Il y a informer, et informer les bonnes personnes. Ce sont deux choses différentes et AXA comme d'autres assureurs, bien que transparents dans la possibilité pour les assurés de pratiquer le recours direct, ne transmettraient pas la notice que nous reproduisions ce 22 septembre aux automobilistes les plus concernés par une indemnisation à travers cette procédure, à savoir leur propre client lorsqu'il n'est pas responsable de son sinistre. C'est ce que souligne ici même un agent général d'assurance.
Dans notre récent article  “quand la «bombe BtoB» des pièces en ligne explosera…”, nous pressentions que ce canal de vente allait s'ouvrir et nous expliquions pourquoi. La bombe va effectivement exploser. Elle s'appelle “originauto.com”, un site déjà testé par quelque 300 réparateurs depuis avril dernier. Nous pensions que ce serait l’œuvre d'un site de pièces en ligne en mal de croissance ou d'un franc-tireur : c'est celle d'un franc-tireur, Luc Azilinon, l'ex patron du e-commerce d'Autodistribution. Il a pressé le bouton, fort de partenaires et d'actionnaires qui restent discrets, mais visiblement ambitieux...
Souvent à l’origine des blocages d’indemnisation dans les dossiers de recours direct, AXA reconnaît pourtant la légalité de la procédure… et informe même ses assurés victimes d’accidents non responsables qu’ils peuvent l’utiliser ! Contre l’assurance adverse, bien entendu. C’est ce que prouve le document ici reproduit…
C’est une évidence constatée sur Automechanika 2014 : les grandes concentrations s’accélèrent chez les équipementiers. Ce jeu de "Mautopoly", un temps dicté par une nécessaire survie, se fait maintenant à coup de milliards de dollars indécents. Et si la première monte inspire et aspire de gros chèques, c’est parce qu’elle gagne plus d'argent qu'elle ne le laisse croire et en promet encore plus qu’on ne le pensait.