Les dépanneurs automobiles en grève !

Ce que vivent les dépanneurs de Savoie et de Haute-Savoie est symptomatique de l’ensemble de la profession… et ressemble assez à ce que vivent les carrossiers avec les assureurs (voir « relations assureurs/carrossiers: témoignages« ).

«Nous dépendons à 80% des services assistance des grandes compagnies d’assurances, explique Alain Bonzi. Aujourd’hui, ces société ont la mainmise sur nos secteurs; elles nous imposent leurs tarifs et leurs conditions de travail: tarifs en deçà de nos prix de revient, marges arrières illégales, rétribution a minima des horaires de nuit et de week-end, le tout en ayant droit de vie ou de mort sur nos entreprises ». Lassés des conditions abusives qui leur sont imposées, les professionnels de Savoie et Haute-Savoie ont alerté leur préfecture et décidé d’entrer en grève illimitée à partir du 12 février, en refusant d’être missionnés par les sociétés d’assistance. Ainsi, les demandes d’assistance seront faites auprès des services de police et de gendarmerie et à charge pour ces derniers de faire appel aux dépanneurs. «Nous espérons que le préfet réagira avant. Nous ne souhaitons pas prendre les automobilistes en otage. Mais cette fois, nous irons jusqu’au bout et les pouvoirs publics prennent le risque d’une contagion nationale de notre mouvement : les patrons de nos entreprises sont désespérés ; au vu des conditions de stricte survie que nous imposent les donneurs d’ordres, nous n’avons plus grand-chose à perdre! », assure A. Bonzi.

C’est donc à compter du 12 février prochain que les professionnels du dépannage-remorquage automobile de Savoie et Haute-Savoie :
•    refuseront les demandes de prises en charge des sociétés d’assistance et dirigeront les appels sur le 17. Les forces de l’ordre missionneront les dépanneurs en fonction des tours de gardes et des disponibilités géographiques.
•    établiront une facture selon le tarif public de leur entreprise, au verso de laquelle figureront les conditions générales de vente.

L’usager de la route règlera sa prestation sur présentation de la facture et se fera indemniser par la société d’assistance. Cette décision, pour l’instant locale, risque de s’étendre à la France entière. Les revendications des professionnels de ces deux départements concernent toute la profession du dépannage automobile qui subit les diktats financiers et organisationnels des sociétés d’assistance qui les missionnent. La F.N.AA (Fédération Nationale de l’Artisanat Automobile), qui porte les revendications des entreprises de dépannage sur le sujet depuis plus de 4 ans, soutient le mouvement des ses adhérents et demande au gouvernement de faire appliquer rapidement les conclusions d’une enquête de la DGCCRF réclamée par la F.N.AA et qui, il y a plus d’un an, avait constaté les abus de dépendance économique de la part des sociétés.

Pour en savoir plus,  Voir interview Alain Bonzy sur France 3

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction