Après-vente: « on oublie trop souvent les 52% d’automobilistes ruraux! »

C’est le cri lancé par Bernard Jullien, directeur du GIS Gerpisa : 52% des automobilistes vivent dans des zones rurales, mais tout semble exclusivement imaginé pour les seuls 48% qui vivent dans les grandes zones urbaines…

P1010121.JPG

C’est sûrement un peu coloré de parti pris, mais c’est aussi pétri de bon sens et pour une fois, a priori exempt de parisianisme. De rafraîchissantes « réalités provinciales » se sont ainsi invitées lors du CDA (Club de la Distribution) que la Feda ouvrait à la presse le 21 octobre dernier. C’est Bernard Jullien, directeur du GIS Gerpisa (photo), qui rappelait donc qu’en matière automobile aussi, Paris n’est pas la France.

Le contre-exemple choisi –les 13 départements du Massif Central– pousse il est vrai le balancier vers l’autre extrême. Mais tutoyer la caricature a aussi le mérite de rappeler une réalité oubliée: dans notre beau pays aux 36 000 communes, il y a encore des zones de faibles densités qui représentent tout de même 52% du territoire.

Là, la lutte contre la désertification impose clairement des objectifs inverses à ceux des villes: on veut densifier l’habitat. «La conséquence logique, c’est que non seulement l’automobile n’a pas d’alternative, mais qu’elle devrait, de fait, être au cœur des politiques de mobilité», explique B. Jullien, qui prend un exemple marquant: «La marche et le vélo gagnent 2 points en ville; mais à la campagne, c’est l’inverse!». Pourtant, les stratégies actuelles concentrent toutes les énergies vers la dépollution automobile des grandes villes…

Obnubilés par les enjeux des grandes villes
Au même titre que l’on résume trop souvent l’économie française aux seuls avatars de 40 sociétés du CAC40 en oubliant 2 autres millions de petites et moyennes entreprises, on a donc tendance à expliquer l’avenir de l’automobile et définir ses besoins à l’aune des seules 80 grandes conurbations françaises.

L’évidence mérite d’être effectivement rappelée : en France, il y a moins de 900 villes de plus de 10 000 habitants. Elles concentrent certes 48,4% des ménages assez riches pour s’offrir des voitures neuves ou récentes. Mais ils n’ont pas du tout les mêmes préoccupations automobile que les 51,6% autres ménages qui peuplent les 35 000 villes et villages de moins de 2 000 habitants.

Dans un autre registre, la FNAA vient de l’illustrer, en constatant qu’en cette période de pénurie, les stations-service rurales « essentielles aux déplacements des consommateurs qui n’ont d’autres alternative que l’auto« , sont pourtant souvent délaissées par les réapprovisionnements au profit des grandes stations…

Les ruraux dépensent plus pour rouler plus
Ces automobilistes « des champs » sont généralement moins aisés et absorbent majoritairement les véhicules les plus anciens qui roulent bien plus que les véhicules « des villes » ! Ainsi, dans 8 des 13 départements du Massif Central, on compte 3,5 VO pour 1 VN, alors que la moyenne française est de 2,6… et de 1,3 pour Paris !

Et Bernard Jullien poursuit sa démonstration en segmentant ainsi les différences automobile entre les «pauvres» (les ruraux) et les «riches» (les urbains) :
• chaque année, les «pauvres» achètent 58 000 VN et les «riches», 480 000 ;
• les valeurs unitaires moyennes de ces VN sont respectivement de 15 000 € chez les ruraux et de 20 000 € chez les urbains ;
• les ruraux achètent respectivement 408 000 VO par an d’une valeur unitaire de 4 200 € pendant que les urbains s’offrent 510 000 VO d’une valeur unitaire de 11 800 euros ;
• et pourtant, les dépenses de motorisation pèsent 17% du budget des «pauvres ruraux» et 10% seulement des «riches urbains».

On aura compris la démonstration : les ruraux oubliés appartiennent pour longtemps à la rechange indépendante à qui ils apportent les véhicules toujours plus âgés (voir « Malgré tout, le parc vieillit« ). Et à ce titre aussi, ils devraient être mieux pris en compte par les devins de l’avenir automobile…

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction