Piecesetpneus.com met du Guy Roux dans son moteur…

Partagez

Où en est piecesetpneus.com, ce site qui restera le premier en France à avoir été lancé par un distributeur-stockiste issu du traditionnel? Son patron Vincent Ferron (photo) est satisfait : «le business plan a été dépassé en 2009 et respecte les objectifs initialement fixés pour 2010», se félicite-t-il. Côté rentabilité, les nouvelles sont logiquement moins bonnes, mais le distributeur est optimiste: «On perd de l’argent, mais c’était paramétré dès le lancement et là encore, dans les proportions prévues; Nous arriverons comme prévu à l’équilibre en 2012».

Communiquer toujours plus…
Car un tel site coûte cher, surtout à faire connaître. Et d’ailleurs, le patron de piecesetpneus en est conscient: même s’il ne veut pas commenter l’info, c’est probablement pour cette raison qu’il s’intéressait aussi à piecesavenue.com (voir «piecesavenue.com racheté par un distributeur »). Les efforts que ce site a déjà consentis à se faire connaître ne sont plus à financer.
visuel_3_guy_roux.JPGEn matière de communication, piecesetpneus est sur la bonne voie, qui multiplie les actions de notoriété. Depuis quelques semaines sponsor de Direct Auto sur la chaîne Direct 8, le voilà qui vient de «s’offrir» Guy Roux comme égérie du site pour 2011.
Les spots ont été tournés mi-janvier dans les locaux de Vitré (35). «Choisir Guy Roux comme porte-drapeau de notre marque s’est imposé naturellement. Outre son image rassurante, c’est un homme simple, accessible et respectueux de son budget …. comme notre site piecesetpneus.com!», explique Vincent Ferron, qui en profite pour en faire une opération de communication interne: 4 salariés du site ont eu le privilège de tourner aux côtés du mythique sélectionneur…

Trop de remises sur le net
Interrogé sur l’actualité Bosch/Oscaro voir tous les articles et témoignages sur le sujet), il préfère en rester aux généralités. Pour lui qui est à la fois acteur dans le «trad’» et sur internet, son analyse de l’évolution du commerce de pièces en ligne est en revanche sans équivoque: «les niveaux de remises auxquels on assiste sont déraisonnables; les «pure players » (NDLR: les sites ‘purs et durs’) maintiennent des taux de remise très forts pour bloquer le marché et éviter les nouveaux entrants. L’idéal serait de voir des taux de remise n’excédant pas 50%», conclut-il.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*