Franchise Expo 2019 – Midas en quête d’entrepreneurs d’avenir

Partagez

Conscient de l’évolution des mobilités et de sa spécialisation à venir en fonction des secteurs -urbain ou non- Midas prépare l’avenir de son réseau en conséquence et était, cette année encore, présent sur le salon Franchise Expo Paris.

Le stand Midas lors de l’édition 2019 du salon Franchise Expo Paris.

Avec 90% de son réseau de 364 centres en franchise, cela tombait sous le sens, pour Midas, d’être une nouvelle fois présent sur le salon dédié à ce mode d’entrepreneuriat : Franchise Expo Paris. Du 17 au 20 mars derniers, l’enseigne des réparateurs rapides du groupe Mobivia était encore présent sur place pour rencontrer les entrepreneurs qui, peut-être, feront partie de la vingtaine de nouveaux adhérents annuels à rejoindre l’enseigne.

Croissance positive pour Midas en 2018

Pour l’occasion, Bertrand Cormier, directeur général de Midas France, était sur place. Et celui-ci se dit déjà satisfait de l’année 2018 pour le réseau qu’il dirige, préambule indispensable pour séduire les entrepreneurs intéressés par le panneau Midas. «La fréquentation de nos points de vente a crû de 2 à 3% et notre chiffre d’affaires entre 3 et 4%, se félicite-t-il. Ce sont des performances supérieures de 3 à 4 points aux données GiPA sur le marché de l’entretien auto», ajoute-t-il.

Midas, qui compte entre 12 et 15% d’adhérents multi-sites, entend toutefois conserver une grande majorité de franchisés mono-sites dans les années à venir, raison pour laquelle Franchise Expo reste un passage obligé dans la campagne annuelle de recrutement de l’enseigne. «La gestion d’un deuxième site ne se fait pas du tout comme la gestion du premier et le succès d’un premier centre Midas ne garantit en rien la performance du second, insiste Bertrand Cormier. Raison pour laquelle nous attendons deux à trois ans avant d’accorder l’opportunité d’ouvrir un second point de vente à l’un de nos adhérents, aussi performant soit-il.»

D’ailleurs, pour s’assurer que la gestion d’un deuxième site se passe comme Midas l’entend, la tête de réseau est en train de préparer un module de formation spécifiquement dédié aux franchisés multi-sites.

Pérenniser l’activité en choisissant les bons profils

Midas se montre particulièrement attentif, en effet, au développement ordonné de son réseau, d’autant qu’un contrat de franchise auprès de l’enseigne dure dix ans. Ce qui ne l’empêche pas de récolter, à chaque édition de Franchise Expo, «entre 80 et 100 contacts intéressants». Le profil recherché ? «Un profil de commerçant : c’est la base, souligne le directeur général. Qu’il ait de bonnes notions de management, ensuite, car les équipes d’un centre Midas sont souvent réduites et il est souvent plus compliqué de gérer un petit nombre de collaborateurs qu’un grand nombre. Enfin, il doit disposer d’un bon vernis financier. Notre parcours de formation dédié aux nouveaux franchisés vise à renforcer ces trois points.»

Parmi les prospects privilégiés par Midas figurent des cadres et des professions libérales en quête de reconversion, davantage que des professionnels de l’automobile, même si ceux-ci restent les bienvenus dans le réseau et sont souvent issus du groupe Mobivia lui-même, passant ainsi de salariés à franchisés tout en suivant exactement le même parcours de formation que les candidats retenus par ailleurs. Aussi, en 2019, Midas vise une nouvelle fois une vingtaine d’ouvertures dans l’année, en plus de la quinzaine de reprises de sites que connaît le réseau tous les ans. «Nous espérons développer le réseau dans le sud-ouest et en Bretagne, ainsi que dans le Grand Est», précise Bertrand Cormier.

Midas n’oublie pas les centres villes

Mais si l’on considère les zones où sont implantés les centres Midas, on observe que le réseau n’entend pas déserter les centres villes, où il est déjà fortement implanté. Et ce, même si la mobilité urbaine de demain s’annonce moins amicale envers la voiture à moteur thermique. L’on savait déjà que Midas avait généralisé le décalaminage moteur à l’hydrogène dans son réseau, afin de pouvoir dépolluer une partie des véhicules de ses clients.

«Nous savons aussi pertinemment que la mobilité de demain ne sera pas celle d’aujourd’hui, raison pour laquelle nous préparons notre réseau à l’entretien des véhicules hybrides et électriques, explique le directeur général. Une quinzaine de centres dans le réseau sont déjà habilités à intervenir sur de tels véhicules et cela ne fait que croître. L’objectif est d’avoir une centaine de points de vente disposant d’une habilitation à l’horizon 2020.»

Dans le même ordre d’idées, Midas vient de se lancer dans le business de l’entretien des deux-roues : «une vingtaine de sites sont déjà capables de fournir la prestation», confirme Bertrand Cormier. Midas n’a pas manqué de l’évoquer durant le salon.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*