Stations-service : l’aide de 12,5 M€ officialisée !

Partagez

CNPA et FNAA saluent l’inscription dans le projet de Loi de Finance 2016 de l’aide de 12,5 millions d’€ aux stations-service en difficulté. Même si des questions restent en suspens…

stations_service

De nombreux détaillants de carburants peuvent désormais respirer : l’enveloppe de 12,5 M€ promise le 14 septembre dernier par le Président de la République François Hollande suite au Comité Interministériel aux Ruralités vient d’être inscrite dans le Projet de Loi de Finance 2016 porté par le gouvernement. Cette somme va être allouée au Fonds d’Investissement pour les Services, l’Artisanat et le Commerce (FISAC) qui, depuis la disparition du Comité Professionnel de la Distribution de Carburants (CPDC), avait repris les demandes d’aide à la modernisation des sites, initialement adressées à ce dernier.

Dans leurs communiqués respectifs, le CNPA et la FNAA saluent toutes deux le fait que la promesse du Président ait été suivie d’effets, permettant de sauver au moins une partie des stations-service en attente d’une aide financière. Si le Conseil National des Professions de l’Automobile «grâce à [son] action continue depuis plus d’un an» estime qu’il s’agit «d’une première avancée significative pour la profession, cet effort budgétaire devant permettre de sauvegarder un maillage territorial indispensable à la mobilité des Français», la FNAA rappelle quant à elle que cette victoire intervient après plusieurs années de travail en ce sens, l’organisation professionnelle ayant tiré la sonnette d’alarme à plusieurs reprises depuis 2013…

Tout n’est pas réglé

Au-delà de cette querelle de clocher, les deux organisations relèvent cependant que l’enveloppe allouée au FISAC ne va pas tout régler. Ainsi, la FNAA souligne que l’enveloppe ne va permettre de traiter qu’une partie des dossiers de mise aux normes environnementales. Elle souhaiterait également que cette somme puisse servir aux demandes de financement pour la dépollution des sites pour cause de fermeture. Des demandes qui restent pour l’heure sans réponse car contrairement au feu CPDC, le FISAC n’est pas compétent pour traiter ce type de demande. A l’heure où la France accueille la planète entière pour dégager un consensus autour de la protection de l’environnement dans le cadre de la COP21, le CNPA s’étonne d’ailleurs «de la persistance du silence du ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie» sur un sujet qui relève pourtant d’un enjeu écologique majeur.

Autre question toujours en suspens (re)posée par la FNAA : quid des futurs demandeurs, dont les critères d’éligibilité excluent aujourd’hui une grande majorité de stations-service ? L’organisation professionnelle réitère solennellement au Président de la République d’aller au bout de la démarcher initiée avec l’octroi de 12,5 M€, en accompagnant les détaillants de carburants au-delà de la seule gestion du stock de dossiers existants. Faute de quoi prévient la fédération, «la désertification de la distribution de carburants ne sera pas suffisamment endiguée et [qu’elle] pénalisera durement des millions de Français pour qui l’automobile n’a pas de solution alternative crédible à leur mobilité».

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*