Quand Mister-Auto forme les consommateurs au do-it yourself…

C’est une cathédrale du football français. Ce samedi 21 avril, pourtant, ce n’est pas à l’intérieur du stade Geoffroy-Guichard que le public était attendu, mais sur son parvis. Cinq petits chapiteaux ont pris place dans la cour d’honneur pour accueillir les premiers participants de l’histoire de la Mister-Auto Académie. La pluie a dissuadé plus de la moitié des 100 personnes qui s’étaient inscrites en ligne, mais la petite quarantaine de participants qui a répondu présent s’est essayée aux joies de la mécanique auto avec d’autant plus d’implication, bien chapeautée par cinq professionnels sélectionnés à travers toute la France par Eric Vincent, directeur marketing de Mister-Auto, en fonction de leur expérience et de leur pédagogie.

L’événement a été scindé en deux sessions, l’une le matin, l’autre l’après-midi. Et en cinq ateliers thématisés : disques et plaquettes de frein avant, freins arrière à tambour, bougies de préchauffage, filtres et vidanges, et les basiques que sont le changement de batterie, d’essuie-glaces, de fusibles et de roues.

Une approche horizontale
« Ce matin, une jeune femme est restée deux heures sur le montage de son tambour, explique Eric Vincent. Elle a largement dépassé la durée de l’atelier, mais elle souhaitait réellement aller jusqu’au bout pour savoir faire l’opération de A à Z. » Si certains vivaient là leur premier contact avec la mécanique automobile, d’autres avaient déjà une petite expérience : « Je savais comment changer les plaquettes, mais pas les disques, explique Stéphane Perret, résident stéphanois. Je voulais donc maîtriser la technique totalement, pour des raisons de savoir-faire mais aussi à cause des prix de main d’œuvre souvent élevés chez le garagiste ».

De l’instructeur au débutant en passant par le connaisseur, les conseils se sont échangés avec pertinence : sécurité, nettoyage avant et après le montage, renseignements sur l’usure… « Le but n’était pas seulement de faire voir, mais surtout de faire faire », affirme Bruno Lozach, conseiller technique et formateur venu exprès de Vendée. « Mais il faut faire attention à ne pas aller trop loin dans la technicité, précise son confrère, Richard Thébaud, venu de Bretagne. Il faudra prévoir d’autres ateliers pour une prochaine édition. » Car compte-tenu des retours positifs donnés par les participants aux organisateurs dès la sortie des ateliers, la Mister-Auto Académie ne devrait pas rester sans suite.

Quand on vous dit que les acteurs virtuels de la pièces veulent entrer dans le monde réel…

1 commentaire concernant “Quand Mister-Auto forme les consommateurs au do-it yourself…”

  1. Le diplôme d’état n’est plus valable pour s’occuper de la sécurité des automobilistes (et leur environnement). Le contrôle technique est obligatoire mais on s’en fout de savoir si c’est un pro qui fait les réparations ou le pâtissier du coin… Certains médicaments sont en vente libre, mais pas tous, pourquoi pas dans l’automobile?

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction