Actia : repositionnement offensif

Partagez

A quelques encablures du salon Equip Auto qui ouvrira ses portes le 15 octobre prochain à Paris Porte de Versailles, Actia a fait le point sur son actualité. Repositionnement, réorganisation, nouvelle offre pour l’aftermarket… l’entreprise toulousaine s’active pour proposer une offre toujours plus innovante et pertinente, garante de sa pérennité.

Actia, ETI familiale et indépendante depuis ses débuts en 1986, est spécialisée dans la conception et la fabrication de systèmes électroniques pour les secteurs de l’automotive, du ferroviaire, de l’aéronautique, de l’aérospatiale, des télécommunications ou encore de l’énergie.

Et depuis quelques mois, ça bouge pas mal chez Actia. Le groupe toulousain a en effet opéré une profonde réorganisation ayant vu les départs de David Vayssié à la tête de l’aftermarket ou encore de Richard Vandomme, ex-directeur de la business unit, et le retour de Florian Précigout à un poste nouvellement créé de responsable commercial pour la distribution et l’export.

Ces mouvements en interne traduisent un virage stratégique qui se veut tout autant une réponse aux besoins actuels des clients dans l’aftermarket, en apportant plus de réactivité et de proximité, qu’aux mouvements de marchés. Car à l’heure où un phénomène de concentration s’amorce sur le secteur des équipements de garage, avec les récents exemples de la création du groupe Base ou, un peu plus tôt, le rachat de Stenoj par l’Italien Nexion, «les ETI se font de plus en plus rares et pour durer, il nous faut être agiles dans l’innovation, et toujours plus proches de nos clients», déclare Jean-Louis Pech, fils du fondateur d’Actia et président du directoire de l’entreprise. Et de souligner l’impérieuse nécessité d’investir annuellement en R&D entre 13 et 15 % du CA. Un CA qui a atteint 476 M€ en 2018, et devrait tendre vers 500 M€ cette année…

Trait d’union

Sur le marché de l’après-vente, directement impacté par l’électrification, l’arrivée du numérique et la connectivité des véhicules, le groupe adopte donc aujourd’hui un positionnement nouveau, centré sur le cycle de vie du véhicule. «D’un côté, le monde des constructeurs lorgne le marché de la rechange indépendante ; de l’autre côté les indépendants doivent nécessairement se rapprocher des constructeurs s’ils veulent intervenir sur les véhicules récents car ayant besoin de données techniques et autres data disponibles sur des plateformes dédiées», observe Pascal Laigo, directeur du nouveau département dédié au cycle de vie du véhicule. «Actia a historiquement des silos forts, qui sont autant de compétences métiers distinctes (NdlR : OE, CT, maintenance et réparation, télécommunication), mais jusqu’ici scindés, complète-t-il. Nous adoptons aujourd’hui une approche plus transverse.»

«Parce que nous avons un pied en OE et un autre dans la rechange indépendante, et pour répondre à l’ensemble de ces problématiques nouvelles, Actia souhaite devenir le lien entre tous les maillons de la chaîne», poursuit-il. De par ses relations privilégiées avec les constructeurs en effet (il est par exemple fournisseur de systèmes embarqués chez Volvo et équipe tous les modèles du constructeur suédois notamment pour leur fonction e-call ; il a également conçu la chaîne de transmission sur les Blue Cars de Bolloré) et son activité sur le marché de la rechange en tant que fournisseur d’équipements pour les centres de contrôle technique et pour les ateliers d’entretien-réparation, Actia ambitionne donc de devenir le trait d’union entre la vision du constructeur, les défis technologiques et autres problématiques actuelles et futures nées des ruptures technologiques que connaissent les véhicules, et les acteurs de l’après-vente.

Une offre enrichie

Présente sur le salon Equip Auto en octobre prochain, l’entreprise y présentera plusieurs nouvelles offres. L’appareil de diagnostic, le multidiag 360, change d’apparence en s’invitant sur de nouvelles tablettes, disponibles sous deux formats (XL et XM), plus performantes et adaptées à l’environnement des ateliers de maintenance car anti-chocs. Compatible DOIP, l’outil dispose d’un logiciel propriétaire et va s’enrichir en outre de nouveaux modules présentés sur Equip Auto tels le recalibrage des ADAS, Matrix pour les projecteurs de dernière génération ou encore un module dédié à l’opacidiag. Par la suite, le multidiag 360 accueillera un module Euro 5 et un autre dédié aux véhicules hybrides et électriques.

Autre nouveauté qui sera présentée sur Equip Auto : la nouvelle géométrie CCD, permettant grâce à un kit de cibles le recalibrage des ADAS. Par ailleurs, Actia lancera également à cette occasion son réglophare intégrant la technologie Matrix LED. Enfin l’opacidiag, sélectionné aux Grands Prix Internationaux de l’Innovation Automobile, viendra démontrer toute l’expertise du fabricant en matière de diagnostic et de dépollution. Un concept de diagnostic innovant permettant de trouver les causes réelles des moteurs diesels polluants et dont le potentiel est à la mesure du parc roulant diésélisé : le fabricant considère en effet que pas moins de 10 % des véhicules diesels actuels pourraient être recalés au contrôle technique renforcé en raison de leurs émissions. Soit un parc de 1,4 million de véhicules…

A noter également : la volonté d’Actia de s’orienter vers davantage de proximité avec ses clients se traduit très concrètement par un site flambant neuf à Chartes, en lieu et place de l’ancien site de Lucé. Opérationnel depuis ce mois, ce site de 10 000 m² est dédié aux chaînes de contrôle technique et à l’aftermarket auto. A ce titre, il sera aussi le lieu de démonstration du matériel et de formation des clients.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*