Budget de l’automobiliste : très chère bagnole…

Partagez

L’Automobile Club Association a dévoilé son traditionnel budget annuel de l’automobiliste pour l’année 2018. Il s’inscrit dans la tendance haussière de ses prédécesseurs. Et le poste «entretien» apparaît, après l’inévitable carburant, comme celui ayant enregistré la plus forte hausse…

Comme chaque année à la même époque, l’Automobile Club Association (ACA) a levé le voile sur son traditionnel Budget annuel de l’automobiliste, photographie des dépenses annuelles moyennes des automobilistes pour leur véhicule. Pour l’année 2018, l’association s’est concentrée sur quatre modèles : Renault Clio essence, Peugeot 308 diesel, Dacia Logan diesel et Toyota Prius hybride. Cette année, l’ACA s’est également penchée sur le budget d’un automobiliste roulant avec une étude consacrée aux dépenses afférentes à la Renault Zoé.

A noter : si les prix catalogue des modèles sont globalement restés stables entre 2017 et 2018 (de 0 à +1,1 % selon le modèle considéré), les acquéreurs ont toutefois opté pour des modèles plus chers car de finition supérieure, et donc mieux équipés. Ainsi, les valeurs  »catalogue » des modèles disséqués dans ce budget de l’automobiliste 2018 ont-elles bondi de 11 à 16 % par rapport aux modèles étudiés l’année précédente…

Budgets en hausse

Pas de miracle : les budgets des quatre modèles représentatifs étudiés par l’ACA s’inscrivent en hausse à l’exception de la Toyota Prius. La raison ? un prix catalogue inchangé d’une année sur l’autre mais une meilleure valeur de reprise à 4 ans…

Cette hausse du budget est essentiellement due à une très forte augmentation du prix des carburants relève l’ACA : tandis que le SP95 a pris 15,4 points (valeur hors taxe), le gazole s’est lui envolé avec une hausse de 22,5% ! Et la pression fiscale n’a pas desserré son étau. Les taxes pétrolières ont en effet grimpé de 6 % pour le super (plus de trois fois l’inflation, établie à +1,8 selon l’ACA) et de 12,9 % pour le gazole (plus de sept fois l’inflation).

Pour la Renault Clio essence, le budget s’établit à 6 833 € pour 8 938 km parcourus. Pour mémoire, le budget de ce même modèle était de 6 063 € un an plus tôt… La hausse est donc de quelque 12,7 % mais la finition du modèle 2017 était inférieure. Le coût kilométrique s’établit à 0,764 €, en hausse de 8,8 par rapport à 2017.

Concernant la berline compacte de référence de l’étude, la Peugeot 308 diesel ayant parcouru 15 910 km, le budget s’élève à 9 476 €, soit une hausse de 10,3 %. Et si là encore, la finition du modèle est supérieure en 2018, ce facteur n’explique qu’en partie la hausse importante du budget annuel. Le prix au kilomètre bondiy entre 2017 et 2018 pour passer de 0,532 à 0,595 €, soit une hausse de 11,84 %.

La Dacia Logan diesel, modèle low-cost de référence, voit quant à elle son budget annuel s’établir à 4 927 € pour 8 935 km parcourus. Il apparaît donc relativement stable, la hausse du prix du gazole ayant été compensée par une côte dynamique en reprise à 4 ans. Le prix au kilomètre s’affiche à 0,551 € en 2018 contre 0,569 soit une baisse de 3,16 %.

Quant à la Toyota Prius, on l’a dit, il s’agit du seul modèle de référence ayant vu son budget annuel baisser (-1,1 %). Et ce, malgré la perte du bonus qui lui était encore alloué lors du budget précédent ! Le coût au kilomètre s’avère in fine très stable : 0,616 € en 2018 contre 0,614 en 2017 (+0,16 %).

L’entretien toujours plus cher

Les postes de dépenses -exception faite du carburant- sont tous globalement restés sages : péage et garage restent sous le seuil de l’inflation avec respectivement +1,36 % et +1,54 %. Les primes d’assurance n’ont elles aussi connu qu’une hausse relativement modérée (2,5%).

C’est en fait le poste entretien qui augmentant entre 3,4 et 3,8 % selon le modèle de référence étudié, s’arroge la triste palme du deuxième poste le plus haussier derrière les carburants. L’entretien représente entre 13 et 20 % du budget annuel, souligne l’ACA.

Dans le détail, la Renault Clio essence voit le budget pour son entretien passer de 840 € en 2017 à 872 en 2018, soit une hausse de 3,8 %. En cause, la hausse du prix des pièces par le constructeur en 2018 (+4,09 %). Et l’ACA de noter : «il ne s’agit là que des pièces qui font partie du  »panier SRA – Sécurité et Réparations Automobiles » (50 à 60 pièces particulièrement surveillées dont carrosserie), les augmentations des prix des autres pièces n’étant pas connues». Rassurons l’ACA sur ce point au moins : elles connaissent pour une bonne part le même sort.

Pour la Peugeot 308, ce budget entretien atteint 1 770 €. Cette hausse de 3,4 % est due à une augmentation du prix des produits peinture (+3,2 %), de la main d’œuvre (+2,5 %) mais aussi -et surtout- des pièces de rechange (+4,6 %). Pour ces dernières, la hausse avait d’ailleurs été identique lors de l’établissement du budget de l’automobiliste 2017 (+4,68 %)…

Pour la Dacia Logan diesel, le poste entretien augmente de 3,4 % à 993 €, essentiellement en raison de la hausse du prix des pièces (2,74 % selon SRA).

Enfin pour la Toyota Prius hybride, ce poste s’avère stable par rapport au précédent budget : avec 1 801 €, il n’augmente en effet que de 1,68 %.

VE : réelle bonne affaire ?

A noter : l’ACA s’est essayé à définir un budget annuel pour un véhicule électrique – le modèle de référence étant la Renault Zoé dans sa finition Life. Malgré le peu de recul sur certaines données nécessaires à l’établissement d’un budget (pas d’historique d’incidents en matière d’entretien, valeur de reprise aléatoire après 4 ans, etc.), l’ACA a considéré ce nouveau profil de conducteur sur la base d’une LLD et a pris en compte la reprise d’un véhicule de plus de 12 ans (2 500 €) ainsi que le bonus pour les voitures propres (6 000 €). Des 31 900 € prix catalogue, la Zoé ne coûte plus «que» 25 300 € après déduction de ces deux aides.

Optant pour un parcours annuel de 7 500 km (contrat) le budget annuel établi par l’ACA, qui prend en compte les loyers du châssis et de la batterie, l’installation d’une prise à domicile, 300 € de consommation électrique et un tout petit budget d’entretien (120 € au titre du remplacement des pneumatiques), atteint 4 216 € soit 0,562 € du kilomètre. Mais ce n’est pas son budget réel dans la mesure où, abstraction faite des aides, le loyer n’est plus le même et le coût au kilomètre s’envole : 0,672 €. Soit juste derrière la Renault Clio essence des 4 modèles de référence du budget établi par l’ACA.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*