VN – Kidioui.fr : l’analyse qui pose la question des (vrais) prix…

Se basant sur les taux de remise constatés sur sa plateforme durant l’année, le site comparateur d’offres VN Kidioui.fr interpelle : les prix publics des constructeurs sont-ils réalistes ? A moins que ce ne soient les taux de remise qui sont un peu trop fantaisistes…

Kidioui_bilan 2014

Étonnante étude que vient de faire paraître Kidioui.fr, qui se positionne comme le premier comparateur de prix de véhicules neufs et d’occasion. En se basant sur les données générées durant l’année par le biais de 250 000 visiteurs uniques par mois, ayant accès à plus de 25 000 offres quotidiennement mises à jour pour 50 000 devis réalisés, le site internet dévoile ainsi un budget moyen pour l’achat d’un véhicule neuf de 20 370 € en 2014. Il avance en outre un taux de remise moyenne enregistrée particulièrement alléchant : 23,04% !

A noter : ce taux de remise prend en compte les tarifs affichés par près de 1 000 concessionnaires… et mandataires automobiles ayant tous pignon sur rue. En achetant à l’étranger, ces derniers sont ainsi en mesure de proposer parfois des tarifs sensiblement moins chers que ceux du marché français. Si l’on ajoute à cela le contexte économique fragile et la concurrence exacerbée entre les marques qui génèrent des offres commerciales très agressives pour vendre à tout prix leur production, on comprend mieux ce taux de remise moyen… et par ricochet le triste état du marché des VO récents !

Remises réalistes… ou tarifs dépositionnés par une fraude à la TVA ?

L’idée du communiqué est bien sûr de mettre en avant les bonnes affaires que peut faire le consommateur grâce au comparateur en ligne : le communiqué indique en effet que le site créé en 2007 revendique «un minimum de 20% de remise moyenne constatée et jusqu’45% de remise sur le tarif constructeur» ; aussi, poursuit le communiqué, «pas besoin de chercher, de négocier, de se déplacer, les prix les plus bas sont disponibles immédiatement et gratuitement. Kidioui.fr propose le bon prix sans négocier !»

Toutefois, l’analyse laisse parfois songeur lorsque l’on se penche sur certaines remises maxi affichées. Le tableau présentant le «Top 10 des plus grandes remises» est éloquent sur ce point. Si l’on peut assez logiquement comprendre qu’une Lancia Ypsilon, dont la marque est devenue très confidentielle en France, est purement et simplement bradée, on a du mal à croire que des «premium» comme des Corvette de Chevrolet ou autres Mercedes SLK nécessitent respectivement 47,99% et 46,76% de remise pour trouver preneur…

De même, comment ne pas s’interroger sur un Renault Scenic proposé avec 46,12% de remise ou encore un modèle Citroën C4 avec 47,32% de remise alors qu’il s’agit de modèles parmi les plus vendus en France ?
Ces chiffres sont exacts, affirment les responsables  du site qui soulignent qu’il leur est impossible (et de toute façon, rien ne les y obligerait légalement), de vérifier si ces véhicules à remises records ont ou non fraudé à la TVA intracommunautaire. Une fraude à laquelle le Gouvernement vient enfin de s’attaquer (voir «Vers la fin de la fraude massive à la TVA sur les VO»)…

Les ordres de grandeur suffisent en tout cas en l’espèce à mettre en évidence un mal décidément très profond quant à la vente VN. Pour écouler, il faut aujourd’hui parfois littéralement brader. Et qu’en la matière les  »prix catalogue » n’ont, aujourd’hui encore moins que par le passé, force de loi…

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction