G-Truck / Top-Truck poursuit normalement sa progression

Le couple G-Truck/Top-Truck a présenté dernièrement ses derniers résultats et ses ambitions de développements. Sur un marché VI plutôt compliqué, l’enseigne poids lourd de Groupauto affiche des performances 2014 séduisantes…

G-TRUCK - JF BERNARD

Jean-François Bernard, directeur des réseaux PL de Groupauto

Le réseau G-Truck/Top Truck, membre de Groupauto (Alliance) et spécialisé dans l’entretien et la réparation VUL et VI multimarques, vient d’annoncer ses résultats pour 2014. Côté chiffre d’affaires, la progression est de 0,8%, ce qui n’est pas si mal dans un contexte général plutôt à la baisse de 1%. Et c’est même un +6,6% qui est enregistré dans les achats, ceci grâce au développement des plateformes et à la fidélisation des clients.

Malgré tout, la tendance pourrait s’inverser dans le futur si le réseau n’est pas vigilant. En effet, la tendance des entreprises clientes est plutôt de tenter de rogner sur les coûts d’entretien des véhicules, qui ne représentent pourtant que 7 à 8,5% du coût total d’exploitation. Or, «rogner sur le prix d’achat des pièces n’est pas la bonne solution», selon Jean-François Bernard, directeur des réseaux PL de Groupauto, car on s’aperçoit alors facilement que l’on en consomme en fait plus que normalement nécessaire.

Avant-vente

Le réseau G-Truck/Top-Truck poursuit normalement sa progression avec un total de 191 points de vente, dont 117 G-Truck et 74 Top-Truck (dont parmi eux 30 agents de marques). «Pour les concessionnaires de VI, l’activité G-Truck c’est de l’avant-vente», assure J-F. Bernard. En effet, l’entretien lui permet de voir l’usure et les problèmes rencontrés sur un camion et de préconiser alors un achat dans la marque représentée. Si les autres groupements d’Alliance, autrement dit Précisium et Partner’s, disposent de leurs propres réseaux d’entretien réparation V.I. (Partner’s VI et Précisium PL), G-Truck annonce l’ouverture d’un établissement en Algérie en partenariat avec Bergerat-Monnoyeur (Caterpillar ou Feu Vert notamment). Le réseau fonde beaucoup d’espoir dans son développement dans ce pays en particulier et sur le continent africain en général.

Difficile de convaincre

Pour les VUL, Groupauto a développé un réseau spécifique nommé USC (Utilitaire Service Center). Celui-ci compte actuellement 120 sites répartis sur le territoire national et présent à part égale dans des structures PL et VL. A terme, environ 80 unités supplémentaires devraient conforter le maillage du territoire grâce à l’adhésion de membres de Précisium et Partner’s au concept.

J-F Bernard n’exclut pas d’y arriver d’ici à la fin de l’année 2016. «Mais c’est parfois difficile de convaincre des garages qui disent déjà faire de l’utilitaire», reconnaît le directeur des réseaux. Pourtant le coût d’entrée, essentiellement composé de PLV, ne se monte qu’à 1 000 €. En ce qui concerne les cars et bus, c’est plus facile : sur les 191 ateliers PL, 60% font déjà du transport en commun. Mais là aussi, il est encore possible de développer le réseau.

Effort sur la formation

Si une remise à niveau des tarifs horaires de main d’œuvre a été effectuée ces derniers temps, parfois en partant de très bas (37 €-38 € de l’heure), pour atteindre actuellement une fourchette moyenne comprise entre 55 € et 67 €, le réseau doit encore travailler sur la formation qui pêche un peu selon son directeur. Si les constructeurs assurent en moyenne 8 jours de formation à leurs équipes par an, G-Truck n’en est qu’à 5.

Reste toutefois que l’assistance des techniciens est assurée par la mise en place d’une hotline qui, si elle coûte 157 € par mois, est réellement profitable aux membres du réseau. Enfin, les amateurs pourront retrouver G-Truck/Top-Truck pour le grand prix Camion du Castelet, au 24 H du Mans PL et bien entendu au prochain salon Solutrans 2015.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 1,00 sur 5)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction