PL: TVI évolue en gardant son ADN

Il est loin le temps où, en 1998, 8 adhérents GAU choisissaient de quitter l’enseigne avec leurs 10 millions d’euros de CA consolidé pour lancer un concept de groupement d’achats fondé sur le bénévolat, à 100% VI et 100% indépendant.

Fin 2009, ils étaient 42 adhérents et 27 agents TVI (ces derniers étant des ateliers PL, sans activité négoce et ‘rattachés’ à des centres) pour un CA consolidé de quelque 146 M€. Le groupe pouvait déjà revendiquer une dimension nationale.

Reste que, si la philosophie participative des membres est toujours d’actualité –et peut-être encore plus qu’hier–, l’aspect ‘artisanal’ (cf. bénévolat de ses membres fondateurs) du fonctionnement du groupe TVI de même que sa finalité, jusqu’ici basée sur les seules conditions d’achat, a trouvé ses limites. «Cette réflexion, menée en 2010 dans un contexte de forte concurrence et de mutation du marché, a conduit TVI à faire évoluer sensiblement son concept », déclare ainsi Benoit Migeon, directeur général de TVI développement. Cette nouvelle entité née le 18 janvier 2011, dédiée au réseau et à son développement, est désormais distincte de TVI SAS.

Nouvelle ère
Pour survivre et accompagner les évolutions du marché, il devenait donc impératif de s’engager dans une plus grande structuration. Une démarche entamée l’année dernière, qui devrait s’amplifier en 2012 mais qui commence d’ores et déjà à porter ses fruits : TVI a renforcé son maillage avec 5 centres supplémentaires en 2011 et 3 nouveaux agents, portant le total à 50 centres TVI et 33 agents.

Autre exemple : une première vague d’audit interne, balayant l’ensemble des métiers et l’organisation des adhérents à travers 100 questions avait abouti en 2010 à une moyenne nationale de 67,38/100. Dans sa nouvelle version, la seconde vague d’audits un an seulement après la première, a vu la moyenne nationale du groupe passer à 72,15/100…

Entre-temps, 2011 a vu la signature des nouveaux contrats avec les adhérents, la montée en puissance de la centrale d’achat (CA de 7,83 M€, soit +7% par rapport à 2010), l’apparition du comité consultatif des adhérents, force de proposition pour le groupe, de même qu’une optimisation de la logistique (avec un traitement des commandes géré dans l’heure de leur arrivée). Par ailleurs, TVI s’est renforcé avec l’arrivée d’hommes et de femmes d’horizon différents, pour «s’orienter aujourd’hui davantage vers une ‘spécialisation métier’ plutôt qu’une ‘spécialisation marché’ », précise David Le Merrer, en charge de l’animation du réseau (et ex 102 carrossiers). Pour la partie achat et logistique, TVI s’est renforcé avec Sylvie Moulun, issue du monde de la grande distribution.

Objectifs 2012
Cette année, le groupe compte poursuivre le développement de son maillage national avec l’espoir d’accueillir 5 ou 6 centres supplémentaires. Par ailleurs, si TVI ne renie toujours pas ses gènes de techniciens du poids-lourd, avec le lacement de parcours techniques en collaboration avec Wabco, l’accent sera également mis sur l’aspect commercial. «Vendre simplement une pièce ne suffit plus aujourd’hui car il n’y a plus de valeur ajoutée sur celle-ci, résume Benoit Migeon. Nous devons créer les conditions pour que nos adhérents puissent bien vendre une pièce ou un service. La valeur ajoutée de TVI repose sur ses adhérents !»

Pour les accompagner encore plus, un centre de formation ‘maison’ dispensant des modules dans une logique ‘métiers’ va voir le jour, tandis qu’un nouveau service, baptisé «OnLM²» (On Line Marketing) permettra aux centres de réaliser, en local, des actions promotionnelles personnalisées. Autre chantier : la création d’une seconde entité (après celle de TVI Développement), cette fois dédiée à la gestion des achats et à la logistique, viendra parfaire la réorganisation de la structure organisationnelle du groupe. Pour plus de visibilité, TVI va en outre renforcer son programme de communication en 2012 avec notamment une présence aux 24h du Mans Camion.

Enfin, TVI a entamé depuis le début de l’année un véritable tour de France qui doit permettre au groupe de rencontrer sur 3 ans pas moins de 900 élèves de 72 établissements scolaires. Car si les constructeurs se sont déjà lancés dans une opération séduction des jeunes pour palier au manque de main d’œuvre dans la filière, la problématique se pose également chez les indépendants !
Jérémie Morvan

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

À propos de l'auteur