Convention FNAA: internet et le réparateur

Selon le Gipa, 11% des MRA interrogés et 9% des RA2 auraient déjà acheté des pièces sur la toile… « C’est le distributeur qui semble le plus inquiet de l’émergence de ce nouveau canal de vente, confie Eric Devos. A la question ‘avez-vous le sentiment que le Net capte une partie de vos clients?’, ils répondent à 85% que c’est le cas pour leurs ventes au comptoir, à 62% quant aux ventes à leurs clients garagistes, et à 29% quant à la vente au personnel…« 

Reste que, selon le distributeur Patrice Godefroy (IDLP), « il y a et il y aura toujours besoin de spécialistes (injection moteur en l’occurrence) qui disposent d’un stock large, et des compétences techniques pour conseiller au mieux les réparateurs« . Bien sûr, IDLP utilise le net, mais ce canal est strictement dévolu à ses clients professionnels. « Nous ne souhaitons pas vendre aux clients de nos clients« , précise en effet Patrice Godefroy. Les clients en compte peuvent en effet interroger le catalogue, voire la disponibilité des produits et passer commande. Pas moins de 30% des commandes chez le distributeur passent déjà par ce biais…

Meilleur exemple: les pièces techniques qui, pour P. Godefroy, constituent une limite à l’expansion des ventes de pièces de rechange sur internet. En effet, selon Patrice Godefroy (IDLP), « le prix est secondaire pour les pros dans ce domaine. Ce qu’ils souhaitent avant tout, c’est une pièce disponible, du conseil… » Bref, de l’accompagnement!

Des opportunités?
Pour Jean-Claude Krois, directeur général de 07ZR.com, un site marchand de pneus B2B, il y a des opportunités pour les pros sur la toile: « dans un marché aussi concurrencé que celui du pneu, le pro qui ne s’appuie que sur un fournisseur ne pourra répondre à toutes les demandes de ses clients… Nous sommes en relations avec 70 des plus gros distributeurs de pneus en Europe, qui nous fournissent en temps réel le prix de plus de 70000 références de pneus et, au bout de 2 ans seulement, nous pesons 7 à 8% du marché en France. C’est bien la preuve que certains réparateurs ont conscience des opportunités d’achat sur le net!« 

Pourquoi éparpiller ses fournisseurs?
Amar Cheballah, réparateur-témoin de cette table ronde, n’y souscrit pas complètement: « Je ne crois pas souhaitable de ‘s’éparpiller’ en multipliant les fournisseurs. J’ai un contrat avec Ford, en tant qu’agent, et un contrat pour les pièces multimarque avec l’AD. Plus j’achète des pièces, meilleure est ma RFA (NDLR: remise de fin d’année); et donc meilleure est la rentabilité de mon garage… » Et s’il n’est apparemment pas un adepte de la ‘chasse au bon plan’ en ligne, A. Cheballah ne passe pas moins de 70% de ses commandes de pièces par internet! Mais l’internet « pros », qui est un accélérateur de business. Pour Bernard Fournier-Le-Ray (Allio Pièces Auto) en effet, internet est un fabuleux outil pour acheter: « le réparateur a en effet accès 24h/24, 7j/7 aux prix en temps réel, à la disponibilité de la pièce, aux infos techniques, etc.« 
Philippe Lamigeon et Jérémie Morvan


La phrase
Jean-Claude Krois
(07ZR.com): « Pour les pneus achetés sur notre site , l’éco-taxe est perçue. Nous sommes ‘en ligne’ avec Aliapur depuis le 1er janvier dernier. En revanche, avec les importations de véhicules, ce ne sont pas moins de 12 millions de pneus qui rentrent sur le territoire sans payer la taxe laquelle est donc supportée par l’ensemble des professionnels ! »

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction