OVI : 1er semestre 2014 très moyen…

Partagez

Selon l’étude semestrielle de l’OVI, l’année 2014 ne devrait pas rester dans les annales comme un bon millésime. L’organisme table sur seulement 38 000 VI neufs vendus cette année…

 

18392

Visiblement, l’étude menée par l’Observatoire du Véhicule Industriel, ou OVI (BNP Paribas) sur le premier semestre 2014, révèle que l’année ne sera décidément pas bonne. Ni en vente VN, ni en VO, ni en matière de SAV. En effet, la conjoncture économique globale en France, de même que les principaux indicateurs liés à l’activité VI/VUL, ne poussent guère à l’optimisme. Certes, après un recul de 6,6% en 2012, le TRM s’est stabilisé en 2013 après 5 années de crise ; certes également, la part du transport international dans le TRM français s’est lui aussi maintenu en 2013. Une première depuis 10 ans !

Baisse des commandes… et des entrées atelier

Pour le reste, de nombreuses incertitudes demeurent dans ce secteur (le secteur du BTP notamment ne tire plus vers le haut le marché VI), empêchant les transporteurs d’avoir une nécessaire visibilité pour investir dans leur flotte, flotte qui plus est toujours plus coûteuse avec l’arrivée d’Euro VI. C’est d’ailleurs en anticipant cette arrivée que le quatrième trimestre 2013 a permis au marché de conclure l’année sur un niveau correct, sans plus. En conséquence, le nombre d’immatriculations a reculé à 16 191 unités à fin mai, soit -5,7% par rapport à la même période l’an passé. Les tracteurs dévissent de près de 10%, et les porteurs n’arrivent pas à redécoller (-1,1%). L’OVI note à ce titre que ce segment de véhicule ne dépasse plus le niveau moyen de 5 000 immatriculations par trimestre depuis 2009… Les distributeurs VI estiment les baisses de commande à 21% sur les tracteurs et 17% pour les porteurs sur ce premier semestre 2014.

Quant au VUL, il reste à un niveau particulièrement bas : 25% sous les volumes enregistrés en 2008, année record en matière de ventes VN sur ce segment. Ce sont essentiellement les VUL lourds (plus de 3,2 t.) qui tirent le marché vers le bas (-5% à fin avril), tandis que les compacts sont en progression. In fine, l’OVI considère que l’exercice 2014 devrait tendre vers les années 2009-2010. Soit 38 000 seulement !

Les distributeurs VN  interrogés par l’OVI déclarent que l’activité après-vente représente aujourd’hui 37% de leur CA global. Pour mémoire, il n’était que de 29% en 2007… Cela traduit son importance dans la rentabilité des affaires depuis quelques années ; cela traduit également les méventes réalisées sur ces premiers mois de l’année 2014.

L’OVI précise toutefois que le volume d’activité continue de baisser pour les ¾ des distributeurs en raison d’un espacement des pas d’entretien, d’une diminution du parc ainsi que d’une concurrence accrue des réseaux d’entretien-réparation…

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*