Prospective 2020 : avis de tempêtes sur l’après-vente?

Partagez

Encore une étude prospective sur l’après-vente qui pousse l’exercice jusqu’à 2020. Elle était présentée lors des Journées Planète Auto du CNPA. Une étude TCG Conseil/ICDP évidemment anxiogène et évidemment incertaine…

Les études prospectives, c’est un peu comme la météo: les plus sophistiquées utilisent des modèles mathématiques basés sur l’observation de phénomènes passés; d’autres, sur ce qu’il est convenu d’appeler « le doigt mouillé ». Dans les deux cas, il est des prévisions qui se confirment (rarement), d’autres qui s’infirment (souvent). La dernière étude en date sur l’automobile, concoctée par TCG Conseil/ICDP et évoquée lors du dernier congrès du CNPA, concerne l’après-vente et entend évaluer les grandes évolutions du secteur.

Prévisions évidemment alarmistes
Autant le dire tout de suite, ces prévisions sont alarmistes et ne pronostiquent pas moins qu’un recul d’un quart du nombre des opérations de maintenance en 2020. (Voir un aperçu de ses principales conclusions ci-après).

Quel crédit faut-il accorder à des prévisions à une telle échéance quand, dans l’introduction même du rapport, on parle d’une «projection à l’horizon 2020 et non plus 2015 […] les projections faites en 2008 pour les parts de marché des différents acteurs sont revues (ndlr: rappelons que nous sommes en 2011) et portées à 2020»! Ceux qui veulent revoir les prévisions de 2015, peuvent cliquez ici: ils (re)découvriront ainsi que TGC/ICDP s’est aussi essayée à des prévisions à 2025. Mais on n’est pas à une décennie près…

Des variables… variables
Surtout quand tout dépend de paramètres hautement variables et incertains. Faut-il s’étonner comme le mentionne ce rapport, que les ventes VPN soient corrélées à l’évolution de la consommation des ménages ou que le volume des opérations sous garantie soit dépendant du taux de panne et de la durée de la garantie (sic!) ? Bref, du constat facile ou de la lapalissade à bon compte.

Cette étude, comme beaucoup d’autres, a pour mérite essentiel de stigmatiser une situation existante par rapport au passé et de remémorer à chacun les données actuelles. Mais la prospective est un art bien difficile et si l’écriture des scenarii possibles est un exercice intéressant, personne ne se risque à choisir le scénario probable…

Peut-on donc raisonnablement asseoir des stratégies à long terme sur de telles données? Les entreprises de réparation automobile peuvent-elles engager sereinement des investissements sur ces conclusions? La réponse est bien évidemment non.

En fait, il s’avère heureux que les prévisions avancées soient pessimistes pour le marché de l’après-vente, car elles inciteront au pire… à la prudence. Il y a probablement plus à s’inquiéter de l’enquête sectorielle que l’Autorité de la concurrence vient d’ouvrir sur les tarifs de la réparation. L’Autorité de la concurrence entend en effet «analyser le fonctionnement concurrentiel du secteur, détecter ses éventuels dysfonctionnements et émettre le cas échéant des recommandations pour l’optimiser, au bénéfice des consommateurs».

Voilà très certainement une enquête, basée sur des faits réels et non des supputations, qui aura des répercussions sur le quotidien des entreprises. Là au moins, nous serons fixés dès le mois de mars prochain…
DJ

Ce qu’il faut savoir de l’étude TCG Conseil/ICDP

Pas de secret: sur un marché mature, pas de renouvellement accéléré sans aides. L’aplatissement de la courbe VN serait plutôt une bonne nouvelle.

Une donnée qui se vérifie depuis près de 20 ans. La stabilisation de la baisse du kilométrage moyen à partir de 2015 serait aussi une bonne nouvelle.

C’est le chiffre qui fait peur: perte de 25% du nombre d’opérations de maintenance. Mais pourquoi pas -10% ou -30%?

Réparation-collision: -15,5% en 10 ans. Peut-être le chiffre le plus solide de l’étude, fondé sur la chute de la sinistralité, des restrictions et des conditions de circulation, des progrès technologiques embarqués…

La baisse globale n’est pas l’hypothèse la moins recevable. Son importance est en revanche à discuter.

La conséquence ultime pour vous professionnels: combien serez-vous en 2020? La stabilité des réseaux primaires est plus que discutable, la progression des indépendants en franchise plus que probable.

 

Le bouquet final…

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*