HFO-1234yf: le bras de fer s’européanise

C’est maintenant l’Europe qui se mêle du dossier « HFO-1234yf » : le commissaire européen à l’Industrie met l’Allemagne en demeure de forcer Daimler à adopter ce nouveau réfrigérant, obligatoire sur les VN depuis janvier 2013. Sinon, la procédure d’infraction sera déclenchée et le constructeur ne pourra plus homologuer ses nouveaux véhicules…

Nouvel épisode dans la «guerre du HFO-1234yf» qui dure depuis de longs mois. En première ligne, on trouve le constructeur Daimler et son refus de l’adopter : suite à des tests-maison qui, selon le constructeur, concluent à sa dangerosité, il continue à utiliser le R134a, pourtant interdit depuis janvier dernier sur les véhicules neufs.

Le constructeur s’acharne apparemment contre toute logique, malgré le rapport de la SAE International, association mondiale d’ingénieurs automobile, qui concluait en avril dernier à l’aspect irréaliste des tests réalisés, sous-entendant ainsi de façon à peine voilée que le protocole avait été volontairement durci afin d’obtenir le résultat voulu (voir «Clim’ mortelle (suite et fin ?) : le HFO-1234yf enfin innocenté !»).

Mercedes au pied du mur
C’est maintenant Bruxelles qui s’agace de la résistance du constructeur allemand et monte au front. Le commissaire européen à l’industrie Antonio Tajani a adressé, le 10 juin dernier, un courrier de mise en demeure à l’Allemagne pour qu’elle obtienne de « son » constructeur qu’il se mette en conformité en adoptant le nouveau frigorigène.

L’Allemagne a maintenant 10 semaines pour convaincre Mercedes, au terme sinon desquelles une procédure d’infraction sera intentée par l’UE. Le risque devient cette fois tangible pour le constructeur allemand : s’il ne se plie pas à la législation ou s’il ne propose pas une solution alternative, la procédure européenne se traduira par un refus d’homologation des véhicules concernés.

Au point où en est ce dossier, on a presque envie de suggérer à Daimler de regarder du côté des Deepcool/Duracool, ces solutions nord-américaines à base d’hydrocarbures que leurs fabricants et distributeurs présentent malgré tout comme plus sûres et moins toxiques que le HFO-1234yf (voir les droits de réponse transmis à notre rédaction suite à chacun de nos articles sur la question…).

Cela aurait au moins le mérite de clarifier cet aspect-là du dossier…

1 commentaire concernant “HFO-1234yf: le bras de fer s’européanise”

  1. Merci pour cette analyse, et votre conclusion.
    Yves Clair

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur