Vente de Speedy: c’est pour bientôt

Depuis que le japonais Itochu devenait propriétaire en juillet de Kwik-Fit, on sait qu’il veut vendre Speedy, filiale de Kwik-Fit. La cession, logiquement ralentie plusieurs mois par le « tsunami nucléaire » nippon, s’est donc remise en route: les candidats à la reprise ont déposé leur dossier le 21 septembre dernier!

En jeu: 461 centres dont 133 franchisés. En chantier: un cœur de métier (échappement, freins, etc.) en baisse, qui a nécessité un virage sur l’aile pour diversifier les activités, notamment par la réparation et le remplacement du vitrage, la révision ou encore la climatisation. Une diversification qui nécessite des investissements que devront continuer à consentir les futurs repreneurs.

Vers la foire d’empoigne?
En attendant, les candidats sont -au moins- trois. Il y a d’abord Jacques Le Foll, l’actuel dirigeant de l’enseigne de réparation rapide, qui souhaite rester aux commandes pour poursuivre la stratégie qu’il a initiée et qui a abouti à un retour à l’équilibre, fragile mais réel.

Face à lui: Gilles Chauveau (voir «  Itochu rachète KwikFit… et s’apprête à céder Speedy? »« ), qui n’est rien moins que son prédécesseur à la tête de Speedy et dont l’offre est soutenue par le fonds d’investissement Butler Capital Parners. Ce dernier connaît le secteur pour avoir été dans le capital de l’Autodistribution jusqu’en 2004.

Le feuilleton de la reprise de Speedy, alimenté par ces deux premiers postulants aux personnalités radicalement différentes et à l’antipathie déclarée, a d’ailleurs suscité de sourdes guerres de clans et règlements de comptes au sein de l’enseigne et du réseau. Témoin la quantité inhabituelle de commentaires sur notre site dont certains aux relents tellement nauséabonds que nous avons pris la décision fin août de les mettre hors ligne et d’en interdire de nouveaux (voir « Speedy/Chauveau: réactions trop inhabituelles pour être honnêtes?« …). On se doute que cette ambiance délétère ne se détendra qu’une fois le passage de témoin effectif…

Feu Vert en embuscade
Mais un troisième larron -et non des moindres- est aussi en embuscade, même si personne ne veut le confirmer: Feu Vert, détenu par Qualium Investissement depuis 2007. Le propriétaire de l’enseigne de centres auto (émanation de la Caisse des dépôts et Consignations), semblait pourtant enclin il y a quelques mois à vendre l’enseigne aux 176 franchisés et 132 succursales. Assez classiquement, l’opportunité d’ajouter quelque valeur à l’ensemble, l’année de ses 50 ans et alors que Feu Vert va inaugurer un nouveau centre logistique de 30 000 m2, semble maintenant le tenter: on vend toujours mieux une position renforcée sur un marché très bataillé. D’autant que son grand concurrent Norauto a montré la voie en s’adjoignant Midas et Maxauto avec bonheur…

Au regard de l’urgence dont témoigne Itochu, nul doute que le nom du repreneur devrait être rapidement annoncé. Pas avant Equip Auto, mais avant la fin de l’année, précise « une source proche du dossier« …

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction