En naissant, Drivista.com lève ses derniers mystères…

DrivistaC’est fait : Drivista.com a été mis en ligne hier. Et du coup, les derniers mystères de l’initiative sont levés : on connaît son coût pour le réparateur (dont une rétrocommission) et sa stratégie de maillage, ouverte au-delà des réseaux déployés par le groupement…

Drivista.com, le site que Groupauto dédie à des offres forfaitées pièces et MO à prix unique sur toute la France, est enfin ouvert avec les 400 réparateurs promis en ligne, seuil considéré comme nécessaire par Serge Boillot, le patron des réseaux VL, pour assurer une couverture minimum cohérente de toute la France.

Coût: 110 euros/an et 7% sur le CA Drivista
400 réparateurs qui, confirme Serge Boillot, le responsable des réseaux VL chez Groupauto, ont tous accepté de payer 50 € HT d’adhésion au site, de s’engager sur un abonnement mensuel de 5 euros et surtout, de reverser 7% du chiffre d’affaires réalisé via Drivista.com.

la cotisation de 110 €/an est évidemment acceptable (3 à 4 heures de main d’œuvre). Cette « RFA » est en revanche une sacrée innovation : si la pratique d’une rétribution complémentaire sur le volume est courante dans la relation équipementiers-distributeurs, elle l’est moins dans la relation réparateurs-distributeurs. Mais Serge Boillot est serein : «toutes ces conditions ont été présentées aux réparateurs en amont, lors de nos réunions régionales. Elles n’ont pas fait débat».

Recrutement hors réseaux d’obédience Groupauto
Autre découverte en surfant sur le tout nouveau Drivista : le recrutement ouvert à tout réparateur et pas seulement à ceux sous enseignes Groupauto (Top Garage, Garage Prem1er, Etape Auto…). «Nous recruterons des réparateurs de tous horizons», confirme S. Boillot, qui en énumère les logiques raisons.

La première concerne les zones non-couvertes liées à une petite dizaine de départements d’où les distributeurs Groupauto sont absents. Là, la logique de couverture impose évidemment de chasser des réparateurs « Drivisto-compatibles » sans préséance aucune. Parallèlement, l’offre Drivista est proposée prioritairement aux réparateurs du réseau «Mon Garage», l’enseigne de réparation des distributeurs Partner’s, membre de Groupauto.

La seconde est liée aux performances variables desdits distributeurs Groupauto ou Partner’s  en matière de déploiement des enseignes réparateurs qu’ils portent. «Il y a des zones non-couvertes, même là où nos adhérents distributeurs ont mis en place des enseignes de réparateurs. Pour tenir la promesse d’une couverture nationale de 800 à 1 000 « réparateurs Drivista »,  il faudra bien recruter hors réseaux propres».

Vers un cahier des charges
Enfin —et c’est le plus surprenant—, Serge Boillot évoque la réalisation d’un cahier des charges Drivista qui s’affinera au fur et à mesure de la montée en puissance de l’offre internet. Mais il recèle déjà les gènes d’une exigence de performance qui rendra le pouvoir du choix à Groupauto : «Nous n’excluons pas d’avoir à chercher des réparateurs complémentaires même sur des zones déjà occupées, si le réparateur local est insuffisamment performant ou/et si la demande internet croît de telle façon qu’elle devienne insatisfaite par l’offre existante».

Mais nous n’en sommes pas encore là. Pour l’instant, l’initiative Drivista.com doit d’abord faire la preuve de sa pertinence…

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction