« Clim’ mortelle » (suite): l’étrange témoignage du Parlement européen…

Un témoignage anti-fluide frigorigène 1234yf, déposé sur notre site, a été en même temps multi-diffusé sur d’autres sites d’information. Valorisant le « combat » de la députée européenne Michèle Rivasi contre les dangers supposés de ce nouveau fluide, ce commentaire provenait en fait… d’un ordinateur du même Parlement européen ! Quand le « buzz » nous prend pour des buses ?

Parlement européen

Le résultat de notre recherche sur l’origine du témoignage contre le 1234yf: il vient d’un ordinateur du Parlement européen…

Le 20 janvier dernier, à peine notre article «Clim’: la fausse alerte au « gaz mortel »!» publié sur notre site apres-vente-auto.com, un mystérieux lecteur au pseudonyme évocateur –«ClimTueuse»– le commentait de la façon suivante :

«Apparemment, la liste des doutes à l’encontre de ce gaz [NDLR : le 1234yf] se rallonge de jours en jours : ça fait froid dans le dos ! A voir sur le blog de la député écolo qui a lancé l’alerte».

Le commentaire était complété d’un lien menant vers le site de Michèle Rivasi, cette même députée européenne qui, 3 jours plus tôt, déclenchait une tempête médiatique contre le 1234yf et l’un de ses fabricants (Honeywell). Le 17 janvier en effet, elle donnait une conférence de presse aussi anxiogène que racoleuse baptisée : «HFO-1234yf : un fluide frigorigène mortel dans nos voitures en 2012 ?».

Un Parlement européen très partisan
Le témoignage de cette «ClimTueuse» nous a paru un peu louche. Fort de notre expérience en matière de « faux témoignages internet » (voir «Speedy/Chauveau: réactions trop inhabituelles pour être honnêtes?») nous avons alors procédé à nos deux tests habituels en pareil cas. Nous avons vérifié si ce commentaire restait isolé sur internet, puis nous avons essayé de «tracer» l’origine du témoignage. Nous n’avons pas été déçus :

  • le même message, avec le même lien vers le blog de Michèle Rivasi, se répétait à l’identique sur divers sites grand public et blogs, ce qui est déjà quelque peu suspect ;
  • et surtout, nous avons constaté que l’ordinateur émetteur de ce message fait partie… du parc informatique du Parlement européen (voir « European Parliament » sur le fac-similé de notre recherche, ci-dessus) ! Un des responsables de ce parc nous l’a confirmé, en nous affirmant avoir «transmis notre demande d’information à sa hiérarchie», hiérarchie dont nous n’avons pas eu de nouvelles…

Bien sûr, être élu ou employé au Parlement européen n’interdit pas d’avoir une opinion personnelle, sincère et désintéressée. Ni de l’exprimer librement sur notre site. Mais dans ce cas, le faire en utilisant un ordinateur du même Parlement Européen pour soutenir la position d’un de ses élus est, au moins, maladroit…

D’autant que cette maladresse est également peu spontanée. Car ce témoignage a été «copié-collé» sur plusieurs sites entre le 17 et le 20 janvier. On aurait voulu faire « le buzz » autour de la communication de la députée européenne (déjà massivement relayée sans mise en perspective) qu’on ne s’y serait guère pris autrement. Un buzz qui nous prend pour des buses ?

Lire sur le même thème :

 

EXCLUSIF – « Clim’ mortelle » (suite): le vrai danger est ailleurs

Clim’: la fausse alerte au « gaz mortel »!

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur

Jean-Marc Pierret

Editeur du magazine Après-Vente Auto et de son site Apres-vente-auto.com, Jean-Marc Pierret suit depuis 30 ans l'actualité stratégique du secteur de l'après-vente automobile.
Il se passionne tout particulièrement pour les mutations qui traversent et transforment le paysage de l'entretien et de la réparation automobiles.
Avec Stéphane Freitas, il co-dirige Pertineo Group qui détient les sociétés Publi Expert Gestion (Après-Vente Auto et Après-vente-auto.com), AM-Today (Am-today.com) et l'agence de communication Action Media.

Tel. +33 (0)1 41 88 09 04

jmpierret@apres-vente-auto.com