Autodistribution fait découvrir les ADAS à ses adhérents

Partagez

Du 25 au 29 mars, les distributeurs Autodistribution se sont succédé à l’Institut AD de Chaponnay, dans le Rhône (69), pour découvrir l’offre de bancs de calibrage des ADAS proposée par le groupement. Les solutions Bosch et Texa leur ont été présentées avec force démonstrations, condition sine qua non pour une bonne diffusion auprès des réparateurs de ces appareils indispensables à la maintenance de demain… et d’aujourd’hui !

Les bancs DAS 800 et DAS 1000 de Bosch, qui intègrent la géométrie, ont été présentés aux distributeurs Autodistribution présents à Chaponnay (69).

Les bancs DAS 800 et DAS 1000 de Bosch, qui intègrent la géométrie, ont été présentés aux distributeurs Autodistribution présents à Chaponnay (69).

Parce que le calibrage des caméras et des capteurs d’aide à la conduite, les fameux ADAS, est une prestation qui s’annonce nécessaire à l’entretien des véhicules d’un parc roulant toujours plus sophistiqué et riche en solutions de sécurité active et passive, Autodistribution sensibilise ses adhérents distributeurs.

En effet, plus d’une cinquantaine d’enseignes se sont retrouvées à Chaponnay, dans le Rhône (69), site de l’Institut AD, tout au long des cinq jours de la semaine du 25 au 29 mars, pour se familiariser avec les bancs de recalibrage des ADAS de Bosch et de Texa, les deux fournisseurs privilégiés du groupement en la matière.

Les interlocuteurs des réparateurs AD sur le pont !

«Les distributeurs Autodistribution nous ont envoyé leurs équipes terrain spécialistes de l’équipement d’atelier, principaux interlocuteurs des réparateurs AD à ce sujet, afin de procéder aux démonstrations et à la délivrance des informations nécessaires à la constitution de leurs offres commerciales sur les ADAS», explique Gérard Pérot, responsable technique national d’Autodistribution. Car ces fameux ADAS sont l’un des deux grands thèmes atelier travaillés par le groupement auprès de son réseau en 2019, aux côtés de l’Eco Entretien.

«Nous voulons que les réparateurs de notre réseau disposent de solutions de recalibrage très précises», souligne Fabien Guimard, directeur des réseaux de réparation automobile chez Autodistribution. Être en capacité de calibrer les systèmes ADAS, c’est-à-dire garantir la conformité du véhicule aux normes d’origine après une intervention, est devenu un enjeu majeur pour les réparateurs.

Néanmoins, il s’agit d’expertises techniques spécifiques qui nécessitent d’être formé régulièrement aux dernières technologies. Et bien informer les réparateurs à ce sujet nécessite d’être formé soi-même, lorsque l’on est distributeur.

Un taux d’équipement en croissance exponentielle

«Aujourd’hui, 30% des véhicules roulants embarquent au moins un dispositif ADAS, rappelle Gérard Pérot. Et dès 2020, tous les véhicules neufs qui sortiront des usines des constructeurs en seront équipés.» Ce qui signifie que le nombre d’entrées-atelier qui nécessiteront un recalibrage des ADAS ne va faire qu’augmenter, à la suite du parc équipé. «En 2020, un tiers des véhicules qui entreront à l’atelier auront besoin d’une prestation de calibrage, confirme Fabien Guimard. En 2022, ce sont la moitié des entrées-atelier qui seront concernées.» Il y a urgence, donc, lorsque l’on connaît les standards techniques et de service client du réseau AD, de s’informer au mieux pour bien s’équiper.

Et les ADAS peuvent se recalibrer de différentes façons, selon la marque et le modèle du véhicule : calibrage statique, réalisé en atelier ; calibrage dynamique, qui se fait sur route avec un boîtier embarqué, et auto-calibrage, avec un contrôle des capteurs avant et après la réparation. Mais Olivier Hélore, responsable du développement commercial Pièces et Services Techniques chez Autodistribution, insiste : l’essentiel des recalibrages se fera de manière statique, raison pour laquelle les solutions choisies par le groupement répondent d’ores et déjà à l’essentiel des applications.

20% du réseau Carrosserie AD apte à s’équiper

«Sur les 700 enseignes Carrosserie AD, y compris les Glass Auto Service, 20% du réseau est déjà en capacité de s’équiper de bancs de recalibrage des ADAS, en termes de surface –car cela nécessite en moyenne 50 m² d’espace– et de retour sur investissement, affirme Fabien Guimard. Nous devons aussi prendre en compte la typologie des clients de l’adhérent, en particulier s’il adresse beaucoup de clients professionnels», dont les véhicules sont souvent plus récents et donc plus équipés d’ADAS.

«Un défaut de calibrage caméra avec 1 degré d’écart par rapport aux normes constructeurs engendre une lecture erronée et une dérive du véhicule de 1,7 mètre sur 100 mètres, rappelle Olivier Hélore. Être formé aux dernières technologies ADAS, c’est ne pas engager sa responsabilité ni celle de son client.» Car en cas de sinistre, un défaut de cet acabit pourrait être retenu contre le véhicule en tort. Ainsi, en plus de distribuer les bancs Bosch et Texa, capables de dialoguer avec les autres appareils de diag’ de l’atelier, les distributeurs Autodistribution devront aussi insister sur la formation des collaborateurs des enseignes AD auxquelles ils vendront l’une des deux solutions.

L’Institut AD et le CESVI en pointe sur la formation

Pour se former au recalibrage des ADAS, cependant, les adhérents AD ne pourront s’en remettre à leurs distributeurs : c’est à l’Institut AD ou chez son partenaire du CESVI, à Poitiers, dans la Vienne (86), qu’il faudra se déplacer. «Nous estimons à environ 350 le nombre de collaborateurs à former dans le réseau AD, avance Fabien Guimard. Il faut que le collaborateur soit formé à l’appareil de diagnostic et qu’il soit techniquement irréprochable, car il y a des notions de responsabilité derrière, tout comme dans la soudure, par exemple.»

Mais lorsqu’il s’agira de vendre la prestation de recalibrage au client final, il ne s’agira pas que de technique : encore faudra-t-il lui proposer un tarif à la fois abordable et préservateur de la marge du réparateur. «Certains constructeurs vont jusqu’à vendre la prestation 600 euros, souffle Fabien Guimard. Dans le réseau AD, le positionnement tarifaire de la prestation est encore en discussion mais celle-ci pourrait tourner autour des 300 euros, tarif en phase avec un retour sur investissement efficace».

Pour ce qui est de l’équipement de l’atelier, en revanche, la mutualisation de l’outil pourra rester de mise, car toutes les Carrosserie AD ne sont pas forcément toutes dimensionnées pour accueillir de tels bancs. L’essentiel restant la qualification d’au moins un collaborateur chez l’adhérent.

Le banc ADAS de Texa s'adresse aux réparateurs déjà dotés en matière de banc de géométrie.

Le banc ADAS de Texa s’adresse aux réparateurs déjà dotés en matière de banc de géométrie.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*