Moteur Diesel (suite) : le Roi devenu assassin ?

Le sujet intéresse fort logiquement les professionnels que vous êtes. Plus de 2 650 clics en une petite semaine pour notre article intitulé «Moteur Diesel : un roi prochainement déchu ?»… En revenant vendredi dernier sur cette enquête d’Avril de « Science & Vie », nous ne pensions pas surfer autant sur la vague de l’actu. Car parallèlement, la presse grand public s’enflammait brutalement sur les risques, pourtant très anciennement connus, du diesel ! Il est vrai que, concomitamment, l’Organisation mondiale de la santé se réunissait mercredi dernier pour débattre du sujet ; et, peut-être, faire de ces particules fines, qui viennent se loger dans nos poumons, des cancérogènes ‘avérés’ pour l’Homme, et non plus simplement ‘probables’…

Campagne de presse
Le 5 juin, le quotidien « Le parisien-Aujourd’hui en France » enfonçait le clou dans un dossier titré : «Santé : les dangers du Diesel», évoquant que ce qui pourrait être considéré selon lui comme une «quasi-omerta» (NdlR : le Diesel équipés d’un FAP a toujours été présenté comme une technologie propre) pourrait bien voler en éclat… et «provoquer un scandale sanitaire comparable à celui de l’amiante» !

Et de mettre en avant un chiffre ahurissant repris péremptoirement dans la presse nationale : ces particules fines seraient en effet responsables de pas moins de… 42 000 décès annuels en France. Un chiffre avancé par l’OMS en 2005. «Le Diesel est-il un cancérogène avéré pour l’Homme ?» s’interroge ainsi une journaliste sur RFI pendant que Le Monde, sur son site internet, postait un article intitulé : «Moteurs Diesel, quel enjeu de santé publique ?». En donnant la parole à Bruno Guibeaud, président d’Europe qualité expertise (EQE), lequel évoque une «gigantesque bombe à retardement sanitaire»….

Bouc émissaire ?
Cependant, le grand quotidien national ne fonce pas tête baissée dans la ‘caricature facile’. Certes, il relève que le «Professeur à l’université Paris Diderot, Francelyne Marano confirme que les particules fines émises par les moteurs Diesel représentent un enjeu de santé publique. Celles-ci ont souvent un diamètre inférieur à 1 micromètre : très fines, elles pénètrent donc plus facilement dans l’appareil respiratoire. « Ce sont des grappes de très petites particules qui s’agrègent entre elles. Les particules fines sont des résidus d’une combustion incomplète au sein des moteurs Diesel », explique la toxicologue».

Mais « le Monde » essaie aussi d’identifier les vraies responsabilités : «Réagissant aux données de l’OMS, la toxicologue insiste sur le fait que « nous ne pouvons pas être absolument certains que ce sont des particules Diesel qui sont responsables de ces [42 000] morts » En effet, les chiffres de l’OMS évaluent l’impact total des particules fines liées à l’activité humaine. Entendre donc ici «dont le Diesel», et non pas «uniquement le Diesel»…

Sans jouer les avocats de ces diaboliques particules, il y a peut-être urgence à attendre. Cette vague de sensationnel intervient à l’occasion d’une grande réunion de l’OMS et surtout alors que Bruxelles s’apprête à rappeler sévèrement à l’ordre la France, pour la bien piètre qualité de son air… Il fut un temps pas si lointain où l’on tirait à boulet rouge, sans guère de discernement, sur le nouveau gaz frigorigène des systèmes de climatisation des véhicules (voir nos articles et vos réactions sur le sujet). Avec le succès que l’on connaît.

Avant donc de vouer le diesel et ses particules aux gémonies et jeter ainsi aux orties l’un des atouts concurrentiels majeurs de nos constructeurs français, attendons que « l’instruction » étoffe son dossier. Et cherchons peut-être aussi à qui profite cette brutale et massive campagne…

1 commentaire concernant “Moteur Diesel (suite) : le Roi devenu assassin ?”

  1. Avatar sebastien lejeune / 8 juin 2012 á 6 h 27 min / Répondre

    les « FAP » = FBI (fausse bonne idée)!
    effectivement, les rejets de très très fines particules ne peuvent plus être éliminés naturellement par notre organisme!
    bravo MRS les ingénieurs en tous genres!
    À suivre…

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction