Indra : recycleur automobile innovant

Partagez

Fêtant ses 30 ans d’existence, Indra Automobile Recycling a ouvert les portes de son site pilote de Romorantin où la PRE est au centre de toutes les préoccupations…

Indra Automobile Recycling, le recycleur automobile détenu à part égale par groupe Suez et Renault, vient de fêter ses 30 ans d’existence. Avec son siège administratif implanté dans la région Rhône-Alpes à Villefontaine, elle compte au total 174 salariés, dont 33 sur le site pilote de déconstruction de Romorantin, dans le Loir et Cher (41). Avec les 339 démolisseurs du réseau, la société de recyclage automobile a réalisé un chiffre d’affaires de 280 millions d’euros en 2015 et traité 350 000 VHU dont 280 000 ont été détruits. Chaque année, le nombre de véhicules hors d’usage (VHU) détruits passe la barre des 1,5 million, et 500 000 d’entre eux sont récupérés de façon illégale selon l’ADEME.

Néanmoins, Indra continue sa progression régulière grâce à son business model, dont le but est de structurer le marché en organisant des «filières matières», de la pièce de réemploi au traitement des véhicules accidentés ou en fin de vie en provenance des particuliers. «Pour cela, explique Olivier Gaudeau, directeur Ingénierie d’Indra-Re-source, nous avons équipé 200 centres de notre réseau d’un atelier de dépollution et de démontage et près de 30 sites ont bénéficié d’un réaménagement total. Notre accompagnement passe également par des formations sous forme de 60 modules dont 350 personnes ont bénéficié en 2015. Et chaque année, plus d’un demi-million d’euros sont consacrés aux R&D»

La PRE au cœur du système

Si la mission majeure d’Indra est de valoriser les véhicules en fin de vie, un autre volet de son activité est aussi de favoriser la réutilisation des pièces détachées. Une opération qui prend tout son sens depuis la loi sur la transition énergétique, applicable depuis le 1er janvier dernier, qui impose aux professionnels de l’entretien-réparation de proposer des pièces de réemploi à leurs clients. Pour récupérer ces pièces et les mettre sur le marché, Indra a élaboré un concept de déconstruction comme celui de Romorantin. Un centre pilote en perpétuel aménagement et évolution où 6 postes clés sont clairement définis pour traiter les véhicules : du chargement au déchargement de la caisse en passant par la dépollution, la dépose des équipements intérieurs, celle des éléments mécaniques, la planche de bord et les pare-brises, avec en préambule une expertise minutieuse pour détecter les pièces récupérables pour lesquelles il existe un marché…

Toutes les pièces sont traitées avec le logiciel Précis, dans lequel les centres VHU les intègrent dans la base de données, afin d’en assurer la traçabilité avant de les mettre sur le marché à disposition des réparateurs.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*