A la Une Réparation

Ouvrir ou fermer? Qui a raison et qui a tort?

Le confinement venu, l’univers de l’entretien-réparation se trouve évidemment fort dépourvu. Hier, il semblait encore essentiel de voir les ateliers rester ouverts au nom d’une mobilité aussi essentielle que la santé, le gite ou le couvert. Aujourd’hui, les volontés s’étiolent nettement. Qui a raison et qui a tort ?

Aujourd’hui, malgré la volonté du gouvernement de voir rester actives les infrastructures de la mobilité, le ton est moins en moins aux ouvertures d’ateliers. Comme vous le verrez dans nos trois  flux d’infos, les groupes de concession et les grandes enseignes notamment ont opté assez massivement pour des fermetures complètes. Parfois au prix de paradoxes : comment Mobivia peut-il fermer tous ses centres au nom de la sécurité quand, dans le même groupe, Auchan maintient ses caissières et caissiers ? Ne faut-il pas aussi des voitures pour se rendre dans les hypermarchés ? Des VUL pour livrer les courses ?

Las : rares sont les acteurs qui disent au moins garder des cellules d’urgence pour le besoin des personnels soignants et autres forces de l’ordre.

Salariés logiquement inquiets

On imagine bien sûr sans peine la difficulté qu’ont ces entreprises à convaincre leurs salariés de venir “prendre des risques” quand d’un autre côté, on les enjoint au confinement. C’est ce que l’on constate dans les témoignages nombreux qui nous sont arrivés entre dimanche et lundi. Reste que les organisations professionnelles ont réussi, à raison, à convaincre le gouvernement que sans les outils de la mobilité -les ateliers de réparation et les distributeurs de pièces de rechange- le pays ne pourrait que s’arrêter encore plus violemment qu’il n’est déjà en train de freiner.

Pourtant, là aussi, les positions divergent. Le CNPA inscrit la filière dans une ouverture citoyenne, la FNA vient d’appeler les professionnels à une fermeture citoyenne. Dans la distribution de pièces, on assiste ainsi à deux postures contradictoires : Autodistribution garde ses distributeurs actifs, aussi longtemps que ce sera possible, parce que le groupe estime devoir jouer un rôle civique dans le cadre du maintien de l’activité économique. En face, AAG vient de décider de tout fermer, s’en remettant à d’éventuelles réquisitions qui s’exprimeront au moins dans le cadre de ses accords d’entretien de véhicules du ministère de l’Intérieur.

L’économique peut-il être civique?

En filigrane, se pose aussi la question du tissu logistique de transporteurs, qui eux aussi sont nombreux à hésiter à rester en activité. Il commencent à poser des problèmes de livraisons.

Qui a raison, qui a tort ? La question qui se pose à tous est évidemment plus économique que philosophique ou héroïque. Est-il financièrement plus simple d’arrêter totalement que de maintenir charges et salaires dans un contexte d’une France confinée ? Probablement. Faut-il pour autant congeler la France et la mobilité qu’imposent ne serait-ce que ses très hexagonales 34 000 communes ? Évidemment pas.

Les jours prochains diront quelle école s’imposera entre celle de la préservation et celle de la continuation. Une question qui hantent tous les chefs d’entreprise.

11 commentaires concernant “Ouvrir ou fermer? Qui a raison et qui a tort?”

  1. Etant donné, que les garages peuvent restés ouverts et ne sont pas concernés par l’arrêt de samedi dernier, l’état ne prendra pas en charge les demandes de chômage partiel. Cela va faire très mal, à la trésorerie de tous.
    Une grosse partie des réparateurs vont déposé le bilan avant l’été.
    Bon courage.

  2. Situé en pleine campagne nous sommes 4 garages employant 5 à 8 personnes, tous avons décidé la fermeture totale de nos atelier sauf… un petit pseudo garagiste qui pense profiter de cette situation! Si urgence il y a, les force de l’ordre nous connaissent et savent notre dévouement, nous sommes fermés pour éviter de mettre en danger nos salariés, nos clients, nos livreurs, nos fournisseurs, nos commerciaux, mais prêt et disponible individuellement pour répondre à toutes urgences! Maintenant chacun fait avec ses convictions sur cette situation totalement inconnue et si des âmes bien pensantes veulent démontrer leur bravoure en laissant prendre des risques inconsidérés je tiens à les rassurer; seul le virus est contagieux, pas la connerie!

  3. C’est totalement inconscient de dire aux gens RESTER CHEZ VOUS … mais ALLER BOSSER. Si je suis porteur du virus sans le savoir, je monte de descends dans 10/15 véhicules par jour et je dois donc participer à la propagation ??? Restez ouvert pour le personnel médical et autres pourquoi faire sans livraison de pieces ? Nous laissons un numéro de téléphone uniquement pour pouvoir prêter un vehicule si l’urgence est avérée. C’est tout.
    Les gens qui prônent le faite de rester ouvert son totalement inconscient et ne pense qu’aux pertes financières…
    Le seul moyen d’éviter la propagation c’est le confinement total

  4. La solution est peut-être entre les deux positions
    1-Réduction des équipes au maximum (dispositifs actuels de chômage partiel)
    2-Faire de l’astreinte téléphonique pour gérer les cas évoqués (aide et soutien aux transports de personnels soignants)
    3-Garder une équipe minimale mobilisable dans ces cas exceptionnels

    Dans l’absolu, mais nous savons tous qu’il est bien difficile d’être binaire, il faut fermer, rester chez soi, mettre en œuvre l’ensemble des dispositifs gouvernementaux d’aide aux entreprises par internet afin d’être acteur de la non dissémination du virus
    Sans évoquer les responsabilités du chef d’entreprise vis à vis de ses salariés …
    Enfin, dans ces cas, il n’y a pas de leçons à donner mais plutôt trouver des solutions et que chacun ait conscience de ses actes
    RESTONS CHEZ NOUS !

  5. Peut-être suis-je partial… Sûrement, mais aujourd’hui face à cette épisode aussi difficile qu’inédit, merci au groupe PHE, AUTODISTRIBUTION, qui, par la voix de son président, a choisi de tenir ouvert bon nombre des sites au nom de la mobilité et du devoir civique, acceptant la perte financière adjacente.
    Je suis fier d’appartenir à ce groupe, de porter cette décision, d’assurer ces services et d’assumer cette décision tant que nous le pourrons…
    Bon courage à tous

  6. Le civisme et l’humanité envers nos collaborateurs, fournisseurs, livreurs et clients nous amènent à fermer. Mais les télétravailleurs des constructeurs et autres voudraient à coup de mails et déclarations nous faire culpabiliser. Nous garderons je pense en mémoire leurs comportement après la crise, cela nous montre leur intérêt principal, coûte que coûte.
    Nous restons grâce à notre proximité et disponibilité pour le dépannage prêt à intervenir pour nos professionnels de santé en cas d’urgence . Et eux savent ce que veut dire urgence! Restons solidaires

  7. Nous avons pris la décision collective de fermer notre atelier une fois les travaux en cours terminés (si cela est possible) et cela quoi qu’il arrive au plus tard vendredi. Mon réseau -et cela se sent depuis dimanche- œuvre pour l’ouverture contre vent et marée (certainement sont-ils confinés chez eux et auto-alimentés) et ne percevant l’état véritable sanitaire de notre pays(bon après, vue d’en haut d’une tour…) mais plutôt soucieux de la rentabilité des retombées sur le volume d’affaires apportées. Malheureusement et je m’en aperçois, ils ont une vision purement vénale. Sans faire de hautes études mais ayant un minimum de bon sens, en confinant la population Française, il fallait bien se douter que l’entretien ou la réparation de son véhicule serait relégué au confins des priorités! Mais non: réponse le 17/03 à 17H00: Vous pouvez ouvrir (d’ailleurs pourquoi voudriez-vous fermer, il y a des demandes…), en oubliant que nous ne parlons plus dans ces conditions de clients mais de personnes et que nous nous devons de les protéger (salariés, clients, livreurs ). C’est navrant…

  8. Les transporteurs sont le maillon faible de la chaîne. Les taxis colis font le job pour les plateformes, car ce sont des TPE qui courent après le travail, les grands transporteurs assurent pour les gros Équipementiers dans le cadre de contrats groupe. Entre les deux, c’est le flou. Les transporteurs ne garantissent pas le bon acheminement aux entreprises moyennes qui n’ont pas intérêt à voir leurs palettes se perdre pendant des semaines et n’ont d’autre option que de baisser le rideau. De toute façon, les garages ferment les uns après les autres. La question sera naturellement résolue en fin de semaine. Une autoroute se dessine pour Amazon au service des do iteurs et des blackeurs.

  9. La question qui se pose n’est pas celle de la polémique sur l’ouverture ou la fermeture . Mais , à partir du moment où les clients n’ont plus le droit de sortir excepté des raisons très définies, à quoi bon ouvrir pour tenir des ateliers vides ?

    • Bonjour,
      Justement la question se pose car il peuvent venir en cochant la 2ème case.En effet les garages sont dans la liste du site du gouvernement.
      La question c’est pour nous de recevoir des colis potentiellement « contaminés » , en effet le virus vie sur cartons et métal etc..jusqu’à des dizaines d’heures..

    • EXACTEMENT !!!

      pourquoi, pour qui ouvrir à partir du moment où les clients sont confinés ?
      en tant que vendeur moto, j’ai le droit de vendre des véhicules, mais les clients n’ont pas le droit de venir au magasin.
      De plus, mes mécanos sont volontaires pour venir, mais qui me dit qu’ils ne se retourneront pas contre moi s’ils tombent malades ???
      Pour ma part, tant pis pour les conséquences économiques, je suis ouvert jusqu’à demain soir afin de ne pas laisser mes commandes en cours se perdre dans l’entrepôt du livreur et après on ferme.

      Et puis ne dit-on pas que : tant qu’il y a de la vie, il ya de l’espoir. Alors soyez forts et restez vivants

      A bientot

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 3,50 sur 5)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction