Comment Nexus compte façonner le futur

Partagez

Nexus Automotive International a organisé début mars son Business Forum annuel à Abu Dhabi. L’occasion pour le groupement aux 138 membres et 17,7 milliards d’euros de CA consolidé de célébrer son 5ème anniversaire et de dévoiler ses nombreux projets, évidemment disruptifs, pour les années qui viennent.

L'équipe Nexus Automotive International à Abu Dhabi 2019

L’équipe Nexus Automotive International à Abu Dhabi 2019.

Le Forum 2019 de Nexus Automotive International, qui s’est tenu sur le Circuit de Formule 1 de Yas Marina à Abu Dhabi, a attiré plus de 500 fournisseurs et membres venus du monde entier. Une démonstration de force pour le groupement international, mais également l’occasion de célébrer les 5 ans de Nexus.

Akram Shahrour, le président de Nexus Automotive International

Akram Shahrour, le président de Nexus Automotive International.

Le président de Nexus, Akram Shahrour, n’a pas boudé son plaisir en ouverture des festivités : «Il y a cinq ans, nous avons lancé Nexus dans un petit hôtel à Genève. Aujourd’hui, Nexus est un succès, avec une présence sur six continents. Quel chemin parcouru !».

Au-delà des célébrations, ce Forum a surtout été l’occasion de faire le point sur l’ADN de Nexus et les enjeux majeurs de l’organisation pour les années qui viennent.

«Façonner le futur»

«Nous avons réussi à croître de 3 à 17 milliards d’euros en seulement 5 ans, ce qui est remarquable», insiste Gaël Escribe, directeur général (CEO) de Nexus ; cette étape étant désormais derrière nous, nous devons maintenant faire face à nos responsabilités envers l’aftermarket mondial. En premier lieu, favoriser l’acquisition de compétences et l’éducation». Une ambition clairement exprimée : «Rendre l’aftermarket aussi attractif que la finance ou la tech auprès des jeunes». Illustration concrète : Nexus a investi 1 million d’euros en 2018 dans sa Nexus Academy.

Vœu pieu ou réalité ? «Notre capacité à fédérer ici 500 décideurs démontre notre influence sur le marché»,poursuit Gaël Escribe. Cette influence (ou “soft power” en anglais dans le texte), est «notre capacité à anticiper les tendances et façonner le futur de l’aftermarket».

Un monde d’opportunités…

En termes de présence géographique, la priorité est de se concentrer davantage sur les marchés émergents, où «le réservoir de croissance est énorme», selon Gaël Escribe. «Ce qui est vrai pour nos membres l’est également pour nos fournisseurs : un des challenges des prochaines années sera d’adapter notre base fournisseurs au poids croissant de la Chine ou des pays émergents dans notre organisation».

Dans ce cadre, Nexus va se doter de deux bureaux satellites dédiés aux achats, aux USA et à Shanghai, pour gérer les relations quotidiennes avec les fournisseurs nord-américains, japonais et coréens.

… et une Europe à la croisée des chemins

Depuis la création de Nexus International, le paysage de l’aftermarket mondial a été révolutionné. Il est actuellement refaçonné par l’émergence d’organisations transnationales et même transcontinentales, ces grands concentrateurs qui absorbent et consolident un par un les distributeurs européens tels les Américains LKQ et GPC, ou encore le Canadien Uni-Select.

«Nous avons encore très peu de visibilité sur les résultats de ces consolidations, commente Gaël Escribe. Il est toutefois clair que nous manquons cruellement de projets ou d’acteurs européens capables d’égaler leurs stratégies» (voir «Rachat de Nordic Forum : l’ultime occasion de privilégier un acteur européen ?»).

La culture multicanale

«Les groupements internationaux traditionnels sont réduits aujourd’hui à des groupes de distributeurs-grossistes. Nous sommes les seuls à avoir une vision complète des acteurs de l’après-vente», poursuit Gaël Escribe, qui voit son organisation encore évoluer dans ce sens dans les années qui viennent. «La France en est le parfait exemple : nous sommes présents sur le segment traditionnel avec ID Rechange, Apprau ou Alternative Autoparts ; sur le marché de la carrosserie avec Aniel, en retail avec Feu Vert ; sur le segment de la réparation rapide avec Speedy. Et nous soutenons l’initiative Renovatio dédiée aux véhicules classiques».

Aucun tabou donc. Demain les pneus, demain le digital ? Nexus semble ne rien s’interdire.

Dans le cadre de cette dynamique d’innovations, Nexus se prépare aussi à accueillir en son sein des start-up. «Nous avons pour devoir de soutenir l’innovation dans l’après-vente. Nous allons pour cela nous doter d’une structure ad hoc dans les mois qui viennent».

Les fournisseurs à l’honneur

Ce forum a par ailleurs été l’occasion de récompenser quelques fournisseurs pour leur contribution au succès de Nexus et de ses membres. Ainsi les fournisseurs de l’année 2018 sont Schaeffler pour le VL et Knorr-Bremse pour le PL.

Mais à date anniversaire, prix spéciaux pour les 5 ans de Nexus qui a tenu à récompenser ses principaux «accélérateurs de croissance». Les lauréats ? L’incontournable Bosch mais également Jacques Aschenbroich, Président de Valeo, qui a reçu le prix du meilleur dirigeant (voir aussi «5ème anniversaire de Nexus : le P-dg de Valeo à l’honneur»).

Gaël Escribe, CEO de Nexus Automotive International: «Les groupements internationaux traditionnels sont réduits aujourd’hui à des groupes de distributeurs-grossistes. Nous sommes les seuls à avoir une vision complète des acteurs de l’après-vente».

Gaël Escribe, CEO de Nexus Automotive International.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*