Automechanika 2014 – AD International s’allie au nord-américain Pronto

Partagez

AD International a choisi de répliquer à la forte concentration du secteur de la distribution sur le vieux continent, symbolisée par les très distincts modèles LKQ et Nexus. Sa réponse ? Une joint venture nommée 1Parts avec le groupement nord-américain Pronto qui, outre la ressemblance de sa structure avec celle d’ADI, permettra de développer des synergies pour répondre à la possible internationalisation des plates-formes des véhicules et à l’autre concentration : celle des grands équipementiers mondiaux.

P1040870

Bill Maggs (à gauche), Président de Pronto et Olivier Roux (à droite), président d’AD International, ont présenté avec deux membres de leurs « boards » respectifs leur joint venture 1Parts.

Pronto ? C’est ADI ! « We Match » ! Formons 1Parts ! C’est, en forçant les traits, la petite histoire de la joint venture que viennent de former AD International et son homologue nord-américain Pronto. Celui-ci, basé au Texas, fédère en effet pas moins de 93 actionnaires -dont 12 composent le conseil d’administration- répartis en 750 filiales et au moins 1 000 magasins entre Etats-Unis, Canada et Mexique et sa structure, bien que né outre-Atlantique, se rapproche sensiblement de celle d’Autodistribution. Même si, avec des ventes s’élevant à 1,9 milliard d’euros, Pronto se situe en retrait par rapport aux 5,8 milliards du groupement européen.

Cependant, avec leurs organisations similaires et leur volonté de créer des synergies pour leurs adhérents, il était presque logique que les deux entités se rapprochent car elles se ressemblent. « We Match » (nous allons bien ensemble) est donc le slogan de cette nouvelle aventure. Car le marché automobile qui se concentre, tant chez les constructeurs que chez les équipementiers et les groupements de distribution, nécessite de créer des passerelles afin de développer des accords commerciaux, des bases de données, des services et des solutions pour permettre aux adhérents, qu’ils soient grossistes, garagistes ou carrossiers, de résister aux mutations à venir. «Le rachat de TRW par ZF est un signe de plus que le monde que nous connaissons change», a reconnu Olivier Roux, président d’AD International, en prélude à cette annonce.

Bientôt de nouveaux membres ?

Alors qu’ADI prend progressivement pied en Algérie, il est encore loin le temps où l’Amérique se serait offerte à lui. Sans pour autant se traduire en opportunités de distribution sur le continent nord-américain, le rapprochement avec Pronto au sein de 1Parts est tout de même l’occasion d’élaborer une stratégie internationale. Et bientôt mondiale puisque Pronto devrait, par la voix de son P-dg Bill Maggs, présent le temps d’un éclair sur Automechanika Francfort, annoncer lors du salon AAPEX de Las Vegas, les pistes d’élargissement de la joint venture à d’autres groupements sur d’autres continents. Une annonce qui devrait être commentée outre-Atlantique, même si Pronto n’y figure pas (encore ?) sur le podium des groupements de distribution.

L’important pour les deux entités, semble surtout de construire de solides fondations, quel que soit le temps nécessaire pour bâtir jusqu’au toit de leur édifice commun. «1Parts est l’occasion de faciliter l’organisation de notre stratégie mondiale, a souligné Stéphane Antiglio, P-dg d’Autodistribution. Il ne faut pas attendre de révolution immédiate, nous n’allons pas, demain, passer à la facturation mondiale. Nous allons procéder étape par étape, afin d’offrir à nos adhérents des projets communs solides, à même de répondre à l’internationalisation des parcs automobiles, des technologies et des fournisseurs.» Voilà forcément un paramètre que la rechange indépendante doit prendre en compte bien en amont. «Nous devons nous assurer de l’adaptation des groupements indépendants aux changements économiques mondiaux, soutient encore Stéphane Antiglio. Mais notre stratégie sera tournée vers nos membres : la direction de 1Parts ne sera pas une forme de bureaucratie top-down.»

1Parts : des bases jetées il y a 18 mois

Si le projet se concrétise «seulement» aujourd’hui, après les déferlements Nexus et LKQ qui ont tant fait jaser ces derniers mois, ADI et Pronto ont pourtant entamé leur rapprochement au printemps 2013. «Avant cela nous avions entendu parler d’Autodistribution lorsqu’ils s’étaient associés à une société de distribution nord-américaine plus modeste que Pronto, confesse Yvan Domingue, membre du «board» de Pronto et vice-président du Groupe Monaco (150 millions d’euros de chiffre d’affaires, 3 plateformes de distribution et 83 magasins indépendants au Canada). ADI avait besoin d’un débouché ailleurs qu’en Europe ou en Afrique du Nord. La concentration du marché était une tendance que l’on pouvait voir venir de loin et les analystes extérieurs au marché lui-même l’anticipaient déjà. Faire l’autruche et l’ignorer aurait été répréhensible.» 

Celui-ci confesse également que, du côté de Pronto, «on n’attend rien de cette collaboration à court-terme car tous les équipementiers ne s’y sont pas encore adaptés : Gates, par exemple, a encore deux sociétés bien distinctes pour l’Amérique du Nord et le reste du monde». Dans cette situation, 1Parts pourrait permettre de s’adapter aussi bien à une situation à deux marchés bien distincts qu’à un seul, définitivement mondialisé.

P1040858

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*