Pneus usagés et agréments: Aliapur proteste et menace

Partagez

Dans le cadre du projet de loi sur l’Économie sociale et solidaire, deux amendements déposés en 1ère lecture proposent l’extension au statut d’éco-organisme de la filière de collecte de pneus usagés. La FNAA se félicite de l’adoption. Mais Aliapur, elle, n’apprécie pas du tout la surprisequi vient un peu gâcher la fête pour son 10ème anniversaire…

FNAA - Collecte des pneumatiques  (Photo PHL)Les deux amendements adoptés le 20 mai en première lecture par l’Assemblée nationale, l’un proposé par le gouvernement et l’autre par le groupe écologiste, veulent faire évoluer Aliapur et France Recyclage Pneumatiques vers le statut très encadré d’éco-organisme. La FNAA —et avec elle la Feda— s’est félicitée de cette proposition.  Si les deux organisations professionnelles plaident pour que l’agrément s’impose à des organismes collectifs comme Aliapur ou France Recyclage Pneumatiques (FRP), c’est parce que seule cette démarche peut, en termes de transparence des relations entre les acteurs, engendrer une collecte efficace et juste,vient d’expliquer la FNAA dans un communiqué.

La FNAA convoque la crise dite « de la collecte » de 2009/2010  pour justifier sa position. Une crise qui, selon elle, avait alors montré les limites du mode de fonctionnement actuel de la filière : «les acteurs de filière, essentiellement pour des raisons de financement de leurs actions, avaient ainsi montré leur impossibilité de procéder à l’enlèvement de dizaines de milliers de tonnes de pneumatiques usagés et d’éviter ainsi cette crise».

Si les amendements sont confirmés en seconde lecture le 6 juin prochain, un cahier des charges imposera alors à Aliapur et FRP des objectifs de fonctionnement, de pérennisation, de capacité technique, d’équilibre financier, de gestion et de contrôle.

La colère d’Aliapur

Côté Aliapur, ces deux amendements ont fait l’effet d’une bombe. Et à l’occasion du 10ème anniversaire de l’entreprise, Eric Fabiew, son directeur général, a laissé libre court à sa colère et à son incompréhension : «Nous sommes choqués d’avoir appris, sans même avoir été consultés, l’existence de ces deux amendements, alors même que l’arrêté qui régit notre activité est en cours de renouvellement». 

Pour lui, cette proposition est injuste et injustifiée parce que le système actuel fonctionne bien, a trouvé son équilibre et que la crise de la collecte est définitivement derrière. «Tous les enseignements on été tirés de cette période. L’État a instauré des amendes très lourdes qui ont mis fin aux abus qui conduisaient à cette crise. Trop de pneumatiques ne s’acquittaient pas de l’écotaxe finançant le ramassage : l’année de la crise, Aliapur venait ainsi de perdre 7,5 millions d’euros à collecter des pneus non financés».

Eric Fabiew considère donc que la mise sous agrément serait totalement contre-productive. «Nos comptes et notre mode de fonctionnement sont totalement transparents, ouverts à tous et auditables à tout moment. La mise sous agrément n’aura qu’une conséquence : accroître nos coûts et nos charges sans apporter quoi que ce soit de positif à notre organisation actuelle. Nous avons réussi à instaurer une filière exemplaire à tous points de vue : pourquoi la remettre en question ?»

Une décision injuste

Qu’est-ce qui agace tant Eric Fabiew ? La longue liste des obligations liées à l’agrément, en communications, en prélèvements, en dépenses imposées… »Nous serions déficients, peu efficaces, déficitaires, je pourrais le comprendre. Mais dans le cas présent, cette décision est injuste et strictement dogmatique. Elle aboutira au résultat inverse de celui souhaité en dérégulant profondément ce que nous avons réussi, sans coûter un sou à l’État, à construire en 20 ans».

Il annonce qu’il prépare un courrier contre cette décision qui sera cosignée par tous les manufacturiers qui financent Aliapur, les collecteurs qui ramassent et traitent les pneus usagés, des syndicats professionnels… Et il agite la menace ultime : «si cette décision s’impose à nous, nous n’excluons pas de saborder Aliapur», assène-t-il.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 4,50 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*