A la Une Coronavirus

Euromaster continue d’ouvrir face aux vents contraires de l’épidémie

Le réseau de pneumatiques et d’entretien VL, VUL et PL Euromaster a décidé de garder environ 40% de son réseau ouvert pour maintenir un niveau de mobilité et de sécurité performant pour tous ceux qui sont amenés à se déplacer. Un service minimum pour que l’approvisionnement des magasins, des pharmacies, les déplacements des soignants, mais aussi de ceux qui doivent aller se soigner, puissent continuer à s’opérer dans les meilleures conditions partout en France.

La maison-mère, Michelin, a beau avoir suspendu sa production dans le cadre de l’épidémie de coronavirus Covid-19, son réseau d’entretien et de pose de pneumatiques VL, VUL et PL, Euromaster, n’a pas suivi la même voie et a choisi de garder ouverts une grande partie de ses centres afin de permettre aux Français devant absolument se déplacer, professionnels comme particuliers, de rester mobiles. Mais pas n’importe comment.

«Nous faisons très attention aux conditions de sécurité de nos collaborateurs, nous n’ouvrons pas nos centres n’importe comment, insiste Stéphanie Decompois, directrice marketing et communication d’Euromaster France. Nous faisons pratiquer de stricts gestes barrière ainsi que des mesures complémentaires de protection pour nos équipes de terrain, avec gants nitrile en permanence, distances de sécurité minimales et zones d’accueil réorganisées afin de n’accueillir qu’un seul client à la fois.» Des mesures qui préservent les clients par la même occasion.

Une position assumée depuis le début

Euromaster assume complètement sa position, légitime et même légale au regard de l’arrêté ministériel du 15 mars dernier, qui place l’activité d’entretien automobile parmi celles indispensables au bon fonctionnement de la nation et pouvant donc rester ouvertes. «Cela tombait sous le sens, compte tenu du profil de clients pour lesquels nous travaillons, souligne Stéphanie Decompois. Des professionnels du transport, de l’alimentaire, de la distribution pharmaceutique, de l’énergie… Sans oublier les agriculteurs, qui sont en pleine période de préparation des sols et qui n’accusent aucune baisse de demande. Dans cette chaîne logistique, nous avons notre rôle à jouer.» Et il est majeur, ce rôle.

En effet : leader sur le marché de l’entretien et du dépannage pneumatique des véhicules industriels, Euromaster et ses ateliers sont d’autant plus indispensables en cette période de confinement, où l’approvisionnement des foyers est essentiel et où le transport de matériel médical et de médicaments, qu’il soit effectué en camion, en utilitaire léger ou en voiture, est quasiment à flux tendu. «Toutes nos catégories de centres sont ouvertes : industriels, VL et mixtes, confirme Stéphanie Decompois. Et ils le sont aussi pour les particuliers ayant besoin de se rendre à l’hôpital, chez le médecin ou d’aller visiter des proches malades, notamment. Sans compter les particuliers qui doivent continuer d’aller au travail et ne peuvent utiliser les transports publics.»

Centres intégrés et franchisés sur le pont

Qu’il s’agisse de centres intégrés ou franchisés, près de 40% du réseau Euromaster était ouvert, ce jeudi 19 mars. 171 centres au total, dont 87 mixtes, 46 industriels et 38 centres VL. «Nous adaptons notre activité au jour le jour et publierons chaque jour, sur notre site businesspro.euromaster.fr, la liste des centres ouverts, précise la directrice marketing et communication de l’enseigne. Nous modulerons en fonction de l’activité dans chaque secteur, afin que nos collaborateurs soient à l’endroit où il y a le plus de travail. Dans chaque département, nous avons fait en sorte qu’un centre mixte et un centre industriel soient opérationnels, et dans certains d’entre eux, même des centres VL sont ouverts.»

Sans compter que les 800 ateliers mobiles Euromaster continuent de circuler eux aussi et que l’activité de dépannage PL reste aussi active que d’habitude, étant disponible 24h/24 et 7j/7. «Il faut bien comprendre, toutefois, que nous n’obligeons aucun collaborateur à travailler : nous respectons pleinement leur droit de retrait», affirme Stéphanie Decompois. Signe que les opérateurs Euromaster en activité malgré l’épidémie le font aussi par engagement et sens du service. «Cela ne devrait pas être une surprise mais c’en est une bonne quand même, se réjouit-elle. Ils trouvent que ce n’est pas un effort vain.» Et le civisme qu’ils démontrent n’est pas feint.

Des stocks suffisants mais quelques références plus rares

Côté stocks, la directrice marketing et communication n’est pas inquiète. «Nous recevons des informations tous les jours de la part de nos fournisseurs, dont certains accusent des difficultés de transport. Ce qui complique la disponibilité de certaines références et nous rend un peu moins souples en termes de diversité de produits, mais les stocks de nos centrales sont importants, en VI comme en VL.»

Raison pour laquelle Euromaster encourage ses clients à privilégier la prise de rendez-vous plutôt que la visite directe en centre. «Cependant, nous ne recevons pas de signaux alarmants de la part des manufacturiers : il n’y a pas d’annulation de commandes, juste des délais supplémentaires de livraison, ce qui nous contraint à plus de finesse dans la tenue des agendas de nos centres.»

Cela signifie-t-il que cette crise du coronavirus va accélérer la digitalisation à marche forcée du business du pneumatique ? «Nous étions déjà à un stade avancé de digitalisation mais si cette épidémie l’accélère, tant mieux, évoque Stéphanie Decompois. Nous pouvons déjà compter sur l’e-booking, le reporting, les offres de gestion de type MasterCare et MasterControl…» Ce qui est pris n’est plus à prendre.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (5 votes, moyenne : 4,60 sur 5)
Loading...

À propos de l'auteur

Romain Thirion

Journaliste par vocation, diplômé du Centre de formation des journalistes (CFJ) de Paris en 2010, il fait ses armes dans la presse quotidienne régionale et nationale avant de s'orienter vers la presse automobile, d'abord grand public puis professionnelle.

Intéressé depuis tout petit par l'auto, il est spécialisé dans l'actualité du secteur de la réparation-collision et dans les réseaux de garages sous enseignes multimarques.

+33 1 41 88 09 06

rthirion@apres-vente-auto.com