First Stop est complètement “Dingo” !

Présent au Mondial de Paris 2018 sur un stand de 225 m², First Stop s’associe au photographe Dingo pour fêter ses 40 ans de carrière. C’est l’occasion de retracer cette dernière au travers d’une exposition intitulée : Dingo “Le Tôle Art”.

Lors de ce Mondial 2018, un passage sur le stand First Stop, filiale de Bridgestone, sera l’occasion de découvrir les dernières nouveautés du réseau telles que l’identité visuelle des centres, le concept des points de vente, la digitalisation des services, etc.

Ce sera aussi l’occasion de jeter un œil sur l’exposition Dingo “Le Tôle Art”, un évènement majeur, car l’artiste n’a vraiment exposé qu’une seule fois dans sa vie, en 1993, à la mythique piscine Deligny. Et pas la peine de chercher des ouvrages reproduisant ses œuvres, il n’y en a pas !

Une “expérience” à vivre avec First Stop

Dingo “Le Tôle Art” by First Stop doit donc se vivre comme une “expérience” où les œuvres majeures de Dingo seront présentées dans une scénographie atypique. Un parcours avec des espaces liés au monde urbain mais toujours avec un petit grain de folie.

«J’aime le passé, les motos anciennes, les autos anciennes, mais il faut vivre avec le présent ! La confiance de First Stop me touche… Ensemble, nous allons dévoiler de façon atypique “40 piges de prises de vues” en espérant “déclencher” le plus d’émotions possible», assure l’artiste.

«Le travail de Dingo est en rupture totale avec la représentation classique de la photo automobile et nous sommes très heureux de nous associer à ce projet artistique inédit en tant que partenaire exclusif. Une bonne occasion de découvrir sous un angle nouveau l’univers First Stop, enseigne majeure du pneumatique et de l’entretien automobile avec plus de 2 000 centres en Europe», ajoute Jean-Philippe Hénaff, directeur Marketing et Achat de First Stop.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 4,00 sur 5)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction