Sam Outillage : en avant toute !

 

L’histoire de Sam Outillage remonte au début du siècle dernier. François Blanc créait les Forges Stéphanoises en 1906 à Saint-Etienne. À la suite de la Première guerre mondiale, il dépose la marque Sam en 1921 et commence la véritable aventure de l’entreprise. À ce sujet, ne cherchez pas à donner une signification classique à Sam. Ce n’est pas la « Société d’articles mécaniques » ou tout autre acronyme de ce genre. C’est simplement un hommage à Samuel Wilson, le fournisseur de viande pour l’armée en 1812, dont les emballages étaient flanqués du logo « U.S. », vite transformé par humour par les militaires en « Uncle Sam ». Car François Blanc avait été impressionné par l’outillage de ces militaires américains, d’où le nom de Sam. Premier outil fétiche de la marque et toujours d’actualité : le coupe-boulon. Et au SAV de l’entreprise, on voit des modèles de plus de 50 ans venir se faire faire un petit lifting.

Garantie à vie
Au décès de F. Blanc en 1927, c’est son frère Félicien qui reprend les rènes de l’entreprise. C’est à lui que l’on doit la « Garantie à vie » ! Puis en 1961, son gendre qui s’appelle aussi Blanc, Pierre de son prénom, poursuit l’aventure, formant au passage son neveu Michel qui lui succédera en 1972. En 2004, Noël Guichard, qui n’est pas de la famille mais qui a fait toute sa carrière dans l’entreprise, devient le président. En 2011, il passera la main aux arrières-petits-fils du fondateur : Frédéric Champavere, président et Olivier Blanc, directeur général. Voilà pour la petite histoire !

Cap 100
Mais si histoire il y a, elle ne s’arrête pas là, car c’est une nouvelle ère qui commence pour Sam Outillage. En effet, les deux cousins et dirigeants actuels, dont l’un a fait ses armes dans l’industrie pharmaceutique (Eli Lilly, Jonhson&Jonhson, Pharma-Omnium, Wockhardt) et l’autre chez Renault et Sodexho, ont planifié un plan stratégique : « Cap 100 ». L’idée, c’est bien entendu d’atteindre un chiffre d’affaires de 100 M€, mais d’abord et avant tout de devenir un acteur international majeur dans le secteur. Bien leur en a pris, puisque en à peine deux ans, l’entreprise est passé d’un CA de 30 M€, stagnant depuis 20 ans, à 39 M€ en 2012 soit +20% en 2011 et +19% en 2012. Pour cela, la croissance externe est aussi un facteur de réussite comme par exemple l’acquisition de Sova2i, une société spécialisée dans le rangement d’outils.

60% de fabrication française
Mais le cœur du métier de Sam, c’est sans nul doute l’outillage (9 000 références) et c’est dans ce domaine que la plus grande attention est portée. « Nous avons été leader à une époque, mais dans les 20 dernières années, nous avons laissé un peu la main. Mais ce qui fait notre différence, c’est que nous forgeons nous-mêmes nos outils ici, à Saint-Etienne », avoue Frédéric Champavere. Dans la réalité, disons que la fabrication s’est internationalisée, tout en restant à 60% française. En fait, 40% des produits sont stéphanois, 20% des fabrications sont confiées à des entreprises françaises comme de petites clés plates réalisées par des ateliers de couteliers de Thiers (63) qui ont un savoir-faire très précis dans ce domaine (clés de 3,2 à 8 mm), 20% proviennent d’Allemagne, Espagne et Italie, enfin les 20% restant sont confiés à des spécialistes taïwanais, par exemple. Et si 40% de la production est étrangère, on remarque aussi, en se promenant dans les allées des ateliers de Sam Outillage, que la « qualité allemande » est parfois toute stéphanoise. Chacun y trouve son compte ! Et pourquoi ne pas répondre aux sirènes d’Asie : « à moins de 30% d’écart par rapport à une fabrication lointaine, il est préférable de rester chez nous », explique Olivier Blanc. Et « chez nous », ce sont des métiers anciens qui sont encore pratiqués quotidiennement, comme ceux de forgerons ou de polisseurs sur métaux. Et ça, c’est unique !

2 brevets par mois
Mais Sam Outillage ne s’arrête pas à l’outillage classique et au cliquet inverse. L’avenir de l’entreprise passe d’abord et avant tout par l’innovation. « Nous nous sommes aperçu que Sam était une vielle dame un peu méconnue et que si nous visions une place, il fallait déjà s’y projeter », remarque F. Champavere. Et à ce sujet, ce ne sont pas moins de 5% du chiffre d’affaires qui sont investis en R&D. Et les développements ne manquent pas puisque pas moins de 2 brevets au minium sont déposés par l’entreprise chaque mois, ceci depuis décembre 2012. Et tous ceux qui ont des idées ou un savoir-faire unique peuvent toujours contacter Sam Outillage, car l’entreprise a mis ses moteurs en avant-toutes pour se placer parmi les meilleurs outilleurs français du monde. Qu’on se le dise !

1 commentaire concernant “Sam Outillage : en avant toute !”

  1. Bravo pour la qualité de vos produits.
    J’ai une grande boîte à douilles en métal qui me vient de mon grand-père, il avait un garage Elf dans les années 50/60 et tout fonctionne encore parfaitement.
    Continuez comme ça.👍

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur