Contrôle technique : CTeasy nationalise la guerre des prix

Après 4 années de développement et de polémiques, le concept de réservation de contrôle en ligne à prix discount CTeasy annonce son déploiement national. Et pourrait bien bousculer ce marché…

CTeasy_620

En se généralisant nationalement, le « contrôle technique discount » ne va pas calmer la colère des centres de contrôle…

CTeasy est née de l’expérience de son président et fondateur, Arnaud Lorente, pilote de ligne ayant débuté sa carrière professionnelle chez Virgin, l’une des premières compagnies aériennes low cost. Avec Emmanuel Cros, son associé, ils ont transposé au secteur du contrôle technique les recettes qui ont fait le succès de ce business model −tant dans l’aérien que dans l’hôtellerie. CTeasy se présente donc comme la première plateforme internet de réservation en ligne pour le contrôle technique à prix discount. Et fort de 4 années de développement et de mise au point, le concept se déploie aujourd’hui au plan national. Avec de fortes ambitions : la plateforme prévoit de proposer en 2016 quelque 15 000 contrôles techniques à 1€ pour 150 000 offres de contrôle technique entre -30 et -50%.

Des prix cassés

Durant ces 4 années, CTeasy a eu le temps de peaufiner sa plateforme internet. Et d’éprouver son business model. Un business model révolutionnaire, moyennant commissionnement d’environ 10 points, soit ce qui se pratique en général sur les autres secteurs d’activité. Certes, le contrôle technique peut ainsi être proposé à partir de 1€ (Arnaud Lorente, le président-fondateur de CTeasy, annonce à ce titre que plus de 10 500 contrôles techniques ont été proposés à ce tarif au cours de ces 4 dernières années), mais des offres moins déraisonnables –entre -30 et -50% quand même– sont proposées sur le site.

Et si ses débuts a été marquée par une inévitable animosité des acteurs déjà en place (entendre réseaux) face à un concept qui venait bousculer un marché mature, c’est aussi parce que CTeasy a surfé sur une vague évidemment porteuse : proposer du low cost sur cet achat contraint qu’est le très obligatoire contrôle technique. Un récent sondage commandité par la plateforme et effectué par le CSA auprès de 1 005 personnes en décembre dernier a mis en tout cas en lumière une réelle attente en la matière : 65% des personnes sondées estiment en effet le prix du contrôle technique trop élevé (il est en moyenne de 67,27€). Surtout, près de 90% déclarent qu’ils seraient prêts à faire confiance à un centre technique proposant des prix moins chers sur ce type d’activité réglementée car estimant qu’il serait aussi fiable…

Du gagnant-gagnant

Le concept repose sur trois piliers, qui sont autant de points positifs selon Arnaud Lorente : « Non seulement l’automobiliste a la possibilité de faire son contrôle technique à des tarifs autrement plus avantageux que ceux habituellement pratiqués, mais le professionnel peut de son côté augmenter (très) significativement le taux de remplissage de son atelier. » A cet égard, les 4 années passées auraient ainsi démontré que les centres pilotes ont vu leur taux en question passer de 60% en moyenne à… 95% ! « Certains de nos partenaires ont embauché du personnel, d’autres ont agrandi la surface de leur affaire », ajoute le fondateur,un brin provocateur…

Troisième et dernier pilier : CTeasy participe selon Arnaud Lorente à l’amélioration de la sécurité routière en rendant plus accessible une obligation légale qui n’est toutefois pas respectée par l’ensemble des automobilistes faute d’un pouvoir d’achat suffisant. Or, les partenaires de la plateforme étant des centres de contrôle agréés (comme ils en ont l’obligation), la qualité de la prestation est identique à celle pratiquée dans un centre ‘classique’.

CTeasy, acte II : 400 centres ?

Avec actuellement 150 centres de contrôle technique partenaires, la plateforme se déploie donc aujourd’hui au niveau national. Elle ambitionne de parvenir à 400 centres d’ici la fin de l’année. Précision d’importance : « Il ne s’agit absolument pas d’un réseau, souligne prudemment Arnaud Lorente. Nous nous adossons à des centres qui sont pour les deux tiers indépendants, et pour le dernier tiers affiliés à l’un des grands réseaux nationaux connus en France. Nous venons en fait apporter une solution complémentaire à leur cœur de business pour améliorer leur taux de remplissage. Ils restent bien entendu maîtres de leur business, et nous n’interférons à aucun moment dans leurs relations avec leur enseigne lorsqu’ils en ont une. »

Pour assurer son développement, CTeasy a en parallèle finalisé une nouvelle version de son site internet. Bénéficiant d’un nouveau design, il se veut d’une grande simplicité d’utilisation : l’internaute choisi son département, sa localité, sélectionne un créneau exclusif pour bénéficier des meilleures offres et remplit un formulaire avant d’effectuer le paiement en ligne pour la prestation réservée. L’automobiliste contacte ensuite le centre sélectionné pour fixer le rendez-vous.

A la réservation est associée deux autres services : d’abord, une assurance « contre-visite », et ensuite un service de rappel automatique par mail à j-10 puis j-7 pour éviter les oublis de rendez-vous.

En parallèle, la plateforme s’est voulue, dans cette nouvelle mouture, plus qu’un simple outil de réservation online. Elle ambitionne en effet de créer une communauté de passionnés d’automobile en proposant un espace de découverte où l’art côtoie l’automobile. « Nous avons souhaité proposer un espace plus “fun” que celui d’un simple achat de prestation. CTeasy se veut simple, rapide et économique, mais aussi ludique », explique Carine Milhac, directrice générale de la plateforme. Au-delà du site internet, CTeasy est par ailleurs présent sur les principaux media sociaux pour prolonger le lien avec cette communauté en devenir.

On l’aura compris : la guerre des prix risque de devenir chronique dans le contrôle technique…

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction