DOCUMENTS – La folle guerre de Pneutech contre Aliapur

Partagez

Un bien curieux fax reçu au milieu du mois dernier par nos lecteurs nous a été transmis : il émane de l’association Recyclage Automobile et invite les garages à faire collecter leurs pneus usagés par la société Pneutech SAS moyennant rétribution car Aliapur… serait en de (très) graves difficultés financières… Un récent “contre-communiqué” diffusé par Aliapur vient confirmer que sur le “marché” du pneu usagé, Aliapur subit une véritable guerre de son possible challenger Pneutech. Et visiblement, tous les moyens sont bons…

Voilà le type d’arguments que diffuse Grégoire Jovicic en parallèle de son site et sa newsletter « Recyclage Automobile » (extrait en date du 4 novembre). L’argumentation constante à l’encontre d’Aliapur, aussi invraisemblable soit-elle, a fini par troubler quantité de réparateurs et collecteurs (cliquez sur l’image pour télécharger l’intégralité du fax).

Une info venue de nos lecteurs-correspondants!Recyclage Automobile est une association loi 1901 qui affirme réunir tout un panel de professionnels du secteur de l’automobile, des garages au collecteur en passant par des centres VHU, mais aussi des municipalités, des bureaux d’études techniques, des avocats, des conseils en brevet, des journalistes et autres investisseurs.

Le 16 octobre dernier, l’association a inondé le petit monde de l’entretien-réparation auto : 18 000 fax auraient en effet été envoyés selon Grégoire Jovicic, son président. Objet de la missive : inviter les professionnels à céder leurs enveloppes usagées moyennant rémunération à Pneutech SAS, une entreprise présidée par… le même Grégoire Jovicic ! En effet, le fax indique clairement que les pneus usagés collectés pourront être payés jusqu’à… 70 € HT la tonne. Forcément, voilà qui a dû en interpeller plus d’un dans les ateliers, à l’heure où la crise s’est durablement installée…

Dans ce document, Grégoire Jovicic invite la profession à «réduire ses risques de voir ses pneumatiques usagés non repris par Aliapur ou repris à des conditions tarifaires élevées en apportant 50% de son tonnage annuel à Pneutech SAS qui reprend les pneumatiques usagés jusqu’à 70 € HT/tonne alors qu’Aliapur ne donne rien»… Des risques de pneu non repris ? Selon le document en effet, ce serait en raison des «probables difficultés financières d’Aliapur, qui se voit assigné devant le tribunal de commerce de Lyon par l’un de ses créanciers pour obtenir le paiement de 97 145 000 € (!)».

Et G. Jovocic, qui oublie de rappeler que ce créancier virtuel n’est autre que… Pneutech,  dresse alors une perspective particulièrement anxiogène pour les réparateurs qui se souviennent sûrement encore de la « crise de la collecte » de 2010 et des multiples témoignages que nous recensions alors. Dans ce contexte, la suite de l’argumentation a donc tapé fort : «il y a un risque de voir cette société avoir des difficultés pour collecter vos pneumatiques usagés et facturer auprès des garages et carrosseries des frais de collecte élevés pour payer ses dettes en cas de condamnation»…

Aliapur répond à Pneutech

Malgré l’invraisemblance de l’allégation, la réponse du berger à la bergère n’a pas tardé : dans un communiqué du 30 octobre dernier, l’éco-organisme a tenu à rappeler que la collecte des pneumatiques usagés, très strictement encadrée par le code de l’Environnement, est soumise à la détention pour le collecteur d’un agrément préfectoral. Et rappelant que, selon le code de l’Environnement toujours, c’est bel et bien le professionnel qui est responsable de l’élimination de ses pneus usagés, et non le tiers collecteur…

Reste que le contrat de reprise des pneumatiques usagés accompagnant ce fax stipule noir sur blanc que les collectes seront effectuées non pas par Pneutech (qui ne dispose pas d’un agrément préfectoral), mais par des collecteurs agréés. L’entreprise semble donc, sur ce point en tout cas, en conformité avec la loi. Ou plutôt le serait à l’avenir. Car Grégoire Jovicic précise : «nous avons demandé un devis à la société De Richebourg pour qu’elle gère la collecte sur tout le territoire»… A priori alléchante, la proposition de Pneutech se doit donc d’être tout particulièrement soupesée par les professionnels avant de s’engager. Car tout reste un peu trop systématiquement au conditionnel, à commencer par Pneutech elle-même : entre ce projet de centrale thermique dont le site n’a toujours pas été arrêté et des collecteurs pour l’heure encore théoriques, il commence a y avoir un paquet d’inconnues dans l’équation…

Aliapur, visiblement agacée par tant d’acharnement et de demi-vérités, a en outre diffusé avant-hier un second communiqué dans lequel elle réfute point par point les informations diffusées par Recyclage Automobile dans son fax. Non, Aliapur «n’a pas de difficultés financières comme cela résulte de ses comptes approuvés et déclarés sincères par le commissaire aux comptes de la société, et elle assure normalement la collecte des pneumatiques usagés», tient-elle à préciser. Par ailleurs, «si une procédure a été engagée contre elle par la société Pneutech SAS en paiement d’une somme exorbitante et non justifiée de 97 145 000 €, qu’elle conteste fermement, à ce jour le tribunal saisi de cette demande n’a pas statué et a même débouté la société Pneutech de sa demande en communication de pièces sous astreinte, et l’a condamnée à payer 10 000 € au titre de l’article 700 du code de procédure civile».

Le tout, avec cette conclusion en guise d’avertissement : «la société Aliapur se réserve de faire toutes demandes en réparation des préjudices subis du fait de ces informations erronées et dénigrantes».

Lourd passif

Mais pourquoi tant de haine ? Cette guerre entre Aliapur et Pneutech débute en janvier 2013. Grégoire Jovicic sollicite alors une rencontre avec les dirigeants d’Aliapur afin de négocier un volume de pneus usagés qu’il entend utiliser pour incinération dans le cadre d’un projet de centrale thermique qui doit être (à l’époque) implantée en Alsace… à l’horizon 2017.

Tablant sur un volume annuel nécessaire de 110 000 tonnes de pneus, il réclame alors à Aliapur de lui fournir 30 000 tonnes. «Eric Fabiew, directeur général d’Aliapur, s’était alors engagé devant un avocat à répondre favorablement à cette demande», raconte Grégoire Jovicic, contacté par la rédaction. Les participants à cette entrevue n’ont visiblement pas le même souvenir de son dénouement.

Eric Fabiew explique quant à lui qu’«entre les volumes de pneus collectés annuellement et les demandes d’approvisionnement en pneus usagers pour valorisation matière ou énergétique, il existe actuellement un différentiel de 25% (300 000 tonnes annuellement collectées lorsqu’il en faudrait 400 000 pour satisfaire aux multiples demandes)». Il poursuit : «J’avais donc émis l’hypothèse d’un engagement d’Aliapur à hauteur de 10 000 tonnes dans un premier temps, par le biais d’une lettre d’intention subordonnée à diverses conditions quant à la faisabilité du projet de la centrale.» Or, selon le DG de l’organisme, aucun des documents demandés n’est venu confirmer le bon déroulement du projet. D’où son retrait du projet en question.

Considérant pour sa part qu’il s’agit là d’un “refus de vente”, Pneutech assignait alors Aliapur en justice, devant le tribunal de commerce de Lyon, en réclamant la coquette somme de… 97 145 000 € (vous avez bien lu, il n’y a pas de virgule entre les chiffres) de dommages et intérêts !

Procès toujours en cours

L’affaire, toujours pendante devant le tribunal de commerce, n’est donc pas encore jugée au fond. Il convient toutefois de souligner le nécessaire distinguo à opérer entre la requête du demandeur, qui réclame donc 97,145 millions d’euros dans le cadre d’une affaire qui n’est pas encore jugée au fond, et la situation mentionnée dans le fax «d’un créancier» réclamant à Aliapur le paiement de «ses dettes». Car vous l’avez compris : le créancier évoqué, c’est Pneutech qui présuppose déclencher une dette, ces éventuels millions réclamés par… Pneutech. A ce titre, le dossier devrait avancer prochainement : une audience de procédure devrait avoir lieu dans le courant du mois de novembre.

Reste que, depuis le début des hostilités, Grégoire Jovicic n’a pas chômé et le travail de sape orchestré par Pneutech a continué. Aliapur a d’ailleurs déclenché une action en justice pour diffamation l’année dernière à l’encontre du dirigeant de Pneutech SAS et Recyclage Automobile après que Grégoire Jovicic ait annoncé en juin 2013… la cessation de paiement d’Aliapur. Elle n’a pas abouti. Mais si l’éco-organisme a finalement été débouté en octobre 2013 de sa demande, c’est quand même au motif que… la divulgation d’informations erronées sur une entreprise ne constituait pas un motif de diffamation !

5 millions, 10 millions, 97 millions, 1 milliard…

De toute évidence, le président de Pneutech aime écrire. Car visiblement sûr de son bon droit, Pneutech continue encore et encore de présenter Aliapur comme un partenaire de collecte pour le moins chancelant, voire moribond… Sur son site Recyclage Automobile, il relate ainsi à l’envi son procès intenté à Aliapur et en tire d’hypothétiques conclusions qui toutes vont dans le même sens : les réparateurs doivent tous se désengager au plus vite d’Aliapur qui va être ruinée.

Le verbe s’anime encore plus et devient même violent quand il s’adresse dans cette lettre ouverte du 14 mars dernier à Eric Fabiew, lettre qui était elle aussi envoyée tous azimuts :

Cliquez sur cette entête pour télécharger l’intégralité du document

Il y emploie un ton qui virevolte d’allégories guerrières en tutoiement méprisant pour s’achever sur un quasi-chantage : payer 5 millions de dommages et intérêts et investir 10 millions dans son projet «afin d’éviter la capitulation sans condition et l’exil vers l’ile d’Elbe ainsi que la descente aux enfers vers le panthéon des médiocres». Car «à défaut de réponse de ta part, sous huitaine, nous engageons les chevaux et canons nécessaires afin de te réduire à “Sedan” et te demander des dommages et intérêts en or massif dont nous ignorons si tes actionnaires auront la volonté et les moyens de pouvoir payer». Diable…

Cette constante menace de “saigner” financièrement Aliapur si elle n’abdique pas devant la solution Pneutech a trouvé un nouvel élan dans la dernière livraison de Recyclage Automobile en date du 4 novembre. On y apprend que «des enquêtes sur le terrain démontrent que de plusieurs collectifs d’automobilistes préparent une action de groupe contre Aliapur pour mauvaise gestion de l’écotaxe. Ils envisagent de demander à Aliapur 10 €/pneumatique neuf vendu depuis cinq ans ainsi que 30 €/pneumatique de préjudice moral en raison de la violation par Aliapur de l’article 4 de la déclaration universelle des droits de l’homme pour avoir refusé de rémunérer les garages la reprise de pneumatiques usagés au mépris de l’adage qui indique que tout travail mérite rémunération. Les demandes pécuniaires contre Aliapur dépasseront le milliard d’euro.» Mais interrogé sur ce nouvel avatar, Grégoire Jovicic devient encore une fois moins précis : il semble impossible pour l’instant de prendre contact avec ces collectifs en constitution ou d’avoir accès à ces enquêtes terrain…

Et voilà Aliapur dangereux pour la santé…

Il sait aussi créer puis exploiter la moindre opportunité de communication, comme on le voit dans cet autre fax circularisé le 3 novembre dernier auprès de réparateurs. Il y reproduit le courrier d’une députée du Vaucluse auprès de laquelle il s’est visiblement ouvert des difficultés de Pneutech. Dans cette lettre, la députée interpelle à son tour Delphine Batho, notre ex-ministre de l’Environnement, de l’intérêt d’incinérer les pneus selon la méthode de Pneutech, «qui semble être la solution la plus appropriée […] pour assurer la limitation des risques sanitaires en termes de transmission d’arbovirus utilisant le moustique comme vecteur de propagation» (cliquez ici ou sur l’image ci-dessous pour télécharger le fax et le courrier en question).

Cliquez sur l’image pour télécharger le document

Pour cette députée qui voit le moustique-tigre et ses risques de chikungunya s’implanter dans son sud de la France, l’idée peut évidemment avoir du sens. Elle ne peut en revanche savoir qu’il est totalement illusoire de procéder à un enlèvement systématiquement immédiat de tout pneu usé en France auprès de 45 000 ateliers pour s’en aller l’incinérer dare-dare et ce, avant toute goutte de pluie et/ou avant qu’une larve de moustique n’y éclose, qu’elle soit anodine ou pas…

Mais qu’importe : c’est là encore une occasion pour Grégoire Jovicic, surfant cette fois sur un «impératif de santé publique», de repartir à l’assaut d’Aliapur et de faire la promo de Pneutech. Qu’on rassure au moins les familles inquiètes : le moustique tueur a déjà trouvé sa moustiquaire judiciaire. Recyclage Automobile révèle en effet que «la direction Départementale de la Protection des Populations de Paris de la Préfecture de Police représentée par l’inspection de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes de Paris vient d’être saisie d’une plainte contre Aliapur pour mise en jeu de la vie d’autrui dans l’affaire du moustique qui tue et fraudes aux articles 101 et 102 du traité de fonctionnement de l’Union Européenne». Une plainte de, ou pilotée par… Pneutech et/ou Recyclage Automobile ?

Troisième et dernier exemple récent : ce fax envoyé aux réparateurs, nanti d’une attestation du 29 octobre dernier de Maître Pierre Lautier «à l’attention des garages et carrossiers de France».  Ce dernier écrit, en sa «qualité de conseil habituel de l’association Recyclage Automobile et de Pneutech SAS», qu’il n’y a en substance aucun risque à prendre une action de 10 € au capital de Pneutech SAS (comme l’adhésion à l’association Recyclage Automobile l’impose), sinon celui de perdre ces 10 €.

Cliquez sur l’image pour télécharger ce document

Ce courrier appelle tout de même une question : malgré les 1 000 réparateurs et carrossiers  »adhérents » revendiqués (à tout le moins «ayant exprimé un intérêt», minore alors Grégoire Jovicic quand on l’interpelle sur le sujet) et dont la liste n’est consultable qu’au siège de l’entreprise, n’y aurait-il quand même pas quelques soucis à convaincre les troupes de s’en aller naviguer sous pavillon Pneutech pour couler le porte-avions Aliapur ?

Pour retrouver tous nos articles sur l’affrontement Pneutech/Aliapur, cliquez ici

 

Droit de réponse

En date du 22 décembre 2014, Pneutech SAS et Grégoire Jovicic, président de cette société, ont tous deux demandé un droit de réponse à cet article. En voici le contenu intégral tel qu’il nous a été délivré :

Suite à la publication de l’article «la folle guerre de Pneutech contre Aliapur» du 7 novembre 2014 sur le site internet https://apres-vente-auto.com, la société PNEUTECH SAS et Monsieur Grégoire JOVICIC souhaitent apporter les réponses suivantes.

Cet article s’inscrit dans le cadre du litige qui oppose la société PNEUTECH SAS à la société ALIAPUR suite à la rupture, par la société ALIAPUR, du contrat, qui les liait.

La société PNEUTECH SAS précise à cet égard que la somme de 97 145 000 € qu’elle demande en justice est calculée -et justifiée- en fonction du préjudice qu’elle subit. En effet, dans la mesure où la société ALIAPUR s’était engagée à lui livrer 30 000 tonnes de pneumatiques usagés, la rupture brutale du contrat d’approvisionnement oblige la société PNEUTECH SAS à devoir s’approvisionner en Hongrie au coût supplémentaire de 200 € par tonne pour les frais de transport. Sur une durée de 20 années (durée du contrat de rachat de l’énergie par EDF), le préjudice subi est égal à 80 millions d’euros. Les 17 145 millions restant correspondent quant à eux à la réparation du préjudice de PNEUTECH SAS pour le retard pris dans le développement du projet du fait de la rupture du contrat pas la société ALIAPUR.

Les documents demandés par la société ALIAPUR pour vérifier la soi-disant faisabilité du projet n’ont été sollicités qu’après la rupture du contrat qui liait les parties et alors que celles-ci avaient bien trouvé un accord sur la chose et le prix.

C’est la raison pour laquelle la société PNEUTECH SAS a assigné la société ALIAPUR devant le Tribunal de commerce de Lyon en réparation de son préjudice qui s’élève effectivement à 97 millions d’euros.

Le dernier bilan de la société ALIAPUR a montré que cette somme n’avait pas fait l’objet d’une provision pour risques alors que pèse sur chaque société l’obligation de déclarer des comptes annuels réguliers et sincères, qui donnent une image fidèle du résultat des opérations de l’exercice écoulé ainsi que de leur situation financière. Dans la mesure où le chiffre d’affaires déclaré par ALIAPUR ne permettrait pas d’absorber les sommes réclamées en justice par la société PNEUTECH SAS, il a pu être indiqué que la société ALIAPUR connaissait des difficultés financières.

Il n’y a donc aucun travail de sape de PNEUTECH SAS ou de son Président mais juste la volonté de faire respecter un contrat. La société ALIAPUR a d’ailleurs été déboutée de ses deux actions en diffamation intentées contre Monsieur Grégoire JOVICIC par décisions rendues par le Tribunal de grande instance de Paris les 4 octobre 2013 et 18 novembre 2014.

Si Monsieur JOVICIC a recours à des allégories guerrières dans certains de ses courriers, ce n’est que pour illustrer les difficultés et peines qu’il rencontre pour pénétrer un marché particulièrement fermé qui laisse peu de place à la concurrence et dont la presse spécialisée manque malheureusement d’indépendance du fait des contrats passés avec les annonceurs. La société PNEUTECH SAS et son représentant légal regrette que l’auteur de l’article ayant suscité la présente réponse, ait taxé leur action d’acharnement et de folle guerre, même s’il faut bien reconnaître qu’il faut un brin de folie pour entreprendre dans le contexte actuel et tenter de prendre des parts de marché sur ce secteur.

La société PNEUTECH SAS confirme, par la présente, sa volonté de poursuivre son action au demeurant tout à fait légale dès lors que les pneumatiques usagés doivent effectivement être collectés par un collecteur agréé au sens des dispositions de l’article R.545-145 du Code de l’environnement et désigné par PNEUTECH SAS, en sa qualité de gestionnaire des déchets de pneumatiques usagés au sens de l’article R543-149 du Code de l’environnement.

Aucune demi-vérité ne saurait à cet égard lui être reprochée. La société PNEUTECH SAS rassure enfin les lecteurs de l’absence de toute démence de son Président qui dément fermement mener la «folle guerre» décriée par l’auteur de l’article ayant suscitant la présente réponse.”

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (15 votes, moyenne : 4,53 sur 5)
Loading...

5 Commentaires concernant “DOCUMENTS – La folle guerre de Pneutech contre Aliapur”

  1. je suis tombé un peu par hasard sur cette affaire pneutech/aliapur. Pourquoi en effet ne pas investir dans le recyclage des pneus ? Mais …
    Au delà des problèmes de fond de la collecte et du recyclage des pneumatiques, qui m’interpelle réellement, il semble par contre que l’affaire tienne au règlement de comptes de personnes, le comportement général (attaques verbales et en justice à répétitions) du dirigeant de pneutech n’est pas celui d’un entrepreneur sérieux, soucieux de réellement développer une entreprise en gestation, fut-il face à de nombreuses difficultés économiques et réglementaires. Affaire « intéressante » sur le plan psychologique d’un « entrepreneur » (si l’on peut utiliser ce terme pour cette personne) peut-être visionnaire sur des technologies de recyclage, très « communiquant », mais certainement pas dans la ligne d’un vrai « entrepreneur » responsable, dangereux pour son entreprise en développement et pour ses partenaires… et qui devrait bien revenir « sur terre » avant d’aller droit à l’échec de son projet. Rien qu’au vu de ce comportement et malgré que les montants investis tendraient à donner un peu de sérieux à l’entreprise, je me garderais bien d’être actionnaire! Dommage … 😉

  2. Étant gérante d’un commerce de pneumatiques, je suis dans l’obligation de faire collecter mes pneus par Aliapur, mais depuis 3 ans le collecteur ne vient plus car nous sommes en litige (procès) car la directrice de ce collecteur m’oblige à lui louer ses bennes alors que nous sommes en dessous de la quantité minimum qui demande une collecte par benne !!! nous avons du intenter un procès contre ce collecteur pour ne nous faire enlever ses bennes mais depuis aucune collecte car litige !!!! parlons-nous d’un organisme pour protéger l’environnement ou pour faire de l’argent, car partout où je me tourne, personne n’a les mêmes conditions de collecte ou ne paye le même prix pour les bennes !!
    aujourd’hui je me retrouve avec un monticule de pneus usagés et Aliapur refuse de me les collecter!!! A-t-il vraiment le droit??? mais comment se battre contre eux quand on est seul!!! j’attends l’appel en justice avec impatience mais j’ai déjà dû payer au premier procès car mal défendu presque 8000€ plus les frais d’avocat!
    honte à ce système de mafia!!!! de plus ce ne sont pas mes déchets mais je m’en retrouve responsable, et si demain il y a le feu et que je perds tout……..?????!!!!!

    • Tiens donc? Comme c’est étrange? Une société qui a un quasi-monopole de collectes de pneumatiques usagées, et qui ne veut pas collecter.
      ET SI LE PROBLÈME ÉTAIT RÉELLEMENT LA?
      La vérité c’est que la collecte est une véritable mafia. Je ne pense pas que le procès d’intention envers ou contre Pneutech et/ou Gregoire Jovicic soit équitable. Et je vous prie de croire que je ne tourne pas pour ces gens-là que je ne connais pas. Pour être équitable, ne serait-il pas opportun de publier quelques lettres à entête Aliapur refusant l’ouverture de comptes pour collectes et j’en passe..
      Pour ce qui le concerne, je reste avec 500 enveloppes qui ne trouvent pas preneur. N’y a-t-il pas une quote-part faisant partie du prix du pneu et concernant la collecte de celui-ci? Tous ces procès et lettres assassines sont des guerres de clocher. Que chacun assume ses responsabilités avant de vouloir apprendre le métier aux faux ennemis d’en face.
      Comme toujours dans ce cas de figure, le garage, pneumaticien, vendeur VO sont en reste.
      À QUAND LE PAVÉ DANS LA MARE?

  3. Bonjour drmarc83,
    Je viens de prendre connaissance de votre commentaire.
    N’hésitez pas à me contacter afin que l’on puisse vous donner une réponse claire et précise à ce sujet.
    Anne-Lise Blaind
    Chargée de communication FNAA
    01 40 11 98 23

  4. J’ai également reçu hier les documents faxés que vous venez de publier, et ce, depuis l’été dernier! Je m’en suis inquiété auprès de mon organisation professionnelle »FNAA », mais pas de réponse pour l’instant. Je suis inquiet car comme tout bon citoyen respectueux de l’environnement, je souhaite faire recycler mes pneus usagés par une filière agréé! Que m’importe qu’ils soient rémunérés ou non, les pneus sont bien taxés à la base? Enfin il me semble l’avoir lu, ne serait-ce que dans vos articles!
    Pour l’instant, je reste fidèle à Aliapur du moment où on ne me demande pas de payer pour l’enlèvement de mes enveloppes usagées. J’avais l’intention de vous faire parvenir mes derniers fax reçus, mais votre article indique que vous en avez déjà pris possession!
    Bravo pour vos articles, votre soucis d’impartialité et continuez ainsi.
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*