi se pencher sur la gestion financière, Point S va accentuer, en 2019, son soutien aux adhérents du réseau avec son offre Audit 360, afin d’analyser les forces et les faiblesses de chacune des entreprises sous enseigne par le biais de l’étude de ses ratios financiers et de sa gestion. Ainsi seront définis, pour chaque établissement, les axes à améliorer pour augmenter les performances financières des centres et remettre les adhérents en difficulté sur le chemin de la croissance.

Point S vers une communication plus pointue

Parce qu’un bon business sans bonne communication est rare, de nos jours, surtout dans un secteur aussi tendu que le pneu et l’entretien courant, Point S lancera en fin de premier trimestre la plateforme “Mon marketing local online”, afin que chaque adhérent puisse optimiser sa com’ locale. Ils y trouveront une boutique d’objets publicitaires, des outils de suivi des opérations commerciales, de personnalisation de l’espace digital adhérent (les mini-sites de chaque centre et même leurs pages Facebook), de gestion des campagnes SMS ainsi qu’un espace dédié aux événements Point S. L’enseigne compte également s’appuyer sur les écrans de Point S TV, qui équipent déjà 255 centres du réseau en France, pour optimiser l’affichage digital. Cette solution permet une diffusion efficace de contenus centralisés dans chaque point de vente, ainsi qu’un décrochage pour les contenus locaux.

Pour maîtriser au mieux le contenu des supports de communication locale, quels qu’ils soient, une graphiste a été embauchée par Point S afin de s’occuper des demandes de créations formulées par les adhérents, «afin de ne pas diluer la charte graphique ni les normes Point S», précise Christophe Rollet. «Il y a un principe de sur-mesure et de profitabilité» qui guide ce recrutement, selon Joël Arandel, directeur marketing de Point S. Ainsi, le tableau de suivi de cette nouvelle graphiste est d’ores et déjà rempli pour le reste de l’année 2019, signe que la demande du réseau en la matière était forte !

Un coup de main pour la mise à jour des centres

Toujours dans l’esprit d’une communication optimisée, Point S veut continuer de s’appuyer sur ce qu’il appelle, en interne, la démarche “Relooking 21”, «parce que l’image du réseau doit être à la hauteur de la notoriété de l’enseigne», selon son directeur général. Une solution qui permet d’apporter à chaque adhérent l’aide financière de l’enseigne pour la rénovation et la modernisation de son point de vente, source de motivation pour l’équipe et de satisfaction client selon la direction du réseau. «Nous proposons une aide financière à hauteur d’un à deux tiers de l’investissement global du projet», souligne Joël Arandel.

Quelle que soit la taille du projet en question, les adhérents peuvent y recourir. «Nous avons défini un budget annuel afin de réactualiser les points de vente progressivement», ajoute-t-il. Les demandes se font sur dépôt de dossier puis une commission se charge de statuer quels projets lancer en priorité. «Nous pouvons suivre une cinquantaine de dossiers par an», précise le directeur marketing. Un bon tiers du réseau serait concerné, mais cela peut porter ses fruits rapidement, puisque selon les dirigeants, l’adhérent Chivalier Pneus à Aubagne, dans les Bouches-du-Rhône (13), a annoncé avoir vu son chiffre d’affaires progresser de 15% trois à quatre mois seulement après avoir transformé son centre.

Pas de stress, Point S… assure !

La plus surprenante des annonces faites par Point S en ce début d’année 2019 reste toutefois celle de son entrée dans le business… de l’assurance ! En effet, le groupe a lancé Assurance S, adossée à un grand groupe international du secteur, Allianz, afin de proposer à ses adhérents l’assurance de leur garage et l’assurance responsabilité civile dirigeant, notamment. «Notre but est de pouvoir assurer toute les entreprises qui adhèrent au réseau, en mutualisant leurs cotisations pour une meilleure couverture, dédiée à leur activité, précise Christophe Rollet. La deuxième étape ? Ce sera de proposer de l’assurance aux clients particuliers.» Une étape qui pourrait se concrétiser avant la fin de l’année 2019.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*