Continental fixe une triple mission à l’ensemble de ses divisions

Partagez

Continental lance “One Continental for a mission”, un credo qui marque la synergie des compétences du groupe pour le développement d’un futur selon 3 axes : une mobilité plus sûre, une mobilité plus durable et une mobilité plus intelligente. Ainsi, l’ensemble des solutions logicielles, des avancées technologiques et des nouveaux équipements viseront l’excellence sur ces trois points. Avec, en filigrane, le défi lié aux données issues des véhicules autonomes et connectés…

Continental One Conti for a mission

One Continental for a mission” ou la façon pour Continental de faire partager sa vision de l’avenir à l’ensemble de ses divisions. Un avenir où la mobilité est envisagée comme plus sûre, plus durable et plus intelligente. Passé en une vingtaine d’années du statut de “simple” manufacturier à celui d’équipementier avec un grand E, capable de fournir aussi bien des solutions mécaniques que des solutions électroniques et désormais logicielles avec l’acquisition en 2015 d’Elektrobit (entre autres acquisitions opérées lors de la dernière décennie), Continental est aujourd’hui n°2 sur le podium des fournisseurs mondiaux en première monte, derrière l’intouchable Bosch.

«Pas un seul véhicule ne sort de chaîne d’assemblage aujourd’hui sans au moins une solution en provenance du groupe Continental», affirme d’ailleurs le groupe de Hanovre. En 2016, Continental est donc composé de cinq divisions : Chassis & Safety, Powertrain, Interior, Tires et ContiTech. Et ce sont ces divisions qui sont appelées à contribuer à l’avenir de l’automobile avec ces notions de sécurité, de durabilité et d’intelligence comme maîtres-mots, ceci en s’appuyant sur les forces de croissance que représentent la maîtrise de la technologie et de solutions logicielles innovantes, sans oublier l’attractivité sur le plan de l’emploi des collaborateurs les plus qualifiés.

Une mobilité plus sûre…

Partant du constat que 90% des accidents de la route sont dus à une erreur humaine, corrélés dans 30% des cas aux conditions climatiques et dans seulement 10% des cas à des problèmes sur le véhicule, Continental entend donc réduire au maximum la marge d’erreur de l’automobiliste. Pour satisfaire à l’objectif européen de moins de 16 000 victimes de la route en 2020 (contre 54 900 en 2001 !), l’équipementier affirme carrément une ambition énorme au travers de sa «Vision Zéro» : un futur sans accident, ni plus, ni moins. Comment ? En ciblant trois points précis :

  1. D’abord, l’environnement du véhicule, que Conti entend mieux contrôler à l’aide de radars, de caméras, de lasers, d’ultrasons, de cartes digitales et de données collaboratives entre véhicules. Seule la gestion des données en temps réel lui manque encore mais le groupe y travaille d’arrache-pied.
  2. Ensuite, Conti entend améliorer encore les qualités de sécurité des véhicules eux-mêmes : freins, capteurs et actuateurs, moteurs, architectures E/E et bus can, transmissions, suspensions et pneus doivent la garantir encore plus qu’aujourd’hui.
  3. Enfin, Continental vise à assister au maximum le chauffeur : éviter la distraction au volant, l’endormissement également à l’aide de caméras intérieures, user de reconnaissance vocale et de réalité augmentée HUD. «Le groupe Continental dispose déjà, dans son portefeuille de solutions actives ou passives, simples ou complexes, de toutes les ressources permettant de rendre la mobilité de demain plus sûre… et plein d’autres sont encore en cours de conception», affirme l’équipementier.
…mais aussi plus verte…

Deuxième objectif du «One Continental for a mission» : la durabilité. Continental affirme sa volonté de parvenir à faire économiser aux usagers de la route jusqu’à 17% des émissions de CO2 et de consommation de carburant. Ceci, en priorité, à l’aide de solutions pour les véhicules full-hybrid, mais aussi ceux roulant au gaz naturel compressé et l’hybridation électrique des véhicules, qui peuvent respectivement faire baisser les émissions, selon Continental, de 25%, 20% et 15% maximum. D’autres solutions comme la télématique (12% maximum), l’injection Piezo common rail (jusqu’à 20%) et le downsizing du moteur et sa turbocompression (environ 10%) sont utilisées par Conti pour faire baisser les émissions.

Sur le plan des matériaux, «le groupe Continental est engagé dans un vaste programme pour optimiser l’utilisation des matières premières employées dans la conception de ses pneumatiques». Ainsi, le critère de consommation de carburant, indiqué dans le fameux étiquetage des pneumatiques, fait partie des points à améliorer impérativement pour Continental. Le but est également d’identifier de nouvelles sources de matières premières, comme le caoutchouc naturel en provenance du pissenlit Taraxagum. Enfin, sa division Rubber vise en priorité le recyclage des matières premières et la réintégration de ces matériaux dans la conception de nouveaux pneumatiques : gommes recyclées dans la fabrication des pneus rechapés à chaud ContiRe, recyclage des déchets de production pour la réutilisation des gommes et de l’acier, réduction du poids des composants et des surfaces…

…et surtout plus intelligente

Continental anticipe déjà que, dans un futur proche, plus de 6 gigabits de données par minute seront collectés et traités dans les futures voitures et qu’un milliard de véhicules circuleront sur les routes mondiales. qu’il faudra collecter, interpréter et traiter. D’où la nécessité de gérer l’information dans le véhicule et au-delà. «L’interface intuitive et ergonomique Homme-Machine (HMI) permet de capturer, de prioriser et de présenter les informations essentielles» au chauffeur et aux passagers, souligne l’équipementier.

Ensuite, à l’aide de terminaux connectés (ordinateurs, tablettes tactiles, smartphones), d’infrastructure de type antennes, satellites, émetteurs-récepteurs, et des autres véhicules également, Conti ajoute déjà «de nouvelles fonctionnalités en établissant de nouvelles connexions sur le monde extérieur ainsi qu’à des services à haute valeur ajoutée». En 2020, Continental envisage une mobilité déjà hautement automatisée et même totalement automatisée en 2025.

L’équipementier imagine même –il n’est pas le seul– la circulation automatique sur autoroute à 130 km/h. Et comme il le prouve avec son Innovation Truck, prototype de camion capable d’adapter sa vitesse aux autres véhicules et aux obstacles sans que le conducteur ait à jouer des pédales (entre autres très nombreuses innovations exclusives), dans lequel nous avons pu embarquer le temps de quelques kilomètres, Continental est d’ores et déjà prêt à relever les défis de la mobilité de demain.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*