Pub : Feu Vert s’en remet à la patte de l’expert du foot Pierre Ménès

Partagez

Depuis début janvier, Feu Vert se fait remarquer avec une publicité “au poil” pour ses promos sur les pneus, mettant en scène le fameux chat Ramsès et le consultant star du football, Pierre Ménès. Un partenariat qui va se poursuivre jusqu’à la fin de l’Euro 2016 et qui marque la volonté de l’enseigne de se rapprocher des valeurs du sport et du goût pour le football d’une grande partie des Français.

Feu Vert Pierre Menes

De gauche à droite : Jean-Philippe Hénaff, Bernard Perreau, Gilles Pont (Feu Vert), Pierre Ménès et le chat Ramsès.

Cela ne vous a pas échappé, 2016 est l’année du Championnat d’Europe de football en France. Et les prochains mois ne manqueront pas de vous le rappeler. Ce qui vous a peut-être moins sauté aux yeux, du moins si vous n’êtes pas grand amateur de télévision, c’est le dernier spot publicitaire pour les promotions sur les pneumatiques chez Feu Vert. L’on y voit le consultant vedette du football français, Pierre Ménès, en tenue de gardien de but, défier le fameux chat Ramsès de lui proposer des pneus pas chers et de parvenir à lui placer le ballon en lucarne, auquel cas le journaliste se mettra «à poil».

Incapable de “claquer” le ballon, l’expert du foot réapparaît donc ensuite au guichet de Feu Vert recouvert de poils… blancs : une panoplie de félin digne de la mascotte de l’enseigne. Une publicité à l’esprit plein d’humour et de dérision, tant pour l’entreprise que pour le journaliste, qui doit se décliner dans d’autres spots d’ici la fin de l’Euro 2016, le 10 juillet prochain, tant à la télévision que sur Internet. Puisque Feu Vert joue la carte de l’expertise dans le domaine de l’entretien et de la réparation automobile depuis plusieurs années, il tombait sous le sens, pour surfer sur la vague médiatico-footballistique du premier semestre, de nouer un partenariat avec un expert reconnu du ballon rond. Le choix de Pierre Ménès s’est imposé naturellement.

Offensive médiatique

En allant sur un terrain aussi fédérateur que celui du football avec un tel capitaine, Feu Vert s’assure surtout une visibilité optimale auprès de ses clients. «Nous avons entre 10 et 11 millions de clients qualifiés et sommes numéro 1 des réseaux en France sur le plan de la notoriété spontanée», souligne Bernard Perreau, P-dg du groupe Feu Vert. «Notre clientèle est représentative de la population française et le football est donc un vecteur efficace de communication, précise Jean-Philippe Hénaff, directeur communication et marketing clients de l’enseigne. Nous ajoutons le sport aux valeurs qui sont déjà les nôtres : accessibilité, proximité, audace, challenge. Le dynamisme de Pierre Ménès sur les réseaux sociaux, lui qui est très actif sur Twitter, est un aspect intéressant pour renforcer ces deux dernières.»

Nul doute que le contrat signé par le journaliste réclamera de lui quelques saillies en faveur de la marque sur ses propres comptes en ligne. Mais s’il a cédé aux sirènes de Feu Vert, Pierre Ménès l’assure, ce n’est pas que pour le montant dudit contrat. «Ce n’est pas la première fois qu’une marque me demande de devenir son partenaire ou de la représenter, assure-t-il, mais jusqu’ici j’ai toujours refusé car les marques en question ne me ressemblaient pas. Mais cette fois, après nos premières rencontres, j’ai senti qu’un vrai projet se dessinait et que l’on progressait, donc j’ai accepté. Et le côté déconnant du partenariat avec le chat m’a plu.» Si 3 à 4% du chiffre d’affaires annuel de l’enseigne sont alloués au budget publicité, ce partenariat avec Pierre Ménès en constitue manifestement une bonne partie.

Tournage exigeant

Ce que Pierre Ménès a apprécié également et qui a pesé dans son choix de travailler avec Feu Vert tient dans le fait que l’entreprise est française et qu’une bonne part du catalogue produit distribué sous sa marque est «Made in France», notamment les coffres de toit ou les enjoliveurs, entre autres. S’il a dû donner de sa personne, physiquement, Pierre Ménès n’a pourtant reculé devant aucune difficulté, ni le tournage sous un soleil de plomb, ni de donner la réplique à «un bout de bois avec une balle de ping-pong dessus», lequel permettait en effet aux animateurs 3D de “coller” l’image virtuelle du chat Ramsès dessus.

Mais le journaliste assure que 80% des retours qu’il reçoit depuis le début de la diffusion du spot sont positifs, «même s’il y a toujours 20% de pisse-froid». Lors de la présentation, mercredi, du partenariat entre l’enseigne de centres auto et le journaliste, son confrère et acolyte du Canal Football Club, Hervé Mathoux, est venu le taquiner sur le sujet. «Quand j’ai su que Pierre me trompait avec un chat, j’ai voulu venir faire la connaissance de mon rival et aujourd’hui, je trouve que Pierre a eu raison», a lancé l’animateur au patronyme argotiquement félin.

Un point sur les projets 2016

La présence du P-dg, Bernard Perreau, durant l’événement a également été l’occasion de dresser un bilan rapide de l’année 2015 et de faire un point sur l’avenir de Feu Vert en 2016. «Notre chiffre d’affaires est en croissance de 3,6% en France et de 6% en Espagne, où le marché reprend du poil de la bête, a-t-il affirmé. Nous surfons sur une note moyenne de 4/5 en termes de satisfaction client et nous avons passé la barre des 10 millions d’euros de chiffre d’affaires réalisés en ligne, ce qui nous place dans les 1% des sites web les plus performants commercialement parlant en France.»

10 millions d’euros sur les 540 millions de CA réalisés au total en 2015, ça n’est encore qu’une petite proportion mais elle devrait encore croître. D’autant que le web devrait faire son entrée en force dans les magasins, dans une optique “web-in-store” avec boutique virtuelle pour prolonger la visite du client. «Nous devons prolonger la prise en charge digitale du client, lui offrir le même type d’expérience en centre comme en ligne, raison pour laquelle, entre autres, nos vendeurs seront tous équipés de tablettes tactiles», précise Benard Perreau.

Bien sûr, l’atelier n’en est pas pour autant négligé et s’intègre dans cette logique de prise en charge du client de l’écran à la baie. «La part de l’atelier dans notre chiffre d’affaires, en volume comme en valeur, augmente car nous pratiquons de plus en plus de prestations techniques : nous sommes capables d’effectuer 100% de ce qui se fait en concession.» Sur le plan mécanique, s’entend. En matière de prise en charge du client, Feu Vert réfléchit même à du service à domicile ou en parking d’entreprise ou de supermarché. Et, bien sûr, les parkings de flottes, puisque l’activité grands comptes de Feu Vert, lancée en 2013, est en pleine croissance et compte aujourd’hui pour 2 à 3% du CA.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*