A+ Glass veut consolider son maillage

Le réseau de réparation et de remplacement de vitrage A+ Glass, qui estime pratiquer ses interventions mobiles trop loin de ses centres, espère densifier un peu plus certaines zones dans les mois à venir et mieux s’adapter au développement urbain.

Pierre Pérez, fondateur d'A+ Glass, entouré de ses filles : Marie-Pierre Tanugi de Jongh (à g.), présidente du directoire du réseau, et Nelly Pérez (à dr.), responsable du réseau.

Pierre Pérez, fondateur d’A+ Glass, entouré de ses filles : Marie-Pierre Tanugi de Jongh (à g.), présidente du directoire du réseau, et Nelly Pérez (à dr.), responsable du réseau.

504 centres, 1 542 professionnels du vitrage auto, 27 chefs d’entreprise détenant à eux seuls 91 desdits établissements, 20% de femmes entrepreneurs parmi les adhérents, 98 millions d’euros de chiffre d’affaires, 4,5% de croissance… Tels sont les chiffres du succès d’A+ Glass durant l’année 2017 et l’exercice 2018 ne devrait pas marquer de ralentissement de son dynamisme. Quoique la technicité exigée des ateliers de réparation et de remplacement de pare-brise augmente de plus en plus et oblige à des investissements de la part des centres.

Un marché du vitrage toujours plus coûteux

«Le marché du vitrage est stable mais de plus en plus coûteux en raison des capteurs, des caméras, bref : des ADAS», souligne Marie-Pierre Tanugi de Jongh, présidente du directoire d’A+ Glass. Ce qui pèse d’autant plus lourd que, dans l’activité du réseau, 76% des interventions concernent le pare-brise et 5% les lunettes arrière, le reste étant dévolu aux diverses glaces du véhicule (15%) et aux optiques (4%). Sachant où sont situés lesdits ADAS sur les modèles qu’ils équipent, le niveau de prestation exigé des spécialistes du vitrage n’ira qu’augmentant au fil des années.

Ce qui pourrait aussi impacter les points sur lesquels un réseau comme A+ Glass génère le plus de satisfaction, notamment le respect des délais qui, avec la qualité du travail et le tiers payant, fait figure de point fort dans le réseau fondé par Pierre Pérez il y a désormais 26 ans. «Nous inculquons de nouveaux process administratifs à nos adhérents et nous procédons aux audits réguliers de nos centres», souligne sa fille, Marie-Pierre Tanugi de Jongh. Un souci du détail et du client qui a de nouveau valu à A+ Glass le titre de “Meilleure enseigne” Capital en termes de qualité de service, avec un score de plus de 90%.

A+ Glass entend s’adapter aux structures urbaines

Cette technicité et cette qualité de service, A+ Glass doit également l’exporter hors de ses centres, grâce à ses unités d’intervention mobile qui sont chaque année sollicitées davantage. Comme le soulignent les dirigeants de l’enseigne, plus de la moitié des rendez-vous en ligne concernent désormais des interventions délocalisées. En effet, les demandes de prestations au domicile du client représentent 28% et celles sur le lieu de travail représentent 25%. Dans le réseau, seules 47% des demandes concernent des interventions à l’atelier… Même si la pose mobile, au total, ne représente encore que 28% des opérations effectuées dans le réseau.

Or, le tissu urbain change et continue de s’étendre, exigeant donc davantage de déplacement de la part des unités mobiles A+ Glass, ou tout simplement un maillage plus dense, car en terme de couverture du territoire national, l’enseigne affiche un excellent taux de 97%. C’est vers cette option que semble se tourner le réseau, à en croire Marie-Pierre Tanugi de Jongh. « L’exercice 2018/2019 sera celui de la poursuite du maillage, car la pose mobile a pris de l’ampleur mais il nous faut davantage de centres pour réduire la distance des déplacements de nos unités mobiles, explique-t-elle. Nous devons nous adapter aux structures urbaines » qui évoluent.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur

Journaliste par vocation, diplômé du Centre de formation des journalistes (CFJ) de Paris en 2010, il fait ses armes dans la presse quotidienne régionale et nationale avant de s'orienter vers la presse automobile, d'abord grand public puis professionnelle.

Intéressé depuis tout petit par l'auto, il est spécialisé dans l'actualité du secteur de la réparation-collision et dans les réseaux de garages sous enseignes multimarques.

+33 1 41 88 09 06

rthirion@apres-vente-auto.com